Hugo

Odes et Ballades


Le Portrait d’un enfant


 

à Mlle J.-D. de M.
   
              Quand ie voy tant de couleurs
                            Et de fleurs
              Qui esmaillent un riuage,
              Ie pense voir le beau teint
                            Qui est peint
              Si vermeil en son visage.
 
              Quand ie sens parmi les prez
                            Diaprez,
              Les fleurs dont la terre est pleine,
              Lors ie fais croire à mes sens
                            Que ie sens
              La douceur de son haleine.
RONSARD.


 

I


 
Oui, ce front, ce sourire et cette fraîche joue,
              C’est bien l’enfant qui pleure et joue,
              Et qu’un esprit du ciel défend !
De ses doux traits, ravis à la sainte phalange,
              C’est bien le délicat mélange ;
              Poète, j’y crois voir un ange,
              Père, j’y trouve mon enfant.
 
On devine à ses yeux pleins d’une pure flamme,
              Qu’au paradis, d’où vient son âme,
              Elle a dit un récent adieu.
Son regard, rayonnant d’une joie éphémère,
              Semble en suivre encore la chimère,
              Et revoir dans sa douce mère
              L’humble mère de l’Enfant-Dieu !
 
On dirait qu’elle écoute un chœur de voix célestes,
              Que, de loin, des vierges modestes
              Elle entend l’appel gracieux ;
À son joyeux regard, à son naïf sourire,
              On serait tenté de lui dire :
              — Jeune ange, quel fut ton martyre,
              Et quel est ton nom dans les cieux ?
 
 

II


 
Ô toi dont le pinceau me la fit si touchante,
              Tu me la peins, je te la chante !
              Car tes nobles travaux vivront ;
Une force virile à ta grâce est unie ;
              Tes couleurs sont une harmonie ;
              Et dans ton enfance, un Génie
              Mit une flamme sur ton front !
 
Sans doute quelque fée, à ton berceau venue,
              Des sept couleurs que dans la nue
              Suspend le prisme aérien,
Des roses de l’aurore humide et matinale,
              Des feux de l’aube boréale,
              Fit une palette idéale
              Pour ton pinceau magicien !
 

Novembre 1825.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : «Τu bоis, с’еst hidеuх ! prеsquе аutаnt quе mоi...»

Βаudеlаirе : «Vоus аvеz, соmpаgnоn dоnt lе сœur еst pоètе...»

Βаïf : «À lа fоntаinе је vоudrаis...»

Hugо : «Εllе étаit déсhаusséе, еllе étаit déсоifféе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Rоllinаt : À quоi pеnsе lа Νuit

Сrоs : Désеrtеusеs

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Rimbаud : «Jе préfèrе sаns dоutе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Ρауsаgе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : Сésаr Βоrgiа

Ρаrnу : Lе Lеndеmаin : «Εnfin, mа сhèrе Éléоnоrе...»

Τоulеt : «Lе miсrоbе : Βоtulinus...»

Rоllinаt : L’Εnviе

Αpоllinаirе : Εхеrсiсе

Βаnvillе : Lа Соrdе rоidе

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Сеndrаrs : Βоmbау-Εхprеss

Cоmmеntaires récеnts

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Τеpidаrium (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur À Μаdаmе *** : «Jеunе аngе аuх dоuх rеgаrds, à lа dоuсе pаrоlе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Οisеаu d’hivеr (Lоrrаin)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De Сurаrе- sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Jаdis sur «Quаnd lеs оs sоnt pаrеils...» (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сurаrе- sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De FΕDΕRΜΑΝΝ sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе