Hugo

L’Année terrible, 1872



 
Ô Charles, je te sens près de moi. Doux martyr,
              Sous terre où l’homme tombe,
Je te cherche, et je vois l’aube pâle sortir
              Des fentes de ta tombe.
 
Les morts, dans le berceau, si voisin du cercueil,
              Charmants, se représentent ;
Et pendant qu’à genoux je pleure, sur mon seuil
              Deux petits enfants chantent.
 
Georges, Jeanne, chantez ! Georges, Jeanne, ignorez !
              Reflétez votre père,
Assombris par son ombre indistincte, et dorés
              Par sa vague lumière.
 
Hélas ! que saurait-on si l’on ne savait point
              Que la mort est vivante !
Un paradis, où l’ange à l’étoile se joint,
              Rit dans cette épouvante.
 
Ce paradis sur terre apparaît dans l’enfant.
              Orphelins, Dieu vous reste.
Dieu, contre le nuage où je souffre, défend
              Votre lueur céleste.
 
Soyez joyeux pendant que je suis accablé.
              À chacun son partage.
J’ai vécu presque un siècle, enfants ; l’homme est troublé
              Par de l’ombre à cet âge.
 
Est-on sûr d’avoir fait, ne fût-ce qu’à demi,
              Le bien qu’on pouvait faire ?
A-t-on dompté la haine, et de son ennemi
              A-t-on été le frère ?
 
Même celui qui fit de son mieux a mal fait.
              Le remords suit nos fêtes.
Je sais que si mon cœur quelquefois triomphait,
              Ce fut dans mes défaites.
 
En me voyant vaincu je me sentais grandi.
              La douleur nous rassure.
Car à faire saigner je ne suis pas hardi ;
              J’aime mieux ma blessure.
 
Et, loi triste ! grandir, c’est voir grandir ses maux.
              Mon faîte est une cible.
Plus j’ai de branches, plus j’ai des vastes rameaux,
              Plus j’ai d’ombre terrible.
 
De là mon deuil tandis que vous êtes charmants.
              Vous êtes l’ouverture
De l’âme en fleur mêlée aux éblouissements
              De l’immense nature.
 
George est l’arbuste éclos dans mon lugubre champ ;
              Jeanne dans sa corolle
Cache un esprit tremblant à nos bruits et tâchant
              De prendre la parole.
 
Laissez en vous, enfants qu’attendent les malheurs,
              Humbles plantes vermeilles,
Bégayer vos instincts, murmure dans les fleurs,
              Bourdonnement d’abeilles.
 
Un jour vous apprendrez que tout s’éclipse, hélas !
              Et que la foudre gronde
Dès qu’on veut soulager le peuple, immense Atlas,
              Sombre porteur du monde.
 
Vous saurez que, le sort étant sous le hasard,
              L’homme, ignorant auguste,
Doit vivre de façon qu’à son rêve plus tard
              La vérité s’ajuste.
 
Moi-même un jour, après la mort, je connaîtrai
              Mon destin que j’ignore,
Et je me pencherai sur vous, tout pénétré
              De mystère et d’aurore.
 
Je saurai le secret de l’exil, du linceul
              Jeté sur votre enfance,
Et pourquoi la justice et la douceur d’un seul
              Semble à tous une offense.
 
Je comprendrai pourquoi, tandis que vous chantiez,
              Dans mes branches funèbres,
Moi qui pour tous les maux veux toutes les pitiés,
              J’avais tant de ténèbres.
 
Je saurai pourquoi l’ombre implacable est sur moi,
              Pourquoi tant d’hécatombes,
Pourquoi l’hiver sans fin m’enveloppe, pourquoi
              Je m’accrois sur des tombes ;
 
Pourquoi tant de combats, de larmes, de regrets,
              Et tant de tristes choses ;
Et pourquoi Dieu voulut que je fusse un cyprès
              Quand vous étiez des roses.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : «Τu bоis, с’еst hidеuх ! prеsquе аutаnt quе mоi...»

Βаudеlаirе : «Vоus аvеz, соmpаgnоn dоnt lе сœur еst pоètе...»

Βаïf : «À lа fоntаinе је vоudrаis...»

Hugо : «Εllе étаit déсhаusséе, еllе étаit déсоifféе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Rоllinаt : À quоi pеnsе lа Νuit

Сrоs : Désеrtеusеs

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Rimbаud : «Jе préfèrе sаns dоutе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Ρауsаgе

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Vеrlаinе : Сésаr Βоrgiа

Ρаrnу : Lе Lеndеmаin : «Εnfin, mа сhèrе Éléоnоrе...»

Τоulеt : «Lе miсrоbе : Βоtulinus...»

Rоllinаt : L’Εnviе

Αpоllinаirе : Εхеrсiсе

Βаnvillе : Lа Соrdе rоidе

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Сеndrаrs : Βоmbау-Εхprеss

Cоmmеntaires récеnts

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Τеpidаrium (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur À Μаdаmе *** : «Jеunе аngе аuх dоuх rеgаrds, à lа dоuсе pаrоlе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Οisеаu d’hivеr (Lоrrаin)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De Сurаrе- sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Jаdis sur «Quаnd lеs оs sоnt pаrеils...» (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сurаrе- sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De FΕDΕRΜΑΝΝ sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе