Jules Laforgue

Des Fleurs de bonne volonté, 1887


La vie qu’elles me font mener


 
                Pas moi, despotiques Vénus
                Offrant sur fond d’or le Lotus
                Du Mal, coiffées à la Titus !
                            Pas moi, Circées
Aux yeux en grand deuil violet comme des pensées !
                            Pas moi, binious
Des Papesses des blancs Champs-Élysées des fous,
                Qui vous relayez de musiques
                Par le calvaire de techniques
                Des sacrilèges domestiques !
 
                Le mal m’est trop ! tant que l’Amour
                S’échange par le temps qui court
                Simple et sans foi comme un bonjour,
                            Des jamais franches
À celles dont le Sort vient le poing sur la hanche,
                            Et que s’éteint
La Rosace du Temple, à voir, dans le satin,
                Ces sexes livrés à la grosse
                Courir, en valsant, vers la Fosse
                Commune des Modernes Noces.
 
                Ô Rosace ! leurs charmants yeux
                C’est des vains cadrans d’émail bleu
                Qui marquent l’heure que l’on veut,
                            Non des pétales,
De ton Soleil des Basiliques Nuptiales !
                            Au premier mot,
Peut-être (on est si distinguée à fleur de peau !)
                Elles vont tomber en syncope
                Avec des regards d’antilope ; —
                Mais tout leur être est interlope !
 
                Tu veux pas fleurir fraternel ?
                C’est bon, on te prendra tel quel,
                Petit mammifère usuel !
                            Même la blague
Me chaut peu de te passer au doigt une bague.
                            — Oh! quel grand deuil,
Pourtant ! leur ferait voir leur frère d’un autre œil !
                Voir un égal d’amour en l’homme
                Et non une bête de somme
                Là pour lui remuer des sommes !
 
                Quoi ? vais-je prendre un air géant,
                Et faire appeler le Néant ?
                Non, non ; ce n’est pas bienséant.
                            Je me promène
Parmi les sommités des colonies humaines ;
                            Du bout du doigt
Je feuillette les versions de l’Unique Loi,
                Et je vivotte, et m’inocule
                Les grands airs gris du crépuscule,
                Et j’en garule ! et j’en garule !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νоuvеаu : Lе Ρеignе

Νаdаud : Viеillе histоirе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Jоdеllе : «Dеs аstrеs, dеs fоrêts, еt d’Αсhérоn l’hоnnеur...»

Сrоs : Сuеillеttе

Hеnri dе Régniеr

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

☆ ☆ ☆ ☆

Guérin : «Αh ! Sеignеur, Diеu dеs сœurs rоbustеs, répоndеz !...»

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Jе suis lе tristе Οisеаu dе lа nuit sоlitаirе...» (Lа Rоquе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui соntеmplе lе Сiеl...» (Grévin)

De Jаdis sur «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...» (Hugо)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Jаdis sur «Οù dоnс еst lе bоnhеur ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе