Jean-Baptiste Rousseau


Ode tirée du Psaume CXLV


 
 

FAIBLESSE DES HOMMES, GRANDEUR DE DIEU


 
        Mon âme, louez le Seigneur ;
        Rendez un légitime honneur
À l’objet éternel de vos justes louanges.
        Oui, mon Dieu, je veux désormais
        Partager la gloire des anges,
Et consacrer ma vie à chanter vos bienfaits.
 
        Renonçons au stérile appui
        Des grands qu’on implore aujourd’hui ;
Ne fondons point sur eux une espérance folle.
        Leur pompe, indigne de nos vœux,
        N’est qu’un simulacre frivole ;
Et les solides biens ne dépendent pas d’eux.
 
        Comme nous, esclaves du sort,
        Comme nous, jouets de la mort,
La terre engloutira leurs grandeurs insensées ;
        Et périront en même jour
        Ces vastes et hautes pensées
Qu’adorent maintenant ceux qui leur font la cour.
 
        Dieu seul doit faire notre espoir ;
        Dieu, de qui l’immortel pouvoir
Fit sortir du néant le ciel, la terre, et l’onde ;
        Et qui, tranquille au haut des airs,
        Anima d’une voix féconde
Tous les êtres semés dans ce vaste univers.
 
        Heureux qui du ciel occupé,
        Et d’un faux éclat détrompé,
Met de bonne heure en lui toute son espérance !
        Il protège la vérité,
        Et saura prendre la défense
Du juste que l’impie aura persécuté.
 
        C’est le Seigneur qui nous nourrit ;
        C’est le Seigneur qui nous guérit :
Il prévient nos besoins ; il adoucit nos gênes ;
        Il assure nos pas craintifs ;
        Il délie, il brise nos chaînes ;
Et nos tyrans par lui deviennent nos captifs.
 
        Il offre au timide étranger
        Un bras prompt à le protéger ;
Et l’orphelin en lui retrouve un second père :
        De la veuve il devient l’époux ;
        Et par un châtiment sévère
Il confond les pécheurs conjurés contre nous.
 
        Les jours des rois sont dans sa main :
        Leur règne est un règne incertain,
Dont le doigt du Seigneur a marqué les limites ;
        Mais de son règne illimité
        Les bornes ne seront prescrites
Ni par la fin des temps, ni par l’éternité.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νаdаud : Viеillе histоirе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Jоdеllе : «Dеs аstrеs, dеs fоrêts, еt d’Αсhérоn l’hоnnеur...»

Сrоs : Сuеillеttе

Hеnri dе Régniеr

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

☆ ☆ ☆ ☆

Guérin : «Αh ! Sеignеur, Diеu dеs сœurs rоbustеs, répоndеz !...»

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе suis lе tristе Οisеаu dе lа nuit sоlitаirе...» (Lа Rоquе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui соntеmplе lе Сiеl...» (Grévin)

De Jаdis sur «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе pеtits еnfаnts d’unе lаrvе оutrаgеusе...» (Сhаssignеt)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Jаdis sur «Οù dоnс еst lе bоnhеur ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz