Théophile de Viau

(1590-1626)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes en vrac

L’autre jour inspiré d’une divine flamme...

Ah ! Philis, que le Ciel me fait mauvais visage !...

Élégie : Proche de la saison où les plus vives fleurs...

Élégie : Cloris, lorsque je songe, en te voyant si belle...

Les Parques ont le teint plus gai que mon visage...

Remontrance à M. de Vertamon

Que mes jours ont un mauvais sort...

Épigramme : Grâce à ce Comte libéral...

Les Nautoniers

Je songeais que Phyllis des enfers revenue...

Cloris, pour ce petit moment...

J’ai fait ce que j’ai pu pour m’arracher de l’âme...

Quelque si doux espoir où ma raison s’appuie...

Mon frère je me porte bien...

Élégie : J’ai fait ce que j’ai pu pour m’arracher de l’âme...

Aussi souvent qu’Amour fait penser à mon âme...

Je ne vis onc femme si froide...

Sur une tempête qui s’éleva comme il était prêt de s’embarquer pour aller en Angleterre

S’il est vrai, Cloris, que tu m’aimes...

Cloris, lorsque je songe, en te voyant si belle...

Quand tu me vois baiser tes bras...

Esprits qui connaissez le cours de la nature...

Pour une amante irritée

Le plus aimable jour qu’ait jamais eu le monde...

Si j’étais dans un bois poursuivi d’un lion...

Dialogue

Vos rigueurs me pressaient d’une douleur si forte...

Épigramme d’un impuissant

Proche de la saison où les plus vives fleurs...

Ode : Cloris, pour ce petit moment...

Mesdames qui avez inventé cet usage...

Au moins ai-je songé que je vous ai baisée...

Un corbeau devant moi croasse...

La Maison de Sylvie

D’un sommeil plus tranquille à mes Amours rêvant...

Sonnet sur son exil dans les landes de Castel-Jaloux

La Solitude

Grâce à ce Comte libéral...

La frayeur de la mort ébranle le plus ferme...

Approche, approche, ma driade !...

Le Matin

Tout y chevauche, tout y fout...

Ton orgueil peut durer au plus deux ou trois ans...

À Monsieur de L. sur la mort de son père

J’ai trop d’honneur d’être amoureux...

Courtisans, qui passez vos jours dans les délices...

Stances : Quand tu me vois baiser tes bras...

Chanson en dialogue

Apollon Champion

Me dois-je taire encore, Amour, quelle apparence ?...

Désespoirs amoureux.

 
Remontrance à M. de Vertamon


 
Désormais que le renouveau
Fond la glace et dessèche l’eau
Qui rendait les prés inutiles,
Et qu’en l’objet de leurs plaisirs
Les places des plus grandes villes
Sont des prisons à nos désirs ;
 
Que l’oiseau, de qui les glaçons
Avaient enfermé les chansons
Dans sa poitrine refroidie,
Trouve la clef de son gosier
[...]

[lire le poème...]

Stances


 
Quand tu me vois baiser tes bras,
Que tu poses nus sur tes draps,
Bien plus blancs que le linge même,
Quand tu sens ma brûlante main
Se pourmener dessus ton sein,
Tu sens bien, Cloris, que je t’aime.
 
Comme un dévot devers les Cieux,
Mes yeux tournés devers tes yeux,
À genoux auprès de ta couche,
Pressé de mille ardents désirs,
[...]

[lire le poème...]


 
Ton orgueil peut durer au plus deux ou trois ans :
Après cette beauté ne sera plus si vive,
Tu verras que ta flamme alors sera tardive,
Et que tu deviendras l’objet des médisants.
 
[...]

[lire le poème...]


 
L’autre jour inspiré d’une divine flamme,
J’entrai dedans un temple, où tout religieux,
Examinant de près mes actes vicieux,
Un repentir profond fit soupirer mon âme.
 
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Сuеillеttе

Hеnri dе Régniеr

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

Μаllаrmé : «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...»

Lа Gеsséе : «Lе fеu brusquе, еt légеr, аuх Αstrеs s’асhеminе...»

Μаllеvillе : Lеs Sоuсis еt dеs Ρеnséеs

Lе Ρеtit : Sur mоn Βоrdеl dеs Μusеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оrgаnistе dе Νоtrе-Dаmе dе Νiсе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Gibiеr divin (Lоuÿs)

De Jаdis sur Lе Vоlеur (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «L’étоilе dе Vénus si brillаntе еt si bеllе...» (Μаllеvillе)

De Jаdis sur Ρаrоlе dе Sосrаtе (Lа Fоntаinе)

De Сосhоnfuсius sur «L’Οmbrе аssоurdit lе fluх...» (Viviеn)

De Jаdis sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz