Cécile Sauvage

(1883-1927)

 

Cécile Sauvage


Fumées


 
 
                            *
 
              Le brouillard fondu
              Prend les arbres nus
              Dans sa molle haleine.
              Le jardin frileux
              Sous un voile bleu
              Se devine à peine.
 
              Le soleil blafard
              Résout le brouillard
              En perles d’eau blanche
              Dont le tremblement
              Miroite et s’étend
              À toutes les branches.
 
                            *
 
              L’azur d’un soir gris.
Un vague arc-en-ciel s’allonge et verdit
              Sur la côte obscure ;
Sa courbe légère et rose grandit
              De plus en plus pure.
À l’endroit où l’arc suave incliné
              Rejoint la colline,
Les arbres d’hiver prennent sa clarté,
              Dans leurs branches fines.
 
                            *
 
    Un oiseau chante comme une eau
    Sur des cailloux et des pervenches.
    Quelle odeur de printemps s’épanche
    De cette pure voix d’oiseau !
 
                            *
 
    Le paysan vieux et cassé
    Rejoint son obscure chaumine
    Qui somnole sur la colline
    Dans le velours tendre d’un pré.
    Il voit d’en bas tourner le chien
    Et la lueur d’un jeune pin
    Se détacher doucement verte
    Dans l’ombre de la porte ouverte.
 
                            *
 
L’homme et son fils menant leur vache d’un pas lourd
S’en vont sur le chemin luisant encor de pluie.
Un soleil velouteux et gris de petit jour
Enveloppe en rêvant la montagne endormie.
La vache dit adieu à son dernier matin :
Plus jamais le pré vert où sautait sa mamelle
Lourde et riche à plaisir d’un printanier butin.
Pourtant, que cette aurore a l’air d’être éternelle !
 
                            *
 
    La lune pâle, rêveuse
    Et transparente à demi,
    Glisse sur la vaporeuse
    Douceur d’un ciel endormi.
    Dans les branches dénudées
    Et si grêles d’un bouleau
    Une lueur irisée
    Incline ses calmes eaux.
    C’est l’hiver et sa tristesse
    Avec de muets oiseaux
    Se berçant à la sveltesse
    Sans feuillage des rameaux.
 
                            *
 
Homme au grand chapeau tombant,
À la figure flétrie,
Quelle étrange horlogerie
Vous fait aller titubant ?
Quel cœur dans votre poitrine
Éveille des souvenirs ?
Voyez-vous l’ombre divine
De la lune revenir,
Ou bien n’êtes-vous qu’un rêve
Flottant en vagues habits
À travers les heures brèves
Et sous les ciels engourdis ?
 
                            *
 
    J’ai vu ce matin la lune
    Pâle dans les longs bouleaux
    Et cette image importune
    Reviendra dans mon cerveau.
    Elle viendra persistante
    Comme un avertissement
    Dans un rêve qui me hante,
    Et j’ai le bref sentiment
    Qu’au jour de ma destinée
    Dans un bouleau langoureux
    Luiront nettement les feux
    De cette lune obstinée.
 
                            *
 
    Voici des enfants qui passent
    Et qui gardent dans leurs cœurs
    Le trouble des doux espaces
    Où la nature est en fleurs.
 
    De la terre abstraite et pâle
    Auront-ils d’autres lueurs
    Que cette heure matinale
    Qui s’embrume dans leurs cœurs ?
 
    Plus tard à l’ombre assoupie
    D’indifférence où l’on meurt,
    Ils ne verront de leur vie
    Qu’un bref espace et ces fleurs.
 
                            *
 
    Ils vivent, Dieu, ils respirent,
    Des femmes vont leur sourire.
    De quel pâle souvenir
    S’aideront-ils pour mourir ?
    Ah ! que le cœur enfantin
    Des hommes est tendre encore
              Quand monte l’aurore
              Du dernier matin !
    Vers quel bercement de femme
    Se retournent-ils alors ?
    Ô pauvre homme, tu t’endors
    Et quelle nuit te réclame !
 
                            *
 
    Ne cherche pas de tes mains
    À raccrocher la lumière,
    Personne ne te retient
    Et cette heure est la dernière.
    Ta mère est morte elle aussi.
    Te revois-tu tout petit ?
    Que la pelouse était verte
    Sous les fenêtres ouvertes !
 
                            *
 
              C’est lorsque l’abeille
Se balance sur les fleurs,
              C’est lorsque s’éveille
Du silence et de l’odeur
              Une mélodie
Fluide comme l’air pâli
              Où l’ombre et la vie
S’assoupissent à demi...
 
                            *
 
Regarde sous ces rameaux
Où murmurent les oiseaux
Toutes ces croix alignées :
Ce sont les tristes épées
Qui nous fixeront au sol ;
Et pourtant, ce rossignol...
 
                            *
 
Âme profonde et tranquille,
Tu vois les monts et la ville
D’un même grave regard.
Dans la mousseline blanche,
Rêveusement tu te penches
Sur le fond gris du brouillard.
La lune qui se balance
Est partie avec silence
De l’arbre humide et fumeux ;
On n’entend rien de la plaine
Que la rumeur incertaine
Des hommes vivant entre eux.
 
                            *
 
Marécageuse humanité
Dont la voix au loin murmure
Pareille aux crapauds secrets
De l’étang sous la verdure,
Pince tes violons clairs ;
Ton chant est vide et si triste
D’être habituel dans l’air
Comme un rythme qui persiste.
 
                            *
 
La ville sous la fumée
Du soir et des cheminées
Flotte en un rêve étranger
Et s’efface. Son église
De fines colonnes grises,
Pareilles aux pins légers,
Sur le fond de la colline
Grandit, sans âge et divine
Dans le soir désespéré.
 
                            *
 
Ainsi, voilà l’espace où ma vie a tourné,
              Ces monts, ces arbres sombres.
C’est pour ces incidents si vains et si légers
              Que je sortis des ombres,
 
Pour cette humble fenêtre où l’azur assoupi
              Balance des abeilles,
Pour ces rêves menus dont mon cœur endormi
              A caressé ses veilles.
 
Je n’étais que cela, je ne suis que cela,
              Ô ma vie isolée,
Et le temps a choisi d’acheminer mes pas
              Au sein de ces vallées.
 
Adieu le souvenir, adieu toutes saisons
              Mauvaises ou joyeuses ;
Le jour passe et je donne aux brises du gazon
              Mon âme harmonieuse.
 
                            *
 
    Donnez-moi le souvenir
    Des plus jeunes matinées,
    Grêles feuilles satinées
    Qui vous bercez à plaisir.
    Donnez-moi cette harmonie
    Où vos rameaux endormis
    Dans les brises assouplies
    Se réveillent à demi.
    Que ne suis-je l’oiseau calme
    Qui descend l’escalier vert
    De vos élastiques palmes
    Où glisse le ciel désert !
 
                            *
 
Les moutons, le chien, la bergère
Passent ; la lune, le vent
Et les ramures légères
Accompagnent lentement
Leur fuite jusqu’au tournant.
 
                            *
 
Dans l’herbe trottine un chien,
Une brindille remue,
Un oiseau fuit et plus rien
Ne bouge sur l’avenue.
 
                            *
 
    Quelle molle inexistence
    Descend en pâle lueur
    De ce bouleau qui balance
    Sa ramure de fraîcheur.
    Cette fraîcheur endormie
    De lumière verte et calme
    A la rêveuse harmonie
    Et le silence de l’âme.
 
                            *
 
Femme pensive, nue et qui flottes sur l’eau
Entre les pâles lys et les grêles bouleaux,
Les deux bras repliés, les jambes allongées
Et toute ta beauté vaguement émergée ;
Que regardent tes yeux dans le ciel bas et gris ?
Ne te sens-tu pas fuir sur ce fleuve endormi
Et dont le mouvement invisible et tranquille
T’entraîne abandonnant les rives immobiles ?
 
                            *
 
              Je ne veux qu’un rêve
              À demi-flottant,
              Que mon âme brève
              Passe en voletant,
              Que la brume fine
              L’enveloppe aussi ;
              Qu’elle s’achemine
              Sans autre souci
              Que celui d’errer
              Avec une brise,
              Sur l’arbre léger,
              Sur la terre grise.
 
                            *
 
    Je ne peux rien retenir,
    Ni la lune ni la brise,
    Ni la couleur rose et grise
    D’un étang plein de dormir ;
    Ni l’amitié ni ma vie,
    Ombre fuyante et pâlie
    Dont je perds le souvenir.
 
                            *
 
Comme un geste ancien j’ai vu sur le mur
              S’allonger la treille
              Et parmi l’azur
              Flotter les abeilles.
              M’habituai-je, cependant,
              À voir la lune pâle et ronde
              Sortir de la courbe du monde,
              S’élever dans l’air en glissant
              Et s’effacer à l’aurore,
              Plus lente et plus pâle encore ?
 
                            *
    Un rapide corbillard
    Trotte sous les branches douces.
    L’air rose entoure le char
    Et le vent le pousse.
 
                            *
 
    Mes pieds touchent-ils le pré ?
    Une hirondelle s’envole.
    Ah ! comme le jour doré
    Pèse peu sur mes épaules ;
    Comme il pâlit et se fond
    Dans la brume de la lune
    Et m’entraîne et me confond
    Avec la ramure brune.
 
                            *
 
    Dans l’ombre de ce vallon
    Pointent les formes légères
    Du Rêve. Entre les bourgeons
    Et du milieu des fougères
    Émergent des fronts songeurs
    Dans leurs molles chevelures,
    Et des mamelles plus pures
    Que le calice des fleurs.
 
    Ô rêve, de cette écorce
    Dégage ton souple torse,
    Tes deux seins roses et blancs,
    Et laisse dans le branchage
    Retomber le long feuillage
    De tes cheveux indolents.
    Ne sors jamais qu’à demi
    De cette écorce native
    Et reste à jamais captive
    De ce silence endormi,
    Ô Beauté triste et pensive.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 28 avril 2013 à 10h24



 
                           *  *
 
 Rien n’est aussi bleu que la lune
Et mon coeur il est explosé
Le jour est comme une nuit brune
On peut bien mal s’y reposer

* *
Je n’ai pas vécu pour des prunes
A passion fus exposé
Comme il ne peut y en avoir qu’une
La vivre je n’ai pas osé
* *
Appelle-la l’enchanteresse
Moi je la nomme ma princesse
Moi son poisson elle mon eau
* *
Mais je me tais mes mots profanent
Ce bel amour que déjà fane
Le retour à des jours normaux
 
 
                           * *
 
 La gloire de l’humanité
N’est pas plus forte qu’un murmure
Venu des coins déshérités ;

Mais le printemps et sa verdure
Rendent ce monde un peu plus clair,

Même si les humains sont tristes,
Ils respirent la joie dans l’air
Et l’espoir en leurs coeurs persiste.

                     
                           * *

 Par un lièvre dans la neige
De mars, des traces de pas
Sautillantes comme arpèges ;
Mais la neige ne tient pas

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 septembre 2013 à 10h18

Sursaute, étoile rêveuse,
L’aube surgit à demi ;
Ta conscience vaporeuse
Poursuit son chemin parmi
La lumière dénudée
Du matin. Sur les bouleaux
Se dépose la rosée
Provenant des calmes eaux.
Même en leurs jours de tristesse
Chantent gaîment les oiseaux,
Et de leur chant, l’allégresse
Fait fleurir mille rameaux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 5 novembre 2013 à 10h23

Tant d’eau ruisselle dans le pré
Que cela forme des rigoles ;
Sur les arbres, des fruits dorés
Craignent les oiseaux qui les volent.
Ce poème n’est point profond,
Il comprend même des lacunes .
Un mot à l’autre se confond
Dans le désordre de ma plume.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 février 2014 à 11h24

Pesanteur des jours
--------------------------

Certains jours, le destin nous semble obscur et lourd
Et l’horizon perdu sous un rideau de pluie.
Gardons notre sang-froid, dans ces sinistres jours :
Notre joie n’est pas morte, elle n’est qu’endormie,
Le soir abolira les craintes du matin.
La lenteur de l’esprit, les tristesses charnelles,
L’impression de trimer pour un maigre butin :
Ces peines, mes amis, ne sont pas éternelles.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 14 février 2014 à 11h09

Errance
--------

Sur son âne gris,
Le barde parcourt un pré qui verdit.
Sa vie est obscure,
Mais il n’en a cure :
Ne redoutant point l’ombre qui grandit,
Il laisse les jours ainsi dériver ;
Son âne chemine
Et n’est point pressé, vraiment, d’arriver,
Mâchant l’herbe fine.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 6 mai 2014 à 10h20

Puissance onirique
---------------------

Grand est le pouvoir du rêve ;
Loin de ce monde flottant,
Que la nuit soit longue ou brève,
Il nous mène, voletants,
Vers des prés à l’herbe fine,
Vers de sombres bois aussi,
Et puis il nous achemine
Vers une île sans souci,
Ainsi nous cessons d’errer
Au gré de toutes les brises,
Nous goûtons, le corps léger,
L’ombre d’une vieille église.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 10 juin 2014 à 11h36

Fleur bizarre
---------------------

Vois l’étrange oiseau qui passe,
L’intrépide voyageur
Qui traverse des espaces
Pour découvrir une fleur.

Il va, sur la terre pâle,
Où la nuit a des lueurs
Trompeusement matinales
Qui lui font froid dans le coeur.

La fleur n’est point assoupie ;
Elle est peut-être en langueur,
Elle se dit que sa vie
A bien traîné en longueur.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 10 septembre 2014 à 13h29

Ubuesque
-------------

Gidouille en quenouille tombant
(Sans que ta force soit flétrie),
Jarry, dans son horlogerie,
Fit ton mouvement titubant ;

D’un morceau de lard de poitrine
Il a pris soin de se munir
Pour te graisser, folle machine
Pouvant les instants retenir,
Machine à transformer les rêves !

Gidouille, apporte mes habits,
Car c’est la fin de la nuit brève,
Le retour au monde engourdi.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 30 janvier 2015 à 16h00

Plaisir des lézards
------------------------

Qu’elle est douce, l’existence
Des lézards, dans les lueurs
D’un soleil levant de France !

Ils rêvent dans la fraîcheur
De la courette endormie ;
L’aurore allume des flammes

Qui brûlent en harmonie
Avec celle de leur âme.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 28 septembre 2015 à 11h41

Mange-lune
--------------

Dans une humeur dévoreuse,
Le noir dragon de la nuit
Aux mâchoires vaporeuses
Mord cette lune qui luit ;

Or, la lune dévorée
Nous apparaît de nouveau ;
Sur sa planète ignorée,
Le dragon rentre au caveau.

Nul des deux n’a de tristesse,
Nous révèlent les oiseaux ;
Baiser rare est allégresse,
De la naissance au tombeau.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ιl а plu tоut un јоur dе grisаillе еt dе brumе...»

Flаminiо dе Βirаguе

Μilоsz : Vоуаgе

Μilоsz : Vоуаgе

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Jаmmеs : FΙΝΑLΕ DU СΑΝΤΙQUΕ DΕ LΟURDΕS

Αpоllinаirе : À lа Sаnté

☆ ☆ ☆ ☆

Μоréаs : «Été, tоus lеs plаisirs...»

Hеrеdiа : Flеurs dе Fеu

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Lа Villе dе Μirmоnt : Lа Sоif dе vivrе

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Lесоntе dе Lislе : L’Αurоrе

Соppéе : Lе Саbаrеt

Νеlligаn : Τristеssе blаnсhе

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρhаntаsmа (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur «Сеs сhеvеuх, сеs liеns, dоnt mоn сœur tu еnlасеs...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Ρаsiphаé (Βаnvillе)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Unе flеur pаssаgèrе, unе vаinе pеinturе...» (Gоmbаud)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Sеnsаtiоn (Rimbаud)

De piсh24 sur Lе Gоût dеs lаrmеs (Rоllinаt)

De Gоrdеаuх sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Сhristiаn sur «Quiсоnquе, mоn Βаillеul, fаit lоnguеmеnt séјоur...» (Du Βеllау)

De piсh24 sur Lе Ρrеmiеr Αmоur (Dеsbоrdеs-Vаlmоrе)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Williаm sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz