Léon Duvauchel

(1848-1902)

 

Léon Duvauchel


La Chanson du Bon-Accueil


 

Pour une Hôtesse forestière


L’auberge est blanche et réjouie :
Elle rit au soleil levant.
C’est une fleur épanouie
Sous le rude baiser du vent.
Dominant sa double clairière
Où s’égosille le bouvreuil,
Forêt devant, forêt derrière,
C’est l’auberge du Bon-Accueil.
 
N’y craignez pas de tragédie
Que termine votre trépas :
Au franc pays de Picardie
Nos enseignes ne mentent pas.
Tout là-bas, au tournant des côtes,
Nul brigand n’attend sur le seuil :
Voyez l’air engageant des hôtes
De l’auberge du Bon-Accueil.
 
Bon garde, viens-y dès l’aurore,
En allant tuer tes lapins.
Les yeux ensommeillés encore,
Voici qu’accourent trois bambins.
Ils vont émietter leur pitance
À ton chien, couleur d’écureuil,
Qui, tout heureux, aboie et danse
Pour l’auberge du Bon-Accueil.
 
Pauvres boquillons qui, sans trêve,
Débitez les arbres géants ;
Vieux charbonniers, jamais en grève ;
Clapeurs, honte des fainéants ;
Grumiers sobres, fuyant les bouges ;
Ventiers ayant bon pied, bon œil,
Allez vous tendre vos mains rouges
Dans l’auberge du Bon-Accueil.
 
La chasse court sous la charmille.
Le lancer trouble les échos.
La meute partout s’éparpille.
Mort aux dix cors, mort aux ragots !
Peut-être un veneur débonnaire,
Ce soir, d’un cuissot de chevreuil,
Viendra renforcer l’ordinaire
De l’auberge du Bon-Accueil.
 
Au mendiant, au pauvre hère
Dont des haillons sont les habits,
On voit souvent la ménagère
Donner un chanteau de pain bis...
Même un gîte, après la pâtée...
Qu’eussent-ils brouté ? du cerfeuil
Ou quelque racine gâtée,
Sans l’auberge du Bon-Accueil !
 
Cher asile, humble, mais prospère,
Qu’un dieu sur toi pose la main ;
Que les enfants après le père
Vivent au bord du grand chemin.
Sois accueillant à tout le monde,
Hormis aux porteurs de cercueil,
Et qu’on te célèbre à la ronde,
Douce auberge du Bon-Accueil !
 
Or, j’écris ces couplets champêtres,
Moi, le parrain de la maison,
Assis à l’ombre des grands hêtres
D’où la faine tombe à foison.
Sort propice, fais-moi la joie,
Fou de mon art, mon seul orgueil,
Que plus d’un été me revoie
À l’auberge du Bon-Accueil.
 
Puisse-t-on garder la mémoire,
Au fond des hameaux forestiers,
Du poète qui mit sa gloire
À respirer les églantiers
Cette fleur de sa rêverie,
Et l’offre en partant, l’âme en deuil,
À sa blonde hôtesse, Marie,
Notre-Dame du Bon-Accueil.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Τu sоis lа biеnvеnuе, ô biеnhеurеusе trêvе !...»

Hеrvillу : Ρuérilités

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : Lе Τаbас

Μеndès : Lе Rоssignоl

Αntоinе dе Νеrvèzе

Νеrvаl

Viеlé-Griffin : «Dоrmir еt rirе d’аisе...»

Hugо : Lе Μеndiаnt

Lаhоr : Οurаgаn nосturnе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Νi lа dоuсе pitié, ni lе plеur lаmеntаblе...»

Νеlligаn : Lа Ρаssаntе

Vаlérу : «Lа lunе minсе vеrsе unе luеur sасréе...»

Hugо : Viеillе сhаnsоn du јеunе tеmps

Lе Ρеtit : Αu Lесtеur сuriеuх

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Αllеz еn pаiх

Сrоs : Siх tеrсеts

Hugо : Βêtisе dе lа guеrrе

Hugо : Lе Sасrе dе lа Fеmmе

Сrоs : Βеrсеusе : «Ιl у а unе hеurе bêtе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Rеflеts (Μаеtеrlinсk)

De Сосhоnfuсius sur Сésаr (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...» (Lе Μоuël)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz