Apollinaire

Alcools, 1913


Clair de lune


 
Lune mellifluente aux lèvres des déments
Les vergers et les bourgs cette nuit sont gourmands
Les astres assez bien figurent les abeilles
De ce miel lumineux qui dégoutte des treilles
Car voici que tout doux et leur tombant du ciel
Chaque rayon de lune est un rayon de miel
Or caché je conçois la très douce aventure
J’ai peur du dard de feu de cette abeille Arcture
Qui posa dans mes mains des rayons décevants
Et prit son miel lunaire à la rose des vents
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 26 avril 2013 à 16h49



Emmené par Chagall aux villages déments,
J’y trouve un tamanoir invisible et gourmand.
Il traverse la nuit avec un bruit d’abeille
Et vole les tonneaux pleins du jus de la treille.

En vain je le pourchasse en explorant le ciel,
Je lui propose en vain mes tartines de miel ;
Il me fuit, il se cache, il part à l’aventure,
Il me force à courir le long de la toiture,

Jusqu’à ce qu’au matin, par un tour décevant,
L’étrange tamanoir se change en éléphant.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 26 avril 2013 à 19h36

J’ai habité jadis au milieu de déments
Dont les crânes sonnés par des médicaments
Logeaient, yeux ébahis, des colonies d’abeilles
Nourries, pour mieux rimer, de raisins « pures treilles ».
Un albatros humain toujours le nez au ciel
J’y connus : son cerveau faisait le meilleur miel.
Un jour je conterai toutes ces aventures
Dans des livr’ imprimés dans des manufactures.
En attendant je fais des rêves décevants,
Pleurant les jours de pluie, souffrant des nuits de vent...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 18 septembre 2015 à 11h11

Vibrations apicoles
----------------------

Une reine concocte un apéro dément
Pour enivrer cinq cent mille insectes gourmands ;
Cette troupe joyeuse applaudit les abeilles
Et, frénétiquement, bourdonne dans les treilles.

La rumeur de la fête anime terre et ciel,
Le monde s’éclaircit dans une odeur de miel,
Ceux qui savent voler volent à l’aventure,
Ceux qui savent courir arpentent les toitures.

Vraiment, cet apéro ne fut pas décevant,
S’en souviennent la pluie, le soleil et le vent.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 11 décembre 2021 à 22h48

Version améliorée :

J’ai jadis habité au milieu de déments
Dont les crânes sonnés par les médicaments
Hébergeaient ébahis des colonies d’abeilles
Nourries pour mieux rimer au raisin « pure treille ».
Un albatros humain toujours le nez au ciel
J’y connus : son cerveau faisait leur meilleur miel !

Un jour je consignrai ces moultes zaventures
Dans des livre imprimés sur des dos de factures.
En attendant je fais des rêves décevants,
Pleurant les jours de pluie, souffrant des nuits de vent...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 12 décembre 2021 à 11h57


Je vaguais sur les bords du vieux pays normand ;
Le ciel manifestait des signaux alarmants.
Et en effet, voici que le vent se réveille,
Bouleverse la mer, et me siffle aux oreilles.
Le déluge se fit promptement torrentiel ;
Il tonnait comme dans le Livre d’Ezéchiel.
Tandis que l’ouragan arrachait les toitures,
Je bataillais en vain, cherchant la fermeture
Qui eût dû compléter mon maigre coupe-vent :
Car, distrait, j’avais mis le derrière devant.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

Μаllаrmé : «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...»

Lа Gеsséе : «Lе fеu brusquе, еt légеr, аuх Αstrеs s’асhеminе...»

Μаllеvillе : Lеs Sоuсis еt dеs Ρеnséеs

Lе Ρеtit : Sur mоn Βоrdеl dеs Μusеs

Μаupаssаnt : Νuit dе nеigе

Vеrlаinе : «Vоus êtеs саlmе, vоus vоulеz un vœu disсrеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Fаntômе d’Ursulе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Jаdis sur Μéditаtiоn grisâtrе (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur «Sоus lеs оmbrеs du bоis, аu bоrd d’unе fоntаinе...» (Lа Rоquе)

De Jаdis sur «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...» (Μаllаrmé)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Jаdis sur Сhаrmеs du pаssé (Rоdеnbасh)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе