Apollinaire

Alcools, 1913


Un soir


 
Un aigle descendit de ce ciel blanc d’archanges
      Et vous soutenez-moi
Laisserez-vous trembler longtemps toutes ces lampes
      Priez priez pour moi
 
La ville est métallique et c’est la seule étoile
      Noyée dans tes yeux bleus
Quand les tramways roulaient jaillissaient des feux pâles
      Sur des oiseaux galeux
 
Et tout ce qui tremblait dans tes yeux de mes songes
      Qu’un seul homme buvait
Sous les feux de gaz roux comme la fausse oronge
      Ô vêtue ton bras se lovait
 
Vois l’histrion tire la langue aux attentives
      Un fantôme s’est suicidé
L’apôtre au figuier pend et lentement salive
      Jouons donc cet amour aux dés
 
Des cloches aux sons clairs annonçaient ta naissance
                            Vois
Les chemins sont fleuris et les palmes s’avancent
                            Vers toi
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 9 mai 2014 à 10h51

Après Roncevaux
------------------------

L’âme du preux Roland, soutenue par l’archange,
Va vers le paradis ;
Les pieds de l’empereur pataugent dans la fange,
Ce dont ils sont salis.

Et l’âme d’Olivier monte vers une étoile
Brillant d’un éclat bleu ;
L’empereur a du sang sur son habit de toile
Dessus lequel il pleut.

L’empereur, méditant, une fois de plus songe :
Trahison. Je savais.
Ah ! Le son de ce cor dans mon coeur se prolonge ;
Périssent les mauvais.

Si l’armée à ce cor eût été attentive,
Nous aurions trucidé
Cette troupe qui fut à mon ordre rétive,
Et qui trichait aux dés.

Roland, je me souviens qu’au jour de ta naissance
Naquit un peu de moi ;
C’est ma mort à présent qui dans mon coeur s’avance :
Comment vivre après toi ?

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаmuz : Lе Ρауs

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Сrоquis

Rаmuz : Lе Ρауs

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Сhоsеs fаtаlеs (Rоdеnbасh)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе