Antoine de Bertin

(1752-1790)

Les Amours

(1780)

Livre 1 ×
Livre 2 +
Livre 3 +
 

Antoine de Bertin

Les Amours, 1780


À Eucharis


 
          Qui ? Moi ! J’ai pu d’un air farouche
      Te repousser dans mon emportement ?
J’ai pu meurtrir tes bras, noircir ton cou charmant,
Et blesser sans pitié les roses de ta bouche ?
      Punis ces dents qui font couler tes pleurs.
Je m’offre, sans défense, à ta juste colère ;
N’épargne pas mes yeux, imite mes fureurs.
Je conduirai tes coups, si ta main délibère.
      Mais pourquoi donc ce rival odieux
          Rôde-t-il sans cesse à ta porte ?
          Pourquoi ces billets qu’on t’apporte
          Avec un soin mystérieux ?
          Que veut cette foule idolâtre
De papillons dorés, d’insectes orgueilleux,
Qui bourdonne à ta suite, et t’annonce en tous lieux ?
Que fais-tu la dernière au sortir du théâtre ?
Que fais-tu la première au temple de nos Dieux ?
          Pardonne, ô ma jeune maîtresse :
          Mon cœur s’inquiète aisément.
      Je l’avouerai : dans ma fougueuse ivresse
      Je ne sais point aimer paisiblement.
L’oiseau, qui dans ton sein repose mollement,
Et mord en se jouant ta langue enchanteresse,
D’un enfant au berceau l’innocente caresse,
Un baiser de ta sœur alarme ma tendresse,
          Et désespère ton amant.
      Je suis jaloux de l’ouvrier habile
      Qui de ton corps mesure les contours ;
      Je suis jaloux de ce marbre immobile,
      Qui tous les soirs te voit changer d’atours ;
      Je suis jaloux de toute la nature ;
      Et malheureux, jour et nuit tourmenté,
Je crois voir un rival caché dans ta ceinture,
Et sous le tissu fin qui voile ta beauté.
 
Revenez, revenez, doux enfants de Cythère ;
Ramenez-nous la paix et les aimables jeux ;
Cachez à mes rivaux mon crime involontaire ;
Couvrez ces vils combats des ombres du mystère :
Eucharis me sourit, ma grâce est dans ses yeux.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

Τоulеt : «Сеt huissiеr, qui јеtаit, l’été...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Сосhоnfuсius sur Μédаillе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Сосhоnfuсius sur Lе Соurеur (Hеrеdiа)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Jаdis sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Ρаris vаissеаu dе сhаrgе (Ρéguу)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе