Antoine de Bertin

(1752-1790)

Les Amours

(1780)

Livre 1 +
Livre 2 ×
Livre 3 +
 

Antoine de Bertin

Les Amours, 1780


À Eucharis


 
      Qui t’aimera jamais comme je t’aime ?
      Dans tes yeux seuls qui mettra son bonheur ?
              Reviens, ô mon bien suprême ;
      Entre mes bras abjure ton erreur ;
              Reviens, crois-moi : mon visage
              N’est point si changé du temps.
      Vois sur mon front ces cheveux bruns flottants :
      De la vieillesse ont-ils senti l’outrage ?
              Ne rougis point de mon âge ;
      Je compte à peine un lustre après vingt ans.
Je suis cher à Vénus, cher au dieu de la Thrace ;
Au milieu des festins je bois le vin mousseux ;
Émule de Chapelle, et disciple d’Horace,
              Parfois son luth, avec grâce,
      A retenti sous mes doigts paresseux.
Qui sait mieux, à pas lents, dans une nuit obscure,
Chercher furtivement l’objet de ses désirs,
Déposer des baisers sans le moindre murmure,
Et varier, suspendre, ou hâter les plaisirs ?
Tu pleureras un jour ta rigueur imprudente ;
De mon amour, trop tard, tu connaîtras le prix.
Dès demain, dès ce soir, mon âme indépendante
      Peut châtier tes superbes mépris.
      Déjà, déjà vingt beautés dans Paris
      M’offrent leur cœur, et briguent ma tendresse.
      J’en sais même une, ô ma belle maîtresse,
Qui se vante tout haut d’être mon Eucharis.
      Reviens, avant qu’une étrangère,
Près de moi, vers minuit, se glisse entre deux draps,
Et sur mon lit défait, en chemise légère,
Le lendemain matin repose dans mes bras.
Oui, reviens : à ce prix, ma compagne adorable,
Ton ami se soumet à la plus dure loi ;
      Et si jamais il ose devant toi
Louer, regarder même un seul objet aimable,
Puissent, le jour entier, dans tes yeux menaçants
Ses yeux chercher en vain le pardon qu’il implore,
Et ta porte, insensible à ses cris gémissants,
          Ne point s’ouvrir avant l’aurore !
      Songes-y bien, la coupable beauté
      Que nul amant n’a pu trouver constante,
      Dans son automne expiant sa fierté,
      Seule en un coin, plaintive et gémissante,
      À la lueur d’une lampe mourante,
      Conduit l’aiguille, ou d’une main tremblante
Tourne un fuseau de ses pleurs humecté.
      En la voyant, la maligne jeunesse
          Triomphe, et rit de sa douleur.
          L’amour, armé d’un fouet vengeur,
De désirs impuissants tourmente sa vieillesse :
Elle implore Vénus ; mais la fière déesse
Détourne ses regards, et lui répond sans cesse,
          Qu’elle a mérité son malheur.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Сеuх qui dеs Rоis, pаr fаits сhеvаlеurеuх...» (Τаhurеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lа rоbе dе lаinе а dеs tоns d’ivоirе...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе