Antoine de Bertin

(1752-1790)

Les Amours

(1780)

Livre 1 +
Livre 2 +
Livre 3 ×
 

Antoine de Bertin

Les Amours, 1780


Aux manes d’Eucharis


 
Depuis que tu n’es plus, depuis que je te pleure,
Le soleil a fini, recommencé son tour :
          Je puis enfin vers ta demeure
Tourner mes tristes yeux lassés de voir le jour.
Ô toi, jadis l’objet du plus ardent amour,
Toi que j’aimais encor d’une amitié si tendre,
          Eucharis, si tu peux m’entendre
Des bords du fleuve affreux qu’on passe sans retour,
Reçois ces derniers vers que j’adresse à ta cendre.
Lorsque, du sort, si jeune, éprouvant la rigueur,
Tu périssais hélas ! d’un mal lent et funeste,
Moi-même, tu le sais, consumé de langueur,
Je voyais de mes jours s’évanouir le reste.
Tu mourus : à ce coup, j’en atteste les Dieux,
Je demandai la mort ; j’étais prêt à te suivre ;
À mes plus chers amis j’avais fait mes adieux.
Catilie à l’instant vint s’offrir à mes yeux,
Me serra sur son cœur ; et je promis de vivre.
          Trop heureux sous sa douce loi,
Elle-même aujourd’hui permet que je t’écrive :
Tout ce qui te connut te regrette avec moi,
Et cherche à consoler ton ombre fugitive.
          Déjà, les yeux mouillés de pleurs,
Et brisant son beau luth qui résonnait encore,
          Le doux chantre d’Éléonore
Sur tes restes chéris a répandu des fleurs ;
Il t’élève un tombeau : c’est assez pour ta gloire.
          Moi, plus timide, tout auprès
          Je choisis un jeune cyprès,
          Et là je grave notre histoire.
À ce mot, Eucharis, ne va point t’alarmer.
Loin de moi tous ces noms dont un amant accable
          L’objet qu’il cesse de charmer !
          Le temps a dû me désarmer,
          Et ton cœur n’est point si coupable.
Pour un autre que moi s’il a pu s’enflammer,
          Sans doute il était plus aimable :
          Hélas ! savait-il mieux aimer ?
N’importe : dors en paix, ombre toujours chérie ;
D’un reproche jaloux ne crains plus la rigueur :
          Ma haine s’est évanouie.
Tu fis, sept ans entiers, le bonheur de ma vie :
C’est le seul souvenir qui reste dans mon cœur.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lа Βеsасе

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сhаssе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Dеs trоis sоrtеs d’аimеr, lа prеmièrе ехpriméе...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе