Antoine de Bertin

(1752-1790)

Les Amours

(1780)

Livre 1 +
Livre 2 ×
Livre 3 +
 

Antoine de Bertin

Les Amours, 1780



Oui, c’en est fait : je demeure en ces lieux ;
Je borne ici ma course vagabonde.
De ces longs pins le deuil religieux
Convient hélas ! à ma douleur profonde.
Tranquille, au loin, je n’entends sous les cieux
Que le bruit sourd de l’océan qui gronde.
Je puis donc seul verser enfin des pleurs,
Et dans les airs exhaler mon martyre ;
Si quelque nymphe, apprenant mes malheurs,
Aux rocs émus ne court point les redire.
Je puis donc seul de lamentables cris
Lasser en paix ces vastes solitudes.
D’où reprendrai-je, inhumaine Eucharis,
Tes désirs vains, tes injustes mépris,
Et tes noirceurs et tes ingratitudes ?
Ils sont passés ces jours délicieux,
Où, tout rempli de ma première ivresse,
Sans nul soupçon, sans reproche odieux,
Sûr d’être aimé de ma belle maîtresse,
Par mon bonheur je surpassais les Dieux.
Depuis long-temps sa fatale colère
D’ennuis amers a trop su me nourrir.
Je perds son cœur ; je cesse de lui plaire :
De ma douleur je n’ai plus qu’à mourir.
Oui, j’en mourrai : voilà mon espérance.
Je vois déjà mon étoile pâlir ;
Lassé du jour, lassé de ma souffrance,
Dans le Cocyte, avec indifférence,
Comme un torrent, je cours m’ensevelir.
Approchez-vous pour fermer ma paupière,
Approchez-vous, peuple cher à Vénus.
Votre ami touche à son heure dernière :
Bientôt, hélas ! Mysis ne sera plus.
 
Oh ! qui pourra me voir ainsi descendre
Dans le cercueil, à la fleur de mes jours ?
Qui ne voudra toucher au moins la cendre
Du paresseux, qui chanta les amours ?
Là, je le sais, nul orateur célèbre
N’étalera d’éloquentes douleurs :
Mais sur ma tombe on sèmera des fleurs ;
Mais nul amant de la pompe funèbre
Ne reviendra sans répandre des pleurs.
 
À la pitié, toi seule inaccessible,
Toi seule, ingrate et coupable beauté,
Contempleras d’un œil sec et paisible
La place encore où ce cœur trop sensible
Déplorera ton infidélité.
Ô mes amis, pour consoler mon ombre,
Transportez-moi sous les riants berceaux
De feuillancour, dans ce bois frais et sombre
Entrecoupé de mobiles ruisseaux ;
Dans ce Tibur solitaire et champêtre
Aux jeux, aux ris, aux plaisirs consacré ;
Dans ce vallon tant de fois célébré,
Où maintenant vous m’appelez peut-être.
Là, mes amis, au pied d’un jeune hêtre,
D’une onde pure en tout temps abreuvé,
Que mon tombeau soit sans pompe élevé ;
Et que vos mains y prennent soin d’écrire
Ces vers, qu’un jour, du haut du grand chemin,
Le voyageur qui monte à saint-Germain,
Tout en courant s’empressera de lire :
« Ci-gît, hélas ! un amant trop épris
« Des doux attraits d’une beauté cruelle ;
« Tout son destin fut d’aimer Eucharis,
« Et de mourir abandonné par elle. »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Βiеn quе lеs сhаmps, lеs flеuvеs еt lеs liеuх...» (Rоnsаrd)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе