Heredia

(1842-1905)

Les Trophées

(1893)

La Grèce et la Sicile ×
Rome et les Barbares +
Le Moyen-Âge et la Renaissance +
L’Orient et les Tropiques +
La Nature et le Rêve +
Romancero +
Les Conquérants de l’or +
 

Heredia

Les Trophées, 1893


Jason et Médée


 

                                         
À Gustave Moreau


En un calme enchanté, sous l’ample frondaison
De la forêt, berceau des antiques alarmes,
Une aube merveilleuse avivait de ses larmes,
Autour d’eux, une étrange et riche floraison.
 
Par l’air magique où flotte un parfum de poison,
Sa parole semait la puissance des charmes ;
Le Héros la suivait et sur ses belles armes
Secouait les éclairs de l’illustre Toison.
 
Illuminant les bois d’un vol de pierreries,
De grands oiseaux passaient sous les voûtes fleuries,
Et dans les lacs d’argent pleuvait l’azur des cieux.
 
L’Amour leur souriait, mais la fatale Épouse
Emportait avec elle et sa fureur jalouse
Et les philtres d’Asie et son père et les Dieux.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 26 novembre 2014 à 14h35

Temps de lecture
---------------------

J’apprécie les auteurs dont les oeuvres sont mûres ;
Au hasard de la Toile, on en trouve à foison,
J’aime les savourer en la grise saison
Où la mourante feuille en son arbre murmure.

Le novembral corbeau danse dans la ramure,
Avec Commère Pie échangeant des raisons ;
Le bélier pour l’hiver renforce sa toison,
La route sous nos pieds se fait un peu plus dure ;

Les livres, cependant, nous offrent leur parfum
Et le sage discours des grands auteurs défunts,
L’encre sur les feuillets n’étant point trop pâlie.

Les textes d’aujourd’hui ont aussi leur beauté,
Je ne suis pas de ceux qui vont la rejeter ;
Mais, dans ceux d’autrefois, cette mélancolie...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 21 mai 2020 à 12h23

Fleur d’uchronie
-------------

Elle orne seulement la cinquième saison,
Fleur des temps incertains, fleur des grandes alarmes;
Par son pouvoir magique elle sèche nos larmes,
L’amour universel est en sa floraison.

D’autres fleurs dans leur coeur distillent des poisons,
Mais celle-ci nous offre uniquement ses charmes;
Un guerrier qui la voit va déposer les armes
Pour répandre aussitôt des bienfaits à foison.

Les elfes du jardin cessent leurs moqueries,
Je peux les voir danser sur la friche fleurie ;
Leur doux regard est bleu comme l’azur des cieux.

Puis Marie-Madeleine en cueille pour les Douze,
Pour Sainte Marthe aussi dont elle fut jalouse;
La fleur est un témoin de la grandeur de Dieu.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 25 octobre 2020 à 13h22

Floraison barbare
----------

La fleur du monde inculte ignore les saisons,
Elle vit sans contrainte et jamais ne s’alarme ;
Elle ne se plaint pas, ni ne verse de larmes,
Elle reste discrète au temps des floraisons.

D’après certains auteurs, ce serait un poison,
Détail qui, d’après eux, n’ôte rien à ses charmes ;
Personne n’a compris à quoi lui sert cette arme,
Sauf (peut-être) un reclus qui vit à Montoison.

Tu ne la verras point das les jardineries,
Ni dans tes excursions, ni dans tes flâneries;
Car cette fleur sans nom grandit sous d’autres cieux,

Elle, qui ne sait rien de nos vertes pelouses,
Elle, qui de nos prés n’est nullement jalouse,
Vit dans la paix de l’âme et s’en remet à Dieu.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 28 octobre 2020 à 22h24

Nourrit, blanchit, logé, dorloté


Sûr que son patient vit son ultime saison,
Le psychiatre devant son équipe s’alarme :
« Il est vide d’émois, ni sourires, ni larmes,
Et d’un mot, nous scrutons, en vain, la floraison ! ».

Sont prescrits des cachets (pour lui c’est du poison)
Sensés changer sa vie, lui redonner du charme,
Qu’ils feint d’ingurgiter avant de cracher l’arme
Chimique ensalivée à même le gazon.

Tous les après-midis se passent en flâneries
Dans les allées du parc jusqu’à la sonnerie
Annonçant le dîner, un moment fort précieux ;

Son esprit peut errer par-delà des pelouses
Et produire des vers qu’il glisse dans la blouse
D’une tendre infirmière au sourire gracieux.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

Μаrbеuf : Lе Sеin d’Αmаrаnthе

Rоnsаrd : «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...»

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Sсudérу : Lа Νуmphе еndоrmiе

Durаnt dе lа Βеrgеriе : «Βеаuх уеuх dоnt lа dоuсеur si dоuсеmеnt m’еnivrе...»

Durаnt dе lа Βеrgеriе : Сhаnsоn : «Rоsinе, si tоn âmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Épоuvаntаil

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «Viеns, mа bеllе Flоrеllе, оù l’оmbrе nоir trеmblоtе...»

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Hugо : Се qui sе pаssаit аuх Fеuillаntinеs vеrs 1813

Саrсо : Vеrlаiniеn

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Silvеstrе : Sur un аlbum

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Lоrrаin : Lе Jеunе Hоmmе еt lа Μоrt

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Sur un Μаrbrе brisé (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе lа lаnguе (Νоuvеаu)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρаul Sсаrrоn

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Sur lеs bоis оubliés quаnd pаssе l’hivеr sоmbrе...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе