Heredia

(1842-1905)

Les Trophées

(1893)

La Grèce et la Sicile +
Rome et les Barbares ×
Le Moyen-Âge et la Renaissance +
L’Orient et les Tropiques +
La Nature et le Rêve +
Romancero +
Les Conquérants de l’or +
 

Heredia

Les Trophées, 1893


Tranquillus


 

                  C. Plinii Secundi Epist. Lib. I, Ep. XXIV.


C’est dans ce doux pays qu’a vécu Suétone ;
Et de l’humble villa voisine de Tibur,
Parmi la vigne, il reste encore un pan de mur,
Un arceau ruiné que le pampre festonne.
 
C’est là qu’il se plaisait à venir, chaque automne,
Loin de Rome, aux rayons des derniers ciels d’azur,
Vendanger ses ormeaux qu’alourdit le cep mûr.
Là sa vie a coulé tranquille et monotone.
 
Au milieu de la paix pastorale, c’est là
Que l’ont hanté Néron, Claude, Caligula,
Messaline rôdant sous la stole pourprée ;
 
Et que, du fer d’un style à la pointe acérée
Égratignant la cire impitoyable, il a
Décrit les noirs loisirs du vieillard de Caprée.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 3 novembre 2014 à 14h37

Quelques trolls
---------------------

Troll d’argent, tu connais des blagues polissonnes ;
À table tu les dis, ton regard restant pur.
Troll de gueules, ta face évoque le fruit mûr
Du pampre qui ma treille en septembre festonne.

Loin des humains, ta danse, excellent troll d’azur,
Apporte un air joyeux dans les bois en automne ;
Troll de sinople, on sait ton plaisir monotone,
Absorber de la bière en contemplant un mur.

Troll d’or (et je t’admire à cause de cela)
Tu narres des récits au somptueux éclat ;
Troll de sable, en quittant ta maison délabrée,

Tu gagnes la taverne en mes vers célébrée.
Troll d’hermine, élégant comme l’est un prélat,
Tu es de tes pareils celui qui plus m’agrée.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 23 mai 2019 à 12h23

Lion du Yin et lion du Yang
--------------------------

Voici le lion du Yin, discret de sa personne ;
Selon le Livre Saint, cet animal est pur.
Il admire les fleurs, il goûte les fruits mûrs,
Il connaît l’univers, et plus rien ne l’étonne.

Voici le lion du Yang qui rugit dans l’azur ;
Il pourchasse le cerf dans les bois en automne.
Il mange, il dort, il mène une vie monotone,
Sur les hôtes du monde il jette un regard dur.

Ils sont cousins, et c’est à cause de cela
Que le Yang qui rayonne et le Yin sans éclat
Partagent leurs plaisirs sous une lune ambrée.

Telles sont en mes vers ces grandeurs célébrées
Du fauve que voici, du fauve que voilà ;
Ici un point final, si cela vous agrée.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 4 décembre 2019 à 12h10

Terre sans propriétaire
-------------

Ce verger délaissé n’appartient à personne ;
Ici, pas de démons, ni de serpents impurs,
Juste le bruit du vent qui frôle les fruits mûrs.
À la douceur du lieu les oiseaux s’abandonnent.

Cet endroit parsemé de belles fleurs d’azur
Ne s’attriste jamais dans les matins d’automne.
D’un insecte on entend le récit monotone
Qu’il dit à ses enfants, dans l’ombre d’un vieux mur.

J’aime voir prospérer la friche que voilà,
Soit que du grand soleil on y sente l’éclat,
Soit que la pleine lune éclaire la contrée.

Les noces  d’un satyre y furent célébrées,
Un vieil arbre tordu se souvient de cela,
Et du puissant parfum d’une liqueur ambrée.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 8 décembre 2019 à 10h27

MausSADE

– Il blasphème à tout va, se repaît de l’impur,
Il n’a rien de divin, c’est le diable en personne,
Ne lis pas ce marquis, je t’en pris abandonne,
Quand bien même ton âge, est proche d’être mûr.

– Oh, mais j’en assez de n’avoir pour azur,
Que tes romans d’amour, puritains, monotones,
Aussi interminables qu’une journée d’automne,
Quand la pluie te contraint à rester dans tes murs.

– Si toi tu n’en veux pas de la vie que voilà,
C’est pourtant bien la mienne et elle a plus d’éclat,
Que celle d’un violeur amateur de fessées !

– Je ne fais qu’explorer le fond de sa pensée,
Reconnais qu’il n’y a aucun mal à cela,
Toi tu me crois déjà, dans le vice versée !

https://misquette.wordpress.com/2019/12/08/maussade/

j’y ai inséré ce sonnet dans une image.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сеuх qui dеs Rоis, pаr fаits сhеvаlеurеuх...» (Τаhurеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lа rоbе dе lаinе а dеs tоns d’ivоirе...» (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Lа Siеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе