Hugo

(1802-1885)

Les Contemplations (II)

(1856)

Livre quatrième. Pauca meæ +
Livre cinquième. En marche +
Livre sixième. Au bord de l’infini ×
 

Hugo

Les Contemplations (II), 1856


             
II
Ibo


 
Dites, pourquoi, dans l’insondable
            Au mur d’airain,
Dans l’obscurité formidable
            Du ciel serein,
 
Pourquoi, dans ce grand sanctuaire
            Sourd et béni,
Pourquoi, sous l’immense suaire
            De l’infini,
 
Enfouir vos lois éternelles
            Et vos clartés ?
Vous savez bien que j’ai des ailes,
            Ô vérités !
 
Pourquoi vous cachez-vous dans l’ombre
            Qui nous confond ?
Pourquoi fuyez-vous l’homme sombre
            Au vol profond ?
 
Que le mal détruise ou bâtisse,
            Rampe ou soit roi,
Tu sais bien que j’irai, Justice,
            J’irai vers toi !
 
Beauté sainte, Idéal qui germes
            Chez les souffrants,
Toi par qui les esprits sont fermes
            Et les cœurs grands,
 
Vous le savez, vous que j’adore,
            Amour, Raison,
Qui vous levez comme l’aurore
            Sur l’horizon,
 
Foi, ceinte d’un cercle d’étoiles,
            Droit, bien de tous,
J’irai, Liberté qui te voiles,
            J’irai vers vous !
 
Vous avez beau, sans fin, sans borne,
            Lueurs de Dieu,
Habiter la profondeur morne
            Du gouffre bleu,
 
Âme à l’abîme habituée
            Dès le berceau,
Je n’ai pas peur de la nuée ;
            Je suis oiseau.
 
Je suis oiseau comme cet être
            Qu’Amos rêvait,
Que saint Marc voyait apparaître
            À son chevet,
 
Qui mêlait sur sa tête fière,
            Dans les rayons,
L’aile de l’aigle à la crinière
            Des grands lions.
 
J’ai des ailes. J’aspire au faîte ;
            Mon vol est sûr ;
J’ai des ailes pour la tempête
            Et pour l’azur.
 
Je gravis les marches sans nombre.
            Je veux savoir ;
Quand la science serait sombre
            Comme le soir !
 
Vous savez bien que l’âme affronte
            Ce noir degré,
Et que, si haut qu’il faut qu’on monte,
            J’y monterai !
 
Vous savez bien que l’âme est forte
            Et ne craint rien
Quand le souffle de Dieu l’emporte !
            Vous savez bien
 
Que j’irai jusqu’aux bleus pilastres,
            Et que mon pas,
Sur l’échelle qui monte aux astres,
            Ne tremble pas !
 
L’homme, en cette époque agitée,
            Sombre océan,
Doit faire comme Prométhée
            Et comme Adam.
 
Il doit ravir au ciel austère
            L’éternel feu ;
Conquérir son propre mystère,
            Et voler Dieu.
 
L’homme a besoin, dans sa chaumière,
            Des vents battu,
D’une loi qui soit sa lumière
            Et sa vertu.
 
Toujours ignorance et misère !
            L’homme en vain fuit,
Le sort le tient ; toujours la serre !
            Toujours la nuit !
 
Il faut que le peuple s’arrache
            Au dur décret,
Et qu’enfin ce grand martyr sache
            Le grand secret !
 
Déjà l’amour, dans l’ère obscure
            Qui va finir,
Dessine la vague figure
            De l’avenir.
 
Les lois de nos destins sur terre,
            Dieu les écrit ;
Et, si ces lois sont le mystère,
            Je suis l’esprit.
 
Je suis celui que rien n’arrête,
            Celui qui va,
Celui dont l’âme est toujours prête
            À Jéhovah ;
 
Je suis le poète farouche,
            L’homme devoir,
Le souffle des douleurs, la bouche
            Du clairon noir ;
 
Le rêveur qui sur ses registres
            Met les vivants,
Qui mêle des strophes sinistres
            Aux quatre vents ;
 
Le songeur ailé, l’âpre athlète
            Au bras nerveux,
Et je traînerais la comète
            Par les cheveux.
 
Donc, les lois de notre problème,
            Je les aurai ;
J’irai vers elles, penseur blême,
            Mage effaré !
 
Pourquoi cacher ces lois profondes ?
            Rien n’est muré.
Dans vos flammes et dans vos ondes
            Je passerai ;
 
J’irai lire la grande bible ;
            J’entrerai nu
Jusqu’au tabernacle terrible
            De l’inconnu,
 
Jusqu’au seuil de l’ombre et du vide,
            Gouffres ouverts
Que garde la meute livide
            Des noirs éclairs,
 
Jusqu’aux portes visionnaires
            Du ciel sacré ;
Et, si vous aboyez, tonnerres,
            Je rugirai.
 

Au dolmen de Rozel, janvier 1853.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе