Hugo

(1802-1885)

Les Contemplations (II)

(1856)

Livre quatrième. Pauca meæ +
Livre cinquième. En marche ×
Livre sixième. Au bord de l’infini +
 

Hugo

Les Contemplations (II), 1856


             
XIII
Paroles sur la dune


 
Maintenant que mon temps décroît comme un flambeau,
            Que mes tâches sont terminées ;
Maintenant que voici que je touche au tombeau
            Par les deuils et par les années,
 
Et qu’au fond de ce ciel que mon essor rêva,
            Je vois fuir, vers l’ombre entraînées,
Comme le tourbillon du passé qui s’en va,
            Tant de belles heures sonnées ;
 
Maintenant que je dis : — Un jour, nous triomphons ;
            Le lendemain, tout est mensonge ! —
Je suis triste, et je marche au bord des flots profonds,
            Courbé comme celui qui songe.
 
Je regarde, au-dessus du mont et du vallon,
            Et des mers sans fin remuées,
S’envoler sous le bec du vautour aquilon,
            Toute la toison des nuées ;
 
J’entends le vent dans l’air, la mer sur le récif,
            L’homme liant la gerbe mûre ;
J’écoute, et je confronte en mon esprit pensif
            Ce qui parle à ce qui murmure ;
 
Et je reste parfois couché sans me lever
            Sur l’herbe rare de la dune,
Jusqu’à l’heure où l’on voit apparaître et rêver
            Les yeux sinistres de la lune.
 
Elle monte, elle jette un long rayon dormant
            À l’espace, au mystère, au gouffre ;
Et nous nous regardons tous les deux fixement,
            Elle qui brille et moi qui souffre.
 
Où donc s’en sont allés mes jours évanouis ?
            Est-il quelqu’un qui me connaisse ?
Ai-je encor quelque chose en mes yeux éblouis,
            De la clarté de ma jeunesse ?
 
Tout s’est-il envolé ? Je suis seul, je suis las ;
            J’appelle sans qu’on me réponde ;
Ô vents ! ô flots ! ne suis-je aussi qu’un souffle, hélas !
            Hélas ! ne suis-je aussi qu’une onde ?
 
Ne verrai-je plus rien de tout ce que j’aimais ?
            Au dedans de moi le soir tombe.
Ô terre, dont la brume efface les sommets,
            Suis-je le spectre, et toi la tombe ?
 
Ai-je donc vidé tout, vie, amour, joie, espoir ?
            J’attends, je demande, j’implore ;
Je penche tour à tour mes urnes pour avoir
            De chacune une goutte encore !
 
Comme le souvenir est voisin du remord !
            Comme à pleurer tout nous ramène !
Et que je te sens froide en te touchant, ô mort,
            Noir verrou de la porte humaine !
 
Et je pense, écoutant gémir le vent amer,
            Et l’onde aux plis infranchissables ;
L’été rit, et l’on voit sur le bord de la mer
            Fleurir le chardon bleu des sables.
 

5 août 1854, anniversaire de mon arrivée à Jersey.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Εllе étаit pâlе, еt pоurtаnt rоsе...» (Hugо)

De Jаdis sur «Εllе еst un pеu pédаntе...» (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur «Μ’аs-tu éprоuvé tеl quе се Τrоуеn pаrјurе...» (Νuуsеmеnt)

De Jаdis sur L’Αlbаtrоs (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Sоir étеrnеl (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur À Lоuis ΙΙ dе Βаvièrе (Vеrlаinе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе