Francis Jammes

(1868-1938)

De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir

(1898)

Lе pаuvrе piоn

Lоrsquе је sеrаi mоrt

Lа mаisоn sеrаit plеinе dе rоsеs

J’аimе l’ânе

Silеnсе

L’аprès-midi

С’еst аuјоurd’hui

J’аllаi à Lоurdеs

Αvес tоn pаrаpluiе

Dаns lе vеrgеr

Βâtе un ânе

Lаissе lеs nuаgеs

J’аllаis dаns lе vеrgеr

Се sоnt lеs trаvаuх

J’аimе dаns lе tеmps

Viеillе mаrinе

Si tu pоuvаis

Lеs villаgеs

Οn m’érеintе

Un gеntilhоmmе

Dimаnсhе dеs Rаmеаuх

Lеs Dimаnсhеs

Lа sаllе à mаngеr

Un јеunе hоmmе

J’аi fumé mа pipе еn tеrrе

Lе viеuх villаgе

Jе lе trоuvаi

Viеillе mаisоn

Αu bеаu sоlеil

Lе pаuvrе сhiеn

Lа vаlléе

Ιl vint à l’étudе

Ρоur sоn mаriаgе

Соmmе un сhаnt

À Jеаnnе Fоrt

J’аi été visitеr

Lеs gruеs

Ιl у а pаr là

Jе mеttrаi

J’étаis gаi

Lе vеnt tristе

Εllе vа à lа pеnsiоn

Αu bоrd dе l’еаu vеrtе

Jе suis dаns un pré

Lа јеunе fillе

Jе pаrlе dе Diеu

Lа pоussièrе frоidе

Dаns lа grаngе

Lе саlеndriеr utilе

Sеptеmbrе

Αuјоurd’hui, lе lоng dе lа nuit

Ιl еst près dе Sаllеs

Οn dit qu’à Νоël

Lа pаiх еst dаns lе bоis

Се fils dе pауsаn

L’еаu соulе

Αvес lеs pistоlеts

J’аi vu, dаns dе viеuх sаlоns

Lе pауsаn

Lеs pâturаgеs

Саügt

Jе сrèvе dе pitié

Τu sеrаis nuе sur lа bruуèrе

Τu sеrаs nuе

Un nuаgе еst unе bаrrе

Lа gоmmе соulе

Οh ! се pаrfum

Lа pоussièrе dеs tаmis

Τu viеndrаs

Lе sоlеil fаisаit luirе

Quаnd dаns lе brоuillаrd

Τаpе lе lingе

Τu t’еnnuiеs ?

Lе villаgе à midi

Τu éсrivаis

Viеns, је tе mеttrаi

Jе sаis quе tu еs pаuvrе

Ιl s’оссupе

Τа figurе dоuсе

Vоiсi lеs mоis d’аutоmnе

Соnfuсius rеndаit lеs hоnnеurs

Jе t’аimе

Εn sоngеаnt

Τu rirаis

Jе sоuffrе, mаis

Lеs pеtitеs соlоmbеs

Ô tоi, rоsе mоussuе

Αmiе, sоuviеns-tоi

Lа fеrmе étаit luisаntе

Jе rеgаrdаis lе сiеl

Lе сhаt еst аuprès du fеu

Ρоurquоi lеs bœufs

Ιl vа nеigеr

С’étаit аffrеuх

L’éviеr sеnt fоrt

J’аi unе pipе

L’ânе étаit pеtit

Jе pеnsе à Jеаn-Jасquеs

Αu mоulin du bоis frоid

Ιl у аvаit dеs саrаfеs

Lеs bаdаuds

Lа јеunе fillе un pеu sоuffrаntе

Quаnd vеrrаi-је lеs îlеs

Ιl у а un pеtit соrdоnniеr

Jе m’еmbêtе

J’éсris dаns un viеuх kiоsquе

Vоiсi lе grаnd аzur

Сеttе pеrsоnnе

Du соurаgе ?

Αvаnt quе nоus rеntriоns

Éсоutе, dаns lе јаrdin

С’étаit à lа fin

Quе је t’аimе

Unе fеuillе mоrtе tоmbе

 

Francis Jammes

De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir, 1898


Dans la grange


 

À André Gide.


Dans la grange, sur le sol dur, bossué, battu,
le char dormait avec des rameaux de chêne cassés
dans les joints de son bois boueux et fendu.
La batteuse au ronflement qui s’enfle avait cessé
de tourner au milieu des bœufs patients,
et des tas de débris minces jonchaient la terre.
 
Les poules du Bon Dieu qui sont les hirondelles,
et qui avaient leur nid sur la poutre, tombèrent.
 
Alors deux métayers, lents et adroits, sautèrent
sur d’autres et, avec des clous, fixèrent
au plafond un morceau de fer-blanc retroussé.
Ils l’emplirent de paille et y mirent les petits tombés.
 
Alors on vit la mère des petits oiseaux
glisser craintivement dans l’azur, en réseaux
allongés.
 
                  Peu à peu, elle arriva au nid.
Je m’étais assis près des herses et du soc qui luit,
et j’avais dans le cœur une tristesse tendre
comme si j’avais eu dans le fond de mon âme
un rayon de soleil où vole un peu de cendre.
 
Vinrent huit petits cochons extrêmement si jolis
qu’on eût pu les offrir à de petites filles.
Ils n’avaient pas plus de trois semaines,
ils luttaient entre eux, arc-boutés comme des chèvres,
et leurs très petits pas étaient précipités.
 
La truie aux mamelles flasques et ridées,
aux soies rudes, groinait vers le sol, embouée.
 
La vie pauvre, par ce beau jour d’été,
m’a paru revêtir toute sa dignité.
 
Et lorsque sont passés, près de mon escabeau,
les paysans tristes, silencieux et beaux,
faisant rouler les roues dans l’ombre noire et fraîche ;
je ne leur ai rien dit et j’ai baissé la tête.
 

                                 
1897.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

☆ ☆ ☆ ☆

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа pаssе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Βœuf spесtrаl (Νеlligаn)

De Сhristiаn Lаbаllеrу sur Vuе (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сri du сœur (Rоllinаt)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе