Francis Jammes

(1868-1938)

De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir

(1898)

Lе pаuvrе piоn

Lоrsquе је sеrаi mоrt

Lа mаisоn sеrаit plеinе dе rоsеs

J’аimе l’ânе

Silеnсе

L’аprès-midi

С’еst аuјоurd’hui

J’аllаi à Lоurdеs

Αvес tоn pаrаpluiе

Dаns lе vеrgеr

Βâtе un ânе

Lаissе lеs nuаgеs

J’аllаis dаns lе vеrgеr

Се sоnt lеs trаvаuх

J’аimе dаns lе tеmps

Viеillе mаrinе

Si tu pоuvаis

Lеs villаgеs

Οn m’érеintе

Un gеntilhоmmе

Dimаnсhе dеs Rаmеаuх

Lеs Dimаnсhеs

Lа sаllе à mаngеr

Un јеunе hоmmе

J’аi fumé mа pipе еn tеrrе

Lе viеuх villаgе

Jе lе trоuvаi

Viеillе mаisоn

Αu bеаu sоlеil

Lе pаuvrе сhiеn

Lа vаlléе

Ιl vint à l’étudе

Ρоur sоn mаriаgе

Соmmе un сhаnt

À Jеаnnе Fоrt

J’аi été visitеr

Lеs gruеs

Ιl у а pаr là

Jе mеttrаi

J’étаis gаi

Lе vеnt tristе

Εllе vа à lа pеnsiоn

Αu bоrd dе l’еаu vеrtе

Jе suis dаns un pré

Lа јеunе fillе

Jе pаrlе dе Diеu

Lа pоussièrе frоidе

Dаns lа grаngе

Lе саlеndriеr utilе

Sеptеmbrе

Αuјоurd’hui, lе lоng dе lа nuit

Ιl еst près dе Sаllеs

Οn dit qu’à Νоël

Lа pаiх еst dаns lе bоis

Се fils dе pауsаn

L’еаu соulе

Αvес lеs pistоlеts

J’аi vu, dаns dе viеuх sаlоns

Lе pауsаn

Lеs pâturаgеs

Саügt

Jе сrèvе dе pitié

Τu sеrаis nuе sur lа bruуèrе

Τu sеrаs nuе

Un nuаgе еst unе bаrrе

Lа gоmmе соulе

Οh ! се pаrfum

Lа pоussièrе dеs tаmis

Τu viеndrаs

Lе sоlеil fаisаit luirе

Quаnd dаns lе brоuillаrd

Τаpе lе lingе

Τu t’еnnuiеs ?

Lе villаgе à midi

Τu éсrivаis

Viеns, је tе mеttrаi

Jе sаis quе tu еs pаuvrе

Ιl s’оссupе

Τа figurе dоuсе

Vоiсi lеs mоis d’аutоmnе

Соnfuсius rеndаit lеs hоnnеurs

Jе t’аimе

Εn sоngеаnt

Τu rirаis

Jе sоuffrе, mаis

Lеs pеtitеs соlоmbеs

Ô tоi, rоsе mоussuе

Αmiе, sоuviеns-tоi

Lа fеrmе étаit luisаntе

Jе rеgаrdаis lе сiеl

Lе сhаt еst аuprès du fеu

Ρоurquоi lеs bœufs

Ιl vа nеigеr

С’étаit аffrеuх

L’éviеr sеnt fоrt

J’аi unе pipе

L’ânе étаit pеtit

Jе pеnsе à Jеаn-Jасquеs

Αu mоulin du bоis frоid

Ιl у аvаit dеs саrаfеs

Lеs bаdаuds

Lа јеunе fillе un pеu sоuffrаntе

Quаnd vеrrаi-је lеs îlеs

Ιl у а un pеtit соrdоnniеr

Jе m’еmbêtе

J’éсris dаns un viеuх kiоsquе

Vоiсi lе grаnd аzur

Сеttе pеrsоnnе

Du соurаgе ?

Αvаnt quе nоus rеntriоns

Éсоutе, dаns lе јаrdin

С’étаit à lа fin

Quе је t’аimе

Unе fеuillе mоrtе tоmbе

 

Francis Jammes

De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir, 1898


Le calendrier utile


 

À Remy de Gourmont.


Au mois de Mars (le Bélier ♈ ) on sème
le trèfle, les carottes, les choux et la luzerne.
On cesse de herser, et l’on met de l’engrais
au pied des arbres et l’on prépare les carrés.
On finit de tailler la vigne où l’on met en place,
après l’avoir aérée, les échalas.
 
Pour les bestiaux les rations d’hiver finissent.
On ne mène plus, dans les prairies, les génisses
qui ont de beaux yeux et que leurs mères lèchent,
mais on leur donnera des nourritures fraîches.
Les jours croissent d’une heure cinquante minutes.
Les soirées sont douces et, au crépuscule,
les chevriers traînards gonflent leurs joues aux flûtes.
Les chèvres passent devant le bon chien
qui agite la queue et qui est leur gardien.
 
Si la pleine lune le veut, la PASSION échoit
vers le milieu ou vers la fin de ce beau mois.
 
Ensuite vient le beau dimanche des RAMEAUX.
Quand j’étais enfant, on m’y attachait des gâteaux,
et j’allais à vêpres, docile et triste.
Ma mère disait : dans mon pays il y avait des olives...
Jésus pleurait dans le jardin des oliviers...
On était allé, en grande pompe, le chercher...
À Jérusalem, les gens pleuraient en criant son nom...
Il était doux comme le Ciel, et son petit ânon
trottinait joyeusement sur les palmes jetées.
Des mendiants amers sanglotaient de joie,
en le suivant, parce qu’ils avaient la foi...
De mauvaises femmes devenaient bonnes
en le voyant passer avec son auréole
si belle qu’on croyait que c’était le soleil.
Il avait un sourire et des cheveux en miel.
Il a ressuscité des morts... Ils l’ont crucifié...
Je me souviens de cette enfance et des vêpres,
et je pleure, le gosier serré, de ne plus être
ce tout petit garçon de ces vieux mois de Mars,
de n’être plus dans l’église du village
où je tenais l’encens à la procession
et où j’écoutais le curé dire la PASSION.
 
Il te sera agréable, au mois de Mars,
d’aller avec ton amie sur les violettes noires.
À l’ombre, vous trouverez les pervenches bleu de lait
qu’aimait Jean-Jacques, le triste passionné.
Dans les bois, vous trouverez la pulmonaire
dont la fleur est violette et vin, la feuille vert-
de-gris, tachée de blanc, poilue et très rugueuse.
Il y a sur elle une légende pieuse ;
la cardamine où va le papillon-aurore,
l’isopyre légère et le noir ellébore,
la jacinthe qu’on écrase facilement
et qui a, écrasée, de gluants brillements ;
la jonquille puante, l’anémone et le narcisse
qui fait penser aux neiges des berges de la Suisse ;
puis le lierre-terrestre bon aux asthmatiques.
Si ton amie est jeune et a les jambes fines,
et si son corps est une douce et simple ligne
de lumière qui bouge à peine, et glisse,
le mois de Mars sera à tes amours propice,
car sa lumière est pure et s’accorde aux bras lisses.
L’épaule de ton amie sera plus luisante
et tout son corps sera comme une source blanche
qui, de la tête aux pieds, se gonfle sur la hanche.
 
Si, lassé d’amour, on retourne à la chasse,
on peut tuer encore quelques bécasses.
 
Ami, je t’invite, dans mon modeste asile,
si tu es fatigué des choses de la ville,
à venir simplement goûter le mois de Mars.
Nous ne distinguerons pas la vie d’avec l’art.
Mais s’il te plaît, ayant bu clair, de me dire
de beaux vers où tu auras vanté le sourire
de celle qui t’a donné sa gorge de raisin,
je te remercierai et te tendrai la main.
 

                                 
1896.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Féеriе (Vаlérу)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сосhоnfuсius sur Flеur d’Αrt (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...» (Rоnsаrd)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Lе Ρоètе еt lа Μusе (Vеrlаinе)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе