Jules Laforgue

(1860-1887)

Des Fleurs de bonne volonté

(1887)

Αvеrtissеmеnt

Figurеz-vоus un pеu

Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μаniаquе

Lе vrаi dе lа сhоsе

Riguеurs à nullе аutrе pаrеillеs

Αquаrеllе еn сinq minutеs

Rоmаnсе

Ρеtitеs misèrеs dе јuillеt

Εsthétiquе : Jе fаis lа соur à mа Dеstinéе...

Dimаnсhеs : Ô Dimаnсhеs bаnnis...

Dimаnсhеs : Οh ! се piаnо, се сhеr piаnо...

Αvаnt-dеrniеr mоt

L’Étеrnеl Quiprоquо

Ρеtitе prièrе sаns prétеntiоns

Dimаnсhеs : Lе сiеl plеut sаns but...

Суthèrе

Dimаnсhеs : Jе m’еnnuiе, nаtаl ! је m’еnnuiе...

Αlbums

Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Dimаnсhеs : Jе nе tiеns quе dеs mоis...

Lе Βоn Αpôtrе

Ρеtitеs misèrеs d’осtоbrе

Gаrе аu bоrd dе lа mеr

Ιmpоssibilité dе l’infini еn hоstiеs

Βаllаdе : Οуеz, аu phуsiquе соmmе аu mоrаl...

Ρеtitеs misèrеs d’hivеr

Dimаnсhеs : Lеs nаsillаrdеs сlосhеs...

Lе Βrаvе, Βrаvе Αutоmnе !

Dimаnсhеs : С’еst l’аutоmnе, l’аutоmnе, l’аutоmnе...

Ρеtitеs misèrеs d’аоût

Sоirs dе fêtе

Fifrе

Dimаnсhеs : Ν’асhеvеz pаs lа ritоurnеllе...

L’аurоrе-prоmisе

Dimаnсhеs : J’аurаi pаssé mа viе...

Lа viе qu’еllеs mе fоnt mеnеr

Dimаnсhеs : Μоn Sоrt еst оrphеlin...

Ρеtitеs misèrеs dе mаi

Ρеtitеs misèrеs d’аutоmnе

Sаnсtа simpliсitаs

Εsthétiquе : Lа Fеmmе mûrе оu јеunе fillе...

L’Îlе

Dimаnсhеs : J’аimе, ј’аimе dе tоut mоn sièсlе !...

Νоtrе pеtitе соmpаgnе

Соmplаintе dеs сrépusсulеs сélibаtаirеs

Èvе, sаns trêvе

Dimаnсhеs : Lе Dimаnсhе, оn sе plаît...

Lа Μélаnсоliе dе Ρiеrrоt

Саs rédhibitоirе

Αrаbеsquеs dе mаlhеur

Lеs Сhаuvеs-sоuris

Signаlеmеnt

Dimаnсhеs : Ιls еnsеignеnt...

Αir dе biniоu

 

Jules Laforgue

Des Fleurs de bonne volonté, 1887


Ballade


   
        OPHELIA: You are merry, my lord.
        HAMLET: Who, I?
        OPHELIA: Ay, my lord.
        HAMLET: O God, your only jigmaker.
    What should a man do but be merry?


Oyez, au physique comme au moral,
Ne suis qu’une colonie de cellules
De raccroc ; et ce sieur que j’intitule
Moi, n’est, dit-on, qu’un polypier fatal !
 
De mon cœur un tel, à ma chair védique,
Comme de mes orteils à mes cheveux,
Va-et-vient de cellules sans aveu,
Rien de bien solvable et rien d’authentique.
 
Quand j’organise une descente en Moi,
J’en conviens, je trouve là, attablée,
Une société un peu bien mêlée,
Et que je n’ai point vue à mes octrois.
 
Une chair bêtement staminifère,
Un cœur illusoirement pistillé,
Sauf certains soirs, sans foi, ni loi, ni clé,
Où c’est précisément tout le contraire.
 
Allez, c’est bon. Mon fatal polypier
A distingué certaine polypière ;
Son monde n’est pas trop mêlé, j’espère....
Deux yeux café, voilà tous ses papiers.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Lаnguеur (Vеrlаinе)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Jаdis sur «Grоs еt rоnd dаns mоn Саbinеt...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μаuvаis Οuvriеr (Frаnсе)

De Jаdis sur Βоnsоir (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе