Jules Laforgue

(1860-1887)

Les Complaintes

(1885)

À Ρаul Βоurgеt

Ρréludеs аutоbiоgrаphiquеs

Соmplаintе prоpitiаtоirе à l’Ιnсоnsсiеnt

Соmplаintе-Ρlасеt dе Fаust fils

Соmplаintе à Νоtrе-Dаmе dеs Sоirs

Соmplаintе dеs vоiх sоus lе figuiеr bоudhiquе

Соmplаintе dе сеttе bоnnе Lunе

Соmplаintе dеs piаnоs qu’оn еntеnd dаns lеs quаrtiеrs аisés

Соmplаintе dе lа bоnnе Défuntе

Соmplаintе dе l’оrguе dе Βаrbаriе

Соmplаintе d’un сеrtаin dimаnсhе

Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Соmplаintе dеs pubеrtés diffiсilеs

Соmplаintе dе lа fin dеs јоurnéеs

Соmplаintе dе lа vigiе аuх minuits pоlаirеs

Соmplаintе dе lа Lunе еn prоvinсе

Соmplаintе dеs printеmps

Соmplаintе dе l’аutоmnе mоnоtоnе

Соmplаintе dе l’аngе inсurаblе

Соmplаintе dеs nоstаlgiеs préhistоriquеs

Αutrе соmplаintе dе l’оrguе dе Βаrbаriе

Соmplаintе du pаuvrе Сhеvаliеr-Εrrаnt

Соmplаintе dеs fоrmаlités nuptiаlеs

Соmplаintе dеs blасkbоulés

Соmplаintе dеs соnsоlаtiоns

Соmplаintе dеs bоns ménаgеs

Соmplаintе dе Lоrd Ρiеrrоt

Αutrе соmplаintе dе Lоrd Ρiеrrоt

Соmplаintе sur сеrtаins еnnuis

Соmplаintе dеs nосеs dе Ρiеrrоt

Соmplаintе du vеnt qui s’еnnuiе lа nuit

Соmplаintе du pаuvrе соrps humаin

Соmplаintе du rоi dе Τhulé

Соmplаintе du sоir dеs соmiсеs аgriсоlеs

Соmplаintе dеs сlосhеs

Соmplаintе dеs grаnds pins dаns unе villа аbаndоnnéе

Соmplаintе sur сеrtаins tеmps déplасés

Соmplаintе dеs соndоléаnсеs аu Sоlеil

Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Соmplаintе du pаuvrе јеunе hоmmе

Соmplаintе dе l’épоuх оutrаgé

Соmplаintе vаriаtiоns sur lе mоt “fаlоt, fаlоttе”

Соmplаintе du Τеmps еt dе sа соmmèrе l’Εspасе

Grаndе соmplаintе dе lа villе dе Ρаris

Соmplаintе dеs Μоunis du Μоnt-Μаrtrе

Соmplаintе-Litаniеs dе mоn Sасré-Сœur

Соmplаintе dеs débаts mélаnсоliquеs еt littérаirеs

Соmplаintе d’unе соnvаlеsсеnсе еn mаi

Соmplаintе du Sаgе dе Ρаris

Соmplаintе dеs Соmplаintеs

Соmplаintе-Épitаphе

 

Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte des condoléances au Soleil


 
Décidément, bien don Quichotte, et pas peu sale,
Ta Police, ô Soleil ! malgré tes grands Levers, 
Et tes couchants des beaux Sept-Glaives abreuvés,
Rosaces en sang d’une aveugle Cathédrale !
 
Sans trêve, aux spleens d’amour sonner des hallalis !
Car, depuis que, majeur, ton fils calcule et pose,
Labarum des glaciers ! fais-tu donc autre chose
Que chasser devant toi des dupes de leurs lits ?
 
Certes, dès qu’aux rideaux aubadent tes fanfares,
Ces piteux d’infini, clignant de gluants deuils,
Rhabillent leurs tombeaux, en se cachant de l’œil
Qui cautérise les citernes les plus rares ! 
 
Mais tu ne te dis pas que, là-bas, bon Soleil,
L’autre moitié n’attendait que ta défaillance,
Et déjà se remet à ses expériences,
Alléguant quoi ? la nuit, l’usage, le sommeil....
 
Or, à notre guichet, tu n’es pas mort encore,
Pour aller fustiger de rayons ces mortels,
Que nos bateaux sans fleurs rerâlent vers leurs ciels 
D’où pleurent des remparts brodés contre l’aurore ! 
 
Alcôve des Danaïdes, triste astre ! – Et puis,
Ces jours où, tes fureurs ayant fait les nuages,
Tu vas, sans pouvoir les percer, blême de rage
De savoir seul et tout à ses aises l’Ennui ! 
 
Entre nous donc, bien don Quichotte, et pas moins sale,
Ta Police, ô Soleil, malgré tes grands Levers,
Et tes couchants des beaux Sept-Glaives abreuvés,
Rosaces en sang d’une aveugle Cathédrale ! 
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 9 août 2013 à 10h15

Je ne sais point à quoi comparer le soleil ;
J’aime, en un frais matin, rêver sous sa lumière
Et le voir décliner à son heure dernière...
Au petit jour il semble abriter mon sommeil,

Ou bien me consoler de rester en éveil,
Car la chose pour lui est simple et coutumière :
D’Est en Ouest il lui faut franchir la Terre entière,
Brillant au firmament d’un éclat sans pareil.

Sans lui, que saurions-nous de la beauté du monde,
De l’univers bizarre où la magie abonde,
Où l’heure est annoncée par les corbeaux tordus ?

Sans lui, on y verrait comme dans un tunnel,
Comme dans la noirceur du froid originel,
Tâtonnant devant nous, tels des enfants perdus.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Βеаumаrсhаis : Αu bаs dеs stаtuеs dе Ρlаtоn еt dе l’еsсlаvе Сimbаlеnо

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе