Jules Laforgue

(1860-1887)

Les Complaintes

(1885)

À Ρаul Βоurgеt

Ρréludеs аutоbiоgrаphiquеs

Соmplаintе prоpitiаtоirе à l’Ιnсоnsсiеnt

Соmplаintе-Ρlасеt dе Fаust fils

Соmplаintе à Νоtrе-Dаmе dеs Sоirs

Соmplаintе dеs vоiх sоus lе figuiеr bоudhiquе

Соmplаintе dе сеttе bоnnе Lunе

Соmplаintе dеs piаnоs qu’оn еntеnd dаns lеs quаrtiеrs аisés

Соmplаintе dе lа bоnnе Défuntе

Соmplаintе dе l’оrguе dе Βаrbаriе

Соmplаintе d’un сеrtаin dimаnсhе

Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Соmplаintе dеs pubеrtés diffiсilеs

Соmplаintе dе lа fin dеs јоurnéеs

Соmplаintе dе lа vigiе аuх minuits pоlаirеs

Соmplаintе dе lа Lunе еn prоvinсе

Соmplаintе dеs printеmps

Соmplаintе dе l’аutоmnе mоnоtоnе

Соmplаintе dе l’аngе inсurаblе

Соmplаintе dеs nоstаlgiеs préhistоriquеs

Αutrе соmplаintе dе l’оrguе dе Βаrbаriе

Соmplаintе du pаuvrе Сhеvаliеr-Εrrаnt

Соmplаintе dеs fоrmаlités nuptiаlеs

Соmplаintе dеs blасkbоulés

Соmplаintе dеs соnsоlаtiоns

Соmplаintе dеs bоns ménаgеs

Соmplаintе dе Lоrd Ρiеrrоt

Αutrе соmplаintе dе Lоrd Ρiеrrоt

Соmplаintе sur сеrtаins еnnuis

Соmplаintе dеs nосеs dе Ρiеrrоt

Соmplаintе du vеnt qui s’еnnuiе lа nuit

Соmplаintе du pаuvrе соrps humаin

Соmplаintе du rоi dе Τhulé

Соmplаintе du sоir dеs соmiсеs аgriсоlеs

Соmplаintе dеs сlосhеs

Соmplаintе dеs grаnds pins dаns unе villа аbаndоnnéе

Соmplаintе sur сеrtаins tеmps déplасés

Соmplаintе dеs соndоléаnсеs аu Sоlеil

Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Соmplаintе du pаuvrе јеunе hоmmе

Соmplаintе dе l’épоuх оutrаgé

Соmplаintе vаriаtiоns sur lе mоt “fаlоt, fаlоttе”

Соmplаintе du Τеmps еt dе sа соmmèrе l’Εspасе

Grаndе соmplаintе dе lа villе dе Ρаris

Соmplаintе dеs Μоunis du Μоnt-Μаrtrе

Соmplаintе-Litаniеs dе mоn Sасré-Сœur

Соmplаintе dеs débаts mélаnсоliquеs еt littérаirеs

Соmplаintе d’unе соnvаlеsсеnсе еn mаi

Соmplаintе du Sаgе dе Ρаris

Соmplаintе dеs Соmplаintеs

Соmplаintе-Épitаphе

 

Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte des grands pins dans une villa abandonnée


 

À Bade.


Tout hier, le soleil a boudé dans ses brumes,
Le vent jusqu’au matin n’a pas décoléré,
Mais, nous point des coteaux là-bas, un œil sacré
Qui va vous bousculer ces paquets de bitume !
 
      — Ah ! vous m’avez trop, trop vanné,
      Bals de diamants, hanches roses ;
      Et, bien sûr, je n’étais pas né
                    Pour ces choses. 
 
— Le vent jusqu’au matin n’a pas décoléré.
Oh ! ces quintes de toux d’un chaos bien posthume,
 
      — Prés et bois vendus ! Que de gens,
      Qui me tenaient mes gants, serviles,
      À cette heure, de mes argents,
                    Font des piles ! 
 
— Délayant en ciels bas ces paquets de bitume
Qui grimpaient talonnés de noirs Misérérés ! 
 
      — Elles, coudes nus dans les fruits,
      Riant, changeant de doigts leurs bagues ;
      Comme nos plages et nos nuits
                    Leur sont vagues !
 
— Oh ! ces quintes de toux d’un chaos bien posthume !
Chantons comme Memnon, le soleil a filtré,
 
      — Et moi, je suis dans ce lit cru
      De chambre d’hôtel, fade chambre,
      Seul, battu dans les vents bourrus
                    De novembre. 
 
— Qui, consolant des vents les noirs Misérérés,
Des nuages en fuite éponge au loin l’écume. 
 
      — Berthe aux sages yeux de lilas,
      Qui priais Dieu que je revinsse,
      Que fais-tu, mariée là-bas,
                    En province ? 
 
— Memnons, ventriloquons ! le cher astre a filtré
Et le voilà qui tout authentique s’exhume ! 
 
      — Oh ! quel vent ! adieu tout sommeil ;
      Mon Dieu, que je suis bien malade !
      Oh ! notre croisée au soleil
                    Bon, à Bade.
 
— Il rompt ses digues ! vers les grands labours qui fument !
Saint Sacrement ! et Labarum des Nox iræ !
 
      — Et bientôt, seul, je m’en irai, 
      À Montmartre, en cinquième classe,
      Loin de père et mère, enterrés
                    En Alsace. 
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Μоréаs : «Dе се tаrdif аvril, rаmеаuх, vеrtе lumièrе...»

Βоnnаud : Lе Jоur dе l’аn

Hуspа : Sоlilоquе du Сhаuvе

Τоulеt : Épitаphе.

Τоulеt : «Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...»

Μussеt : Sur unе mоrtе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Jаdis sur Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2 (Rасinе)

De Jаdis sur «Αdmirе dеs glаïеuls...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Féminin singuliеr (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе