Jules Laforgue

(1860-1887)

Les Complaintes

(1885)

À Ρаul Βоurgеt

Ρréludеs аutоbiоgrаphiquеs

Соmplаintе prоpitiаtоirе à l’Ιnсоnsсiеnt

Соmplаintе-Ρlасеt dе Fаust fils

Соmplаintе à Νоtrе-Dаmе dеs Sоirs

Соmplаintе dеs vоiх sоus lе figuiеr bоudhiquе

Соmplаintе dе сеttе bоnnе Lunе

Соmplаintе dеs piаnоs qu’оn еntеnd dаns lеs quаrtiеrs аisés

Соmplаintе dе lа bоnnе Défuntе

Соmplаintе dе l’оrguе dе Βаrbаriе

Соmplаintе d’un сеrtаin dimаnсhе

Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Соmplаintе dеs pubеrtés diffiсilеs

Соmplаintе dе lа fin dеs јоurnéеs

Соmplаintе dе lа vigiе аuх minuits pоlаirеs

Соmplаintе dе lа Lunе еn prоvinсе

Соmplаintе dеs printеmps

Соmplаintе dе l’аutоmnе mоnоtоnе

Соmplаintе dе l’аngе inсurаblе

Соmplаintе dеs nоstаlgiеs préhistоriquеs

Αutrе соmplаintе dе l’оrguе dе Βаrbаriе

Соmplаintе du pаuvrе Сhеvаliеr-Εrrаnt

Соmplаintе dеs fоrmаlités nuptiаlеs

Соmplаintе dеs blасkbоulés

Соmplаintе dеs соnsоlаtiоns

Соmplаintе dеs bоns ménаgеs

Соmplаintе dе Lоrd Ρiеrrоt

Αutrе соmplаintе dе Lоrd Ρiеrrоt

Соmplаintе sur сеrtаins еnnuis

Соmplаintе dеs nосеs dе Ρiеrrоt

Соmplаintе du vеnt qui s’еnnuiе lа nuit

Соmplаintе du pаuvrе соrps humаin

Соmplаintе du rоi dе Τhulé

Соmplаintе du sоir dеs соmiсеs аgriсоlеs

Соmplаintе dеs сlосhеs

Соmplаintе dеs grаnds pins dаns unе villа аbаndоnnéе

Соmplаintе sur сеrtаins tеmps déplасés

Соmplаintе dеs соndоléаnсеs аu Sоlеil

Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Соmplаintе du pаuvrе јеunе hоmmе

Соmplаintе dе l’épоuх оutrаgé

Соmplаintе vаriаtiоns sur lе mоt “fаlоt, fаlоttе”

Соmplаintе du Τеmps еt dе sа соmmèrе l’Εspасе

Grаndе соmplаintе dе lа villе dе Ρаris

Соmplаintе dеs Μоunis du Μоnt-Μаrtrе

Соmplаintе-Litаniеs dе mоn Sасré-Сœur

Соmplаintе dеs débаts mélаnсоliquеs еt littérаirеs

Соmplаintе d’unе соnvаlеsсеnсе еn mаi

Соmplаintе du Sаgе dе Ρаris

Соmplаintе dеs Соmplаintеs

Соmplаintе-Épitаphе

 

Jules Laforgue

Les Complaintes, 1885


Complainte du pauvre jeune homme


 

Sur l’air populaire : « Quand le bonhomm’ revint du bois. »


Quand ce jeune homm’ rentra chez lui,
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui ;
Il prit à deux mains son vieux crâne,
Qui de science était un puits !
                            Crâne,
                    Riche crâne,
Entends-tu la Folie qui plane ?
Et qui demande le cordon,
Digue dondaine, digue dondaine,
Et qui demande le cordon,
Digue dondaine, digue dondon ! 
 
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui,
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui ;
Il entendit de tristes gammes,
Qu’un piano pleurait dans la nuit !
                            Gammes, 
                    Vieilles gammes,
Ensemble, enfants, nous vous cherchâmes !
Son mari m’a fermé sa maison,
Digue dondaine, digue dondaine, 
Son mari m’a fermé sa maison,
Digue dondaine, digue dondon !
 
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui,
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui ;
Il mit le nez dans sa belle âme,
Où fermentaient des tas d’ennuis ! 
                            Âme,
                    Ma belle âme, 
Leur huile est trop sal’ pour ta flamme !
Puis, nuit partout ! lors, à quoi bon ?
Digue dondaine, digue dondaine,
Puis, nuit partout ! lors, à quoi bon ?
Digue dondaine, digue dondon !
 
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui,
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui ;
Il vit que sa charmante femme,
Avait déménagé sans lui ! 
                            Dame,
                    Notre-Dame,
Je n’aurai pas un mot de blâme !
Mais t’aurais pu m’laisser l’charbon (1)
Digue dondaine, digue dondaine,
Mais t’aurais pu m’laisser l’charbon,
Digue dondaine, digue dondon.
 
Lors, ce jeune homme aux tels ennuis,
Lors, ce jeune homme aux tels ennuis ;
Alla décrocher une lame,
Qu’on lui avait fait cadeau avec l’étui ! 
                            Lame,
                    Fine lame,
Soyez plus droite que la femme !
Et vous, mon Dieu, pardon ! pardon !
Digue dondaine, digue dondaine,
Et vous, mon Dieu, pardon ! pardon !
Digue dondaine, digue dondon ! 
 
Quand les croq’morts vinrent chez lui,
Quand les croq’morts vinrent chez lui ;
Ils virent qu’ c’était un’ belle âme,
Comme on n’en fait plus aujourd’hui !
                            Âme,
                    Dors, belle âme !
Quand on est mort c’est pour de bon,
Digue dondaine, digue dondaine,
Quand on est mort c’est pour de bon,
Digue dondaine, digue dondon ! 
 
______________
1. Pour s’asphyxier.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сlаudе Lе Ρеtit

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Οrléаns : «Diеu, qu’il lа fаit bоn rеgаrdеr...»

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Sсаliоn dе Virblunеаu : «Étаnt аu lit соuсhé, аu liеu dе rеpоsеr...»

Klingsоr : L’Ιnutilе Сhаnsоn

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Viаu : «Αu mоins аi-је sоngé quе је vоus аi bаiséе...»

Lаmаrtinе : Αuх Сhrétiеns dаns lеs tеmps d’éprеuvе

Sсudérу : Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе

Sсudérу : Sur un Sоngе

Hugо : Сlаirе

☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Αpоllinаirе : Dаmе à lа sеrvаntе

Αubigné : Εхtаsе

Drеlinсоurt : Sur lеs Ρiеrrеs préсiеusеs

Vоiturе : «D’un buvеur d’еаu, соmmе аvеz débаttu...»

Sаrrаsin : «Lа bеаuté quе је sеrs...»

Hugо : Сlаirе Ρ.

Rоdеnbасh : «Dоuсеur du sоir ! Dоuсеur dе lа сhаmbrе sаns lаmpе !...»

Αpоllinаirе : Сœur соurоnnе еt mirоir

Cоmmеntaires récеnts

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Αuх préсiеusеs (Lе Ρеtit)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt d’Αutоmnе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Εхtаsе (Αubigné)

De Сrуstасé sur «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...» (Αubigné)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Jеhаn Fоntаinе sur Lе Glаnd еt lе Сhаmpignоn (Lасhаmbеаudiе)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Filоu dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Quеuflу sur «Vоus Flеuvеs еt Ruissеаuх, еt vоus, сlаirеs Fоntаinеs...» (Сhаndiеu)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе