Jules Laforgue

(1860-1887)

Des Fleurs de bonne volonté

(1887)

Αvеrtissеmеnt

Figurеz-vоus un pеu

Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μаniаquе

Lе vrаi dе lа сhоsе

Riguеurs à nullе аutrе pаrеillеs

Αquаrеllе еn сinq minutеs

Rоmаnсе

Ρеtitеs misèrеs dе јuillеt

Εsthétiquе : Jе fаis lа соur à mа Dеstinéе...

Dimаnсhеs : Ô Dimаnсhеs bаnnis...

Dimаnсhеs : Οh ! се piаnо, се сhеr piаnо...

Αvаnt-dеrniеr mоt

L’Étеrnеl Quiprоquо

Ρеtitе prièrе sаns prétеntiоns

Dimаnсhеs : Lе сiеl plеut sаns but...

Суthèrе

Dimаnсhеs : Jе m’еnnuiе, nаtаl ! је m’еnnuiе...

Αlbums

Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Dimаnсhеs : Jе nе tiеns quе dеs mоis...

Lе Βоn Αpôtrе

Ρеtitеs misèrеs d’осtоbrе

Gаrе аu bоrd dе lа mеr

Ιmpоssibilité dе l’infini еn hоstiеs

Βаllаdе : Οуеz, аu phуsiquе соmmе аu mоrаl...

Ρеtitеs misèrеs d’hivеr

Dimаnсhеs : Lеs nаsillаrdеs сlосhеs...

Lе Βrаvе, Βrаvе Αutоmnе !

Dimаnсhеs : С’еst l’аutоmnе, l’аutоmnе, l’аutоmnе...

Ρеtitеs misèrеs d’аоût

Sоirs dе fêtе

Fifrе

Dimаnсhеs : Ν’асhеvеz pаs lа ritоurnеllе...

L’аurоrе-prоmisе

Dimаnсhеs : J’аurаi pаssé mа viе...

Lа viе qu’еllеs mе fоnt mеnеr

Dimаnсhеs : Μоn Sоrt еst оrphеlin...

Ρеtitеs misèrеs dе mаi

Ρеtitеs misèrеs d’аutоmnе

Sаnсtа simpliсitаs

Εsthétiquе : Lа Fеmmе mûrе оu јеunе fillе...

L’Îlе

Dimаnсhеs : J’аimе, ј’аimе dе tоut mоn sièсlе !...

Νоtrе pеtitе соmpаgnе

Соmplаintе dеs сrépusсulеs сélibаtаirеs

Èvе, sаns trêvе

Dimаnсhеs : Lе Dimаnсhе, оn sе plаît...

Lа Μélаnсоliе dе Ρiеrrоt

Саs rédhibitоirе

Αrаbеsquеs dе mаlhеur

Lеs Сhаuvеs-sоuris

Signаlеmеnt

Dimаnсhеs : Ιls еnsеignеnt...

Αir dе biniоu

 

Jules Laforgue

Des Fleurs de bonne volonté, 1887


Cythère


 
                Quel lys sut ombrager ma sieste ?
C’était (ah ne sais plus comme !) au bois trop sacré
                Où fleurir n’est pas un secret.
                Et j’étais fui comme la peste.
                « Je ne suis pas une âme leste ! »
Ai-je dit alors et leurs chœurs m’ont chanté : « Reste. »
 
Et la plus grande, oh ! si mienne ! m’a expliqué
                La floraison sans commentaires
                De cette hermétique Cythère
                Au sein des mers comme un bosquet,
Et comment quelques couples vraiment distingués
                Un soir ici ont débarqué....
 
                Non la nuit sait pas de pelouses,
D’un velours bleu plus brave que ces lents vallons !
                Plus invitant au : dévalons !
                Et déjoueur des airs d’épouse !
                Et qui telle une chair jalouse,
En ses accrocs plus éperdûment se recouse !....
 
Et la faune et la flore étant comme ça vient,
                On va comme ça vient ; des roses
                Les sens ; des floraisons les poses ;
                Nul souci du tien et du mien ;
Quant à des classements en chrétiens et païens,
                Ni le climat ni les moyens.
 
                Oui, fleurs de vie en confidences,
Mains oisives dans les toisons aux gros midis,
                Tatouages des concettis ;
                L’un mimant d’inédites danses,
                L’autre sur la piste d’essences....
— Eh quoi ? Nouveau-venu, vos larmes recommencent !
 
— Réveil meurtri, je m’en irai je sais bien où ;
                Un terrain vague, des clôtures,
                Un âne plein de foi pâture
                Des talons perdus sans dégoût,
Et brait vers moi (me sachant aussi rosse et doux)
                Que je desserre son licou.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Sсаliоn dе Virblunеаu : «Étаnt аu lit соuсhé, аu liеu dе rеpоsеr...»

Klingsоr : L’Ιnutilе Сhаnsоn

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Viаu : «Αu mоins аi-је sоngé quе је vоus аi bаiséе...»

Lаmаrtinе : Αuх Сhrétiеns dаns lеs tеmps d’éprеuvе

Sсudérу : Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе

Sсudérу : Sur un Sоngе

Hugо : Сlаirе

Сrоs : Ρlаintе

☆ ☆ ☆ ☆

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Αpоllinаirе : Dаmе à lа sеrvаntе

Αubigné : Εхtаsе

Drеlinсоurt : Sur lеs Ρiеrrеs préсiеusеs

Vоiturе : «D’un buvеur d’еаu, соmmе аvеz débаttu...»

Sаrrаsin : «Lа bеаuté quе је sеrs...»

Hugо : Сlаirе Ρ.

Rоdеnbасh : «Dоuсеur du sоir ! Dоuсеur dе lа сhаmbrе sаns lаmpе !...»

Αpоllinаirе : Сœur соurоnnе еt mirоir

Βаudеlаirе : Ρеrtе d’аuréоlе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Εхtаsе (Αubigné)

De Сhristiаn sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Ρsеudо-sоnnеt plus spéсiаlеmеnt truсulеnt еt аllégоriquе (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur «J’аimаis аutrеfоis lа fоrmе pаïеnnе...» (Gаutiеr)

De Сrуstасé sur «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...» (Αubigné)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Jеhаn Fоntаinе sur Lе Glаnd еt lе Сhаmpignоn (Lасhаmbеаudiе)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Αrаmis sur Dimаnсhе sоir (Rаmuz)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Filоu dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Quеuflу sur «Vоus Flеuvеs еt Ruissеаuх, еt vоus, сlаirеs Fоntаinеs...» (Сhаndiеu)

De Αrаmis sur Βаllаdе dеs grоs dindоns (Rоstаnd)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе