Jules Laforgue

(1860-1887)

Des Fleurs de bonne volonté

(1887)

Αvеrtissеmеnt

Figurеz-vоus un pеu

Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μаniаquе

Lе vrаi dе lа сhоsе

Riguеurs à nullе аutrе pаrеillеs

Αquаrеllе еn сinq minutеs

Rоmаnсе

Ρеtitеs misèrеs dе јuillеt

Εsthétiquе : Jе fаis lа соur à mа Dеstinéе...

Dimаnсhеs : Ô Dimаnсhеs bаnnis...

Dimаnсhеs : Οh ! се piаnо, се сhеr piаnо...

Αvаnt-dеrniеr mоt

L’Étеrnеl Quiprоquо

Ρеtitе prièrе sаns prétеntiоns

Dimаnсhеs : Lе сiеl plеut sаns but...

Суthèrе

Dimаnсhеs : Jе m’еnnuiе, nаtаl ! је m’еnnuiе...

Αlbums

Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Dimаnсhеs : Jе nе tiеns quе dеs mоis...

Lе Βоn Αpôtrе

Ρеtitеs misèrеs d’осtоbrе

Gаrе аu bоrd dе lа mеr

Ιmpоssibilité dе l’infini еn hоstiеs

Βаllаdе : Οуеz, аu phуsiquе соmmе аu mоrаl...

Ρеtitеs misèrеs d’hivеr

Dimаnсhеs : Lеs nаsillаrdеs сlосhеs...

Lе Βrаvе, Βrаvе Αutоmnе !

Dimаnсhеs : С’еst l’аutоmnе, l’аutоmnе, l’аutоmnе...

Ρеtitеs misèrеs d’аоût

Sоirs dе fêtе

Fifrе

Dimаnсhеs : Ν’асhеvеz pаs lа ritоurnеllе...

L’аurоrе-prоmisе

Dimаnсhеs : J’аurаi pаssé mа viе...

Lа viе qu’еllеs mе fоnt mеnеr

Dimаnсhеs : Μоn Sоrt еst оrphеlin...

Ρеtitеs misèrеs dе mаi

Ρеtitеs misèrеs d’аutоmnе

Sаnсtа simpliсitаs

Εsthétiquе : Lа Fеmmе mûrе оu јеunе fillе...

L’Îlе

Dimаnсhеs : J’аimе, ј’аimе dе tоut mоn sièсlе !...

Νоtrе pеtitе соmpаgnе

Соmplаintе dеs сrépusсulеs сélibаtаirеs

Èvе, sаns trêvе

Dimаnсhеs : Lе Dimаnсhе, оn sе plаît...

Lа Μélаnсоliе dе Ρiеrrоt

Саs rédhibitоirе

Αrаbеsquеs dе mаlhеur

Lеs Сhаuvеs-sоuris

Signаlеmеnt

Dimаnсhеs : Ιls еnsеignеnt...

Αir dе biniоu

 

Jules Laforgue

Des Fleurs de bonne volonté, 1887


L’Île


 
C’est l’Île ; Éden entouré d’eau de tous côtés !....
Je viens de galoper avec mon Astarté
À l’aube des mers ; on fait sécher nos cavales,
Des veuves de Titans délacent nos sandales,
Éventent nos tresses rousses, et je reprends
Mon Sceptre tout écaillé d’émaux effarants !
On est gai, ce matin. Depuis une semaine
Ces lents brouillards plongeaient mes sujets dans la peine,
Tout soupirants après un beau jour de soleil
Pour qu’on prît la photographie de Mon Orteil.....
 
Ah ! non, c’est pas cela, mon Île, ma douce île....
Je ne suis pas encore un Néron si sénile....
Mon île pâle est au Pôle, mais au dernier
Des Pôles, inconnu des plus fols baleiniers !
Les Icebergs entrechoqués s’avançant pâles
Dans les brumes ainsi que d’albes cathédrales
M’ont cerné sur un bloc ; et c’est là que, très-seul,
Je fleuris, doux lys de la zone des linceuls,
Avec ma mie !
 
                          Ma mie a deux yeux diaphanes
Et viveurs ! et, avec cela, l’arc de Diane
N’est pas plus fier et plus hautement en arrêt
Que sa bouche ! (arrangez cela comme pourrez....)
Oh ! ma mie.... — Et sa chair affecte un caractère
Qui n’est assurément pas fait pour me déplaire :
Sa chair est lumineuse et sent la neige, exprès
Pour que mon front pesant y soit toujours au frais,
Mon Front Équatorial, Serre d’Anomalies !.....
Bref, c’est, au bas mot, une femme accomplie.
 
Et puis, elle a les perles tristes dans la voix.....
Et ses épaules sont aussi le premier choix.
Et nous vivons ainsi, subtils et transis, presque
Dans la simplicité les gens peints sur les fresques.
Et c’est l’Île. Et voilà vers quel Eldorado
L’Exode nihiliste a poussé mon radeau.
 
Ô lendemains de noce où nos voix mai éteintes
Chantent aux échos blancs la si grêle complainte :
 
 

Le Vaisseau fantôme


              Il était un petit navire
              Où Ugolin mena ses fils,
              Sous prétexte, le vieux vampire !
              De les fair’ voyager gratis.
 
              Au bout de cinq à six semaines,
              Les vivres vinrent à manquer,
              Il dit : « Vous mettez pas en peine ;
              Mes fils n’ m’ont jamais dégoûté ! »
 
              On tira z’à la courte paille,
              Formalité ! raffinement !
              Car cet homme il n’avait d’entrailles
              Qu’ pour en calmer les tiraill’ments,
 
              Et donc, stoïque et légendaire ;
              Ugolin mangea ses enfants,
              Afin d’ leur conserver un père...
              Oh ! quand j’y song’, mon cœur se fend !
 
              Si cette histoire vous embête,
              C’est que vous êtes un sans-cœur !
              Ah ! j’ai du cœur par d’ssus la tête,
              Oh ! rien partout que rir’s moqueurs !...
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Εh ! quе tе sеrs, аmоur, dе mе lаnсеr dеs trаits ?...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Αntоinеttе Dеshоulièrеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Sеrrеs еt lеs Βоis

Εustоrg dе Βеаuliеu

Du Βеllау

☆ ☆ ☆ ☆

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Αpоllinаirе : Dаmе à lа sеrvаntе

Rоllinаt : Lа Grаndе Саsсаdе

Rоllinаt : Vаpеurs dе mаrеs

Μоlièrе : Stаnсеs gаlаntеs : «Sоuffrеz qu’Αmоur...»

Cоmmеntaires récеnts

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De Сосhоnfuсius sur Libеrté (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur «Αstrеs сruеls, еt vоus diеuх inhumаins...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Lа Sоurсе (Gаlоу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...» (Vеrmеil)

De Lа Fаisаnе sur Lа Соlоmbе pоignаrdéе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе