Musset

(1810-1857)

Poésies nouvelles

(1850)

Rоllа

Unе bоnnе Fоrtunе

Luсiе

Lа Νuit dе mаi

Lа Νuit dе déсеmbrе

Lа Νuit d’аоût

Lа Νuit d’осtоbrе

Lеttrе à Μ. dе Lаmаrtinе

À lа Μаlibrаn

L’Εspоir еn Diеu

À lа Μi-Саrêmе

Dupоnt еt Durаnd

Αu rоi, аprès l’аttеntаt dе Μеuniеr

Sur lа nаissаnсе du соmtе dе Ρаris

Ιdуllе

Silviа

Сhаnsоn : À Sаint-Βlаisе, à lа Zuесса...

Сhаnsоn dе Βаrbеrinе

Сhаnsоn dе Fоrtuniо

À Νinоn

À Sаintе-Βеuvе

À Lуdiе. Οdе ΙX, Livrе XΙΙΙ. Τrаduit d’Hоrасе

À Lуdiе. Ιmitаtiоn.

À Αlf. Τ. : Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...

À unе flеur

Lе Fils du Τitiеn

Sоnnеt : Βéаtriх Dоnаtо fut lе dоuх nоm dе сеllе...

Αdiеu

Sоnnеt : Νоn, quаnd biеn mêmе unе аmèrе sоuffrаnсе...

Jаmаis

Ιmprоmptu еn répоnsе à сеttе quеstiоn : Qu’еst-се quе lа Ρоésiе ?

À Μаdеmоisеllе ***

Unе Sоiréе pеrduе

Simоnе

Sur lеs Débuts dе Μеsdеmоisеllеs Rасhеl еt Ρаulinе Gаrсiа

Сhаnsоn : Lоrsquе lа соquеttе Εspérаnсе...

Τristеssе

Lе Rhin аllеmаnd, pаr Βесkеr (trаduсtiоn frаnçаisе)

Lе Rhin аllеmаnd (Répоnsе à lа сhаnsоn dе Βесkеr)

Sоuvеnir

Sur lа pаrеssе

Lе Μiе Ρrigiоni

Rаppеllе-tоi (Vеrgiss mеin niсht)

Μаriе

Rоndеаu : Fut-il јаmаis...

À Μаdаmе G., Sоnnеt

À Μаdаmе G., Rоndеаu

Αprès unе lесturе

À Μ.V.H. : Ιl fаut, dаns се bаs mоndе, аimеr bеаuсоup dе сhоsеs...

Μimi Ρinsоn

Lе Τrеizе Juillеt

À Μ. Α. Τ. : Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...

Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...

Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...

Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : Vоus lеs rеgrеttiеz prеsquе еn mе lеs еnvоуаnt...

Соnnаis-tu dеuх pеstеs fеmеllеs...

À mоn Frèrе, rеvеnаnt d’Ιtаliе

Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Ρаr un mаuvаis tеmps

À Μаdаmе Сnе Τ.

Sur trоis Μаrсhеs dе Μаrbrе rоsе

Sоnnеt : Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...

À Μ. dе Régniеr, dе lа Соmédiе Frаnçаisе, аprès lа mоrt dе sа fillе

Сhаnsоn : Quаnd оn pеrd, pаr tristе оссurеnсе...

À Μаdаmе Ο., qui аvаit fаit dеs dеssins pоur lеs Νоuvеllеs dе l’аutеur

Lе Ridеаu dе mа Vоisinе

Sоuvеnir dеs Αlpеs

Αdiеuх à Suzоn

Sоnnеt аu Lесtеur

 

Musset

Poésies nouvelles, 1850



 

Stances de M. Charles Nodier à M. Alfred de Musset


J’ai lu ta vive Odyssée
      Cadencée,
J’ai lu tes sonnets aussi,
      Dieu merci !
 
Pour toi seul l’aimable Muse,
      Qui t’amuse,
Réserve encor des chansons
      Aux doux sons.
 
Par le faux goût exilée
      Et voilée,
Elle va dans ton réduit
      Chaque nuit.
 
Là, penchée à ton oreille
      Qui s’éveille,
Elle te berce aux concerts
      Des beaux vers.
 
Elle sait les harmonies
      Des Génies,
Et les contes favoris
      Des péris ;
 
Les jeux, les danses légères
      Des bergères,
Et les récits gracieux.
      Des aïeux.
 
Puis, elle se trouve heureuse,
      L’amoureuse,
De prolonger son séjour
      Jusqu’au jour.
 
Quand, du haut d’un char d’opale,
      L’Aube pâle
Chasse les chœurs clandestins
      Des lutins,
 
Si l’Aurore malapprise
      L’a surprise,
Peureuse, elle part sans bruit
      Et s’enfuit,
 
En exhalant dans l’espace
      Qui s’efface
Le soupir mélodieux
      Des adieux.
 
Fuis, fuis le pays morose
      De la prose,
Ses journaux et ses romans
      Assommants.
 
Fuis l’altière période
      À la mode,
Et l’ennui des sots discours,
      Longs ou courts.
 
Fuis les grammes et les mètres
      De nos maîtres,
Jurés experts en argot
      Visigoth.
 
Fuis la loi des pédagogues
      Froids et rogues,
Qui soumettraient tes appas
      Au compas.
 
Mais reviens à la vesprée,
      Peu parée,
Bercer encor ton ami
      Endormi.
 

Juin 1843.


 
 

              Réponse à M. Charles Nodier


Connais-tu deux pestes femelles
      Et jumelles
Qu’un beau jour tira de l’enfer
      Lucifer ?
 
L’une au teint blême, au cœur de lièvre,
      C’est la Fièvre ;
L’autre est l’Insomnie aux grands yeux
      Ennuyeux.
 
Non pas cette fièvre amoureuse,
      Trop heureuse,
Qui sait chiffonner l’oreiller
      Sans bâiller ;
 
Non pas cette belle insomnie
      Du génie,
Où Trilby vient, prêt à chanter,
      T’écouter.
 
C’est la fièvre qui s’emmaillote
      Et grelotte
Sous un drap sale et trois coussins
      Très malsains.
 
L’autre, comme une huître qui bâille
      Dans l’écaille,
Rêve ou rumine, ou fait des vers
      De travers.
 
Voilà, depuis une semaine
      Toute pleine,
L’aimable et gai duo que j’ai
      Hébergé.
 
Que ce soit donc, si l’on m’accuse,
      Mon excuse,
Pour n’avoir rien ni répondu
      Ni pondu.
 
Ne me fais pas, je t’en conjure,
      Cette injure
De supposer que j’ai faibli
      Par oubli.
 
L’oubli, l’ennui, font, ce me semble,
      Route ensemble,
Traînant, deux à deux, leurs pas lents.
      Nonchalants.
 
Tout se ressent du mal qu’ils causent,
      Mais ils n’osent
Approcher de toi seulement
      Un moment.
 
Que ta voix si jeune et si vieille,
      Qui m’éveille,
Vient me délivrer à propos
      Du repos !
 
Ta muse, ami, toute française,
      Tout à l’aise,
Me rend la sœur de la santé,
      La gaieté.
 
Elle rappelle à ma pensée
      Délaissée
Les beaux jours et les courts instants,
      Du bontemps.
 
Lorsque, rassemblés sous ton aile
      Paternelle,
Échappés de nos pensions,
      Nous dansions ;
 
Gais comme l’oiseau sur la branche,
      Le dimanche,
Nous rendions parfois matinal
      L’Arsenal.
 
La tête coquette et fleurie
      De Marie
Brillait comme un bluet mêlé
      Dans le blé.
 
Tachés déjà par l’écritoire,
      Sur l’ivoire
Ses doigts légers allaient sautant
      Et chantant ;
 
Quelqu’un récitait quelque chose,
      Vers ou prose,
Puis nous courions recommencer
      À danser.
 
Chacun de nous, futur grand homme.
      Ou tout comme,
Apprenait plus vite à t’aimer
      Qu’à rimer.
 
Alors, dans la grande boutique
      Romantique,
Chacun avait, maître ou garçon,
      Sa chanson.
 
Nous allions, brisant les pupitres
      Et les vitres,
Et nous avions plume et grattoir
      Au comptoir.
 
Hugo portait déjà dans l’âme
      Notre-Dame,
Et commençait à s’occuper
      D’y grimper.
 
De Vigny chantait sur sa lyre
      Ce beau sire
Qui mourut sans mettre à l’envers
      Ses bas verts.
 
Antony battait avec Dante
      Un andante ;
Émile ébauchait vite et tôt
      Un presto.
 
Sainte-Beuve faisait dans l’ombre,
      Douce et sombre,
Pour un ceil noir, un blanc bonnet,
      Un sonnet.
 
Et moi, de cet honneur insigne
      Trop indigne,
Enfant par hasard adopté
      Et gâté,
 
Je brochais des ballades, l’une
      À la lune,
L’autre à deux yeux noirs et jaloux,
      Andaloux.
 
Cher temps, plein de mélancolie,
      De folie,
Dont il faut rendre à l’amitié
      La moitié !
 
Pourquoi sur ces flots où s’élance
      L’Espérance,
Ne voit-on que le Souvenir
      Revenir ?
 
Ami, toi qu’a piqué l’abeille,
      Ton cœur veille,
Et tu n’en saurais ni guérir
      Ni mourir ;
 
Mais comment fais-tu donc, vieux maître,
      Pour renaître ?
Car tes vers, en dépit du temps,
      Ont vingt ans.
 
Si jamais ta tête qui penche
      Devient blanche,
Ce sera comme l’amandier,
      Cher Nodier.
 
Ce qui le blanchit n’est pas l’âge,
      Ni l’orage ;
C’est la fraîche rosée en pleurs
      Dans les fleurs.
 

Août 1843.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αlbеrt Lоzеаu

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lаs ! је mеurs : nоn-fаit, nоn. Quоi dоnс ? Jе vis d’еspоir...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur L’Οisеаu blеu (Сеndrаrs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе