Musset

(1810-1857)

Poésies nouvelles

(1850)

Rоllа

Unе bоnnе Fоrtunе

Luсiе

Lа Νuit dе mаi

Lа Νuit dе déсеmbrе

Lа Νuit d’аоût

Lа Νuit d’осtоbrе

Lеttrе à Μ. dе Lаmаrtinе

À lа Μаlibrаn

L’Εspоir еn Diеu

À lа Μi-Саrêmе

Dupоnt еt Durаnd

Αu rоi, аprès l’аttеntаt dе Μеuniеr

Sur lа nаissаnсе du соmtе dе Ρаris

Ιdуllе

Silviа

Сhаnsоn : À Sаint-Βlаisе, à lа Zuесса...

Сhаnsоn dе Βаrbеrinе

Сhаnsоn dе Fоrtuniо

À Νinоn

À Sаintе-Βеuvе

À Lуdiе. Οdе ΙX, Livrе XΙΙΙ. Τrаduit d’Hоrасе

À Lуdiе. Ιmitаtiоn.

À Αlf. Τ. : Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...

À unе flеur

Lе Fils du Τitiеn

Sоnnеt : Βéаtriх Dоnаtо fut lе dоuх nоm dе сеllе...

Αdiеu

Sоnnеt : Νоn, quаnd biеn mêmе unе аmèrе sоuffrаnсе...

Jаmаis

Ιmprоmptu еn répоnsе à сеttе quеstiоn : Qu’еst-се quе lа Ρоésiе ?

À Μаdеmоisеllе ***

Unе Sоiréе pеrduе

Simоnе

Sur lеs Débuts dе Μеsdеmоisеllеs Rасhеl еt Ρаulinе Gаrсiа

Сhаnsоn : Lоrsquе lа соquеttе Εspérаnсе...

Τristеssе

Lе Rhin аllеmаnd, pаr Βесkеr (trаduсtiоn frаnçаisе)

Lе Rhin аllеmаnd (Répоnsе à lа сhаnsоn dе Βесkеr)

Sоuvеnir

Sur lа pаrеssе

Lе Μiе Ρrigiоni

Rаppеllе-tоi (Vеrgiss mеin niсht)

Μаriе

Rоndеаu : Fut-il јаmаis...

À Μаdаmе G., Sоnnеt

À Μаdаmе G., Rоndеаu

Αprès unе lесturе

À Μ.V.H. : Ιl fаut, dаns се bаs mоndе, аimеr bеаuсоup dе сhоsеs...

Μimi Ρinsоn

Lе Τrеizе Juillеt

À Μ. Α. Τ. : Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...

Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...

Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...

Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : Vоus lеs rеgrеttiеz prеsquе еn mе lеs еnvоуаnt...

Соnnаis-tu dеuх pеstеs fеmеllеs...

À mоn Frèrе, rеvеnаnt d’Ιtаliе

Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Ρаr un mаuvаis tеmps

À Μаdаmе Сnе Τ.

Sur trоis Μаrсhеs dе Μаrbrе rоsе

Sоnnеt : Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...

À Μ. dе Régniеr, dе lа Соmédiе Frаnçаisе, аprès lа mоrt dе sа fillе

Сhаnsоn : Quаnd оn pеrd, pаr tristе оссurеnсе...

À Μаdаmе Ο., qui аvаit fаit dеs dеssins pоur lеs Νоuvеllеs dе l’аutеur

Lе Ridеаu dе mа Vоisinе

Sоuvеnir dеs Αlpеs

Αdiеuх à Suzоn

Sоnnеt аu Lесtеur

 

Musset

Poésies nouvelles, 1850


Le Mie Prigioni


 
On dit : « Triste comme la porte
      D’une prison. » —
Et je crois ; le diable m’emporte !
      Qu’on a raison.
 
D’abord, pour ce qui me regarde,
      Mon sentiment
Est qu’il vaut mieux monter sa garde,
      Décidément.
 
Je suis, depuis une semaine,
      Dans un cachot,
Et je m’aperçois avec peine
      Qu’il fait très chaud.
 
Je vais bouder à la fenêtre,
      Tout en fumant ;
Le soleil commence à paraître
      Tout doucement.
 
C’est une belle perspective,
      De grand matin,
Que des gens qui font la lessive
      Dans le lointain.
 
Pour se distraire, si l’on bâille,
      On aperçoit
D’abord une longue muraille,
      Puis un long toit.
 
Ceux à qui ce séjour tranquille
      Est inconnu
Ignorent l’effet d’une tuile
      Sur un mur nu.
 
Je n’aurais jamais cru moi-même,
      Sans l’avoir vu,
Ce que ce spectacle suprême
      A d’imprévu.
 
Pourtant les rayons de l’automne
      Jettent encor
Sur ce toit plat et monotone
      Un réseau d’or.
 
Et ces cachots n’ont rien de triste,
      Il s’en faut bien :
Peintre ou poète, chaque artiste
      Y met du sien.
 
De dessins, de caricatures
      Ils sont couverts.
Çà et là quelques écritures
      Semblent des vers.
 
Chacun tire une rêverie
      De son bonnet :
Celui-ci, la Vierge Marie,
      L’autre, un sonnet.
 
Là, c’est Madeleine en peinture,
      Pieds nus, qui lit ;
Vénus rit sous la couverture,
      Au pied du lit.
 
Plus loin, c’est la Foi, l’Espérance,
      La Charité,
Grands croquis faits à toute outrance,
      Non sans beauté.
 
Une Andalouse assez gaillarde,
      Au cou mignon,
Est dans un coin qui vous regarde
      D’un air grognon.
 
Celui qui fit, je le présume,
      Ce médaillon,
Avait un gentil brin de plume
      À son crayon.
 
Le Christ regarde Louis-Philippe.
      D’un air surpris ;
Un bonhomme fume sa pipe
      Sur le lambris.
 
Ensuite vient un paysage
      Très compliqué,
Où l’on voit qu’un monsieur très sage
      S’est appliqué.
 
Dirai-je quelles odalisques
      Les peintres font,
À leurs très grands périls et risques,
      Jusqu’au plafond ?
 
Toutes ces lettres effacées
      Parlent pourtant ;
Elles ont vécu, ces pensées,
      Fût-ce un instant.
 
Que de gens, captifs pour une heure,
      Tristes ou non,
Ont à cette pauvre demeure
      Laissé leur nom !
 
Sur ce vieux lit où je rimaille
      Ces vers perdus,
Sur ce traversin où je bâille
      À bras tendus,
 
Combien d’autres ont mis leur tête,
      Combien ont mis
Un pauvre corps, un cœur honnête
      Et sans amis !
 
Qu’est-ce donc ? en rêvant à vide
      Contre un barreau,
Je sens quelque chose d’humide
      Sur le carreau.
 
Que veut donc dire cette larme
      Qui tombe ainsi,
Et coule de mes yeux, sans charme
      Et sans souci ?
 
Est-ce que j’aime ma maîtresse ?
      Non, par ma foi !
Son veuvage ne l’intéresse
      Pas plus que moi.
 
Est-ce que je vais faire un drame ?
      Par tous les dieux !
Chanson pour chanson, une femme
      Vaut encor mieux.
 
Sentirais-je quelque ingénue
      Velléité
D’aimer cette belle inconnue,
      La Liberté ?
 
On dit, lorsque ce grand fantôme
      Est verrouillé,
Qu’il a l’air triste comme un tome
      Dépareillé.
 
Est-ce que j’aurais quelque dette ?
      Mais, Dieu merci !
Je suis en lieu sûr : on n’arrête
      Personne ici.
 
Cependant cette larme coule,
      Et je la vois
Qui brille en tremblant et qui roule
      Entre mes doigts.
 
Elle a raison, elle veut dire
      Pauvre petit,
À ton insu ton cœur respire
      Et t’avertit
 
Que le peu de sang qui l’anime
      Est ton seul bien,
Que tout le reste est pour la rime
      Et ne dit rien.
 
Mais nul être n’est solitaire,
      Même en pensant,
Et Dieu n’a pas fait pour te plaire
      Ce peu de sang.
 
Lorsque tu railles ta misère
      D’un air moqueur,
Tes amis, ta sœur et ta mère
      Sont dans ton cœur.
 
Cette pâle et faible étincelle
      Qui vit en toi,
Elle marche, elle est immortelle,
      Et suit sa loi.
 
Pour la transmettre, il faut soi-même
      La recevoir,
Et l’on songe à tout ce qu’on aime
      Sans le savoir.
 

20 Septembre 1842.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Νоаillеs : Lеs Ρlаintеs d’Αriаnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lе Сеrf mаlаdе (Lа Fоntаinе)

De Сосhоnfuсius sur Соntе simplе (Сосtеаu)

De Jаdis sur «Εllе étаit pâlе, еt pоurtаnt rоsе...» (Hugо)

De Jаdis sur «Εllе еst un pеu pédаntе...» (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur «Μ’аs-tu éprоuvé tеl quе се Τrоуеn pаrјurе...» (Νuуsеmеnt)

De Сосhоnfuсius sur Sоir étеrnеl (Сrоs)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе