Germain Nouveau

Valentines, 1887


Dernier madrigal


 
Quand je mourrai, ce soir peut-être,
Je n’ai pas de jour préféré,
Si je voulais, je suis le maître,
Mais... ce serait mal me connaître,
N’importe, enfin, quand je mourrai.
 
Mes chers amis, qu’on me promette
De laisser le bois... au lapin,
Et, s’il vous plaît, qu’on ne me mette
Pas, comme une simple allumette,
Dans une boîte de sapin ;
 
Ni, comme un hareng, dans sa tonne ;
Ne me couchez pas tout du long,
Pour le coup de fusil qui tonne,
Dans la bière qu’on capitonne
Sous sa couverture de plomb.
 
Car, je ne veux rien, je vous jure ;
Pas de cercueil ; quant au tombeau,
J’y ferais mauvaise figure,
Je suis peu fait pour la sculpture,
Je le refuse, fût-il beau.
 
Mon vœu jusque-là ne se hausse ;
Ça me laisserait des remords,
Je vous dis (ma voix n’est pas fausse) :
Je ne veux pas même la fosse,
Où sont les lions et les morts.
 
Je ne suis ni puissant ni riche,
Je ne suis rien, que le toutou,
Que le toutou de ma Niniche ;
Je ne suis que le vieux caniche
De tous les gens de n’importe où.
 
Je ne veux pas que l’on m’enferre
Ni qu’on m’enmarbre, non, je veux
Tout simplement que l’on m’enterre,
En faisant un trou... dans ma Mère,
C’est le plus ardent de mes vœux.
 
Moi, l’enterrement qui m’enlève,
C’est un enterrement d’un sou,
Je trouve ça chic ! Oui, mon rêve,
C’est de pourrir, comme une fève ;
Et maintenant, je vais dire où.
 
Eh ! pardieu ! c’est au cimetière
Près d’un ruisseau (prononcez l’Ar),
Du beau village de Pourrière
De qui j’implore une prière,
Oui, c’est bien à Pourrières, Var.
 
Croisez-moi les mains sous la tête,
Qu’on laisse mon œil gauche ouvert ;
Alors ma paix sera complète,
Vraiment je me fais une fête
D’être enfoui comme un pois vert.
 
Creusez-moi mon trou dans la terre,
Sous la bière, au fond du caveau,
Où tout à côté de son père,
Dort déjà ma petite mère,
Madame Augustine Nouveau.
 
Puis... comblez-moi de terre... fine,
Sur moi, replacez le cercueil ;
Que comme avant dorme Augustine !
Nous dormirons bien, j’imagine,
Fût-ce en ne dormant... que d’un œil.
 
Et... retournez-la sur le ventre,
Car, il ne faut oublier rien,
Pour qu’en son regard le mien entre,
Nous serons deux tigres dans l’antre
Mais deux tigres qui s’aiment bien.
 
Je serai donc avec les Femmes
Qui m’ont fait et qui m’ont reçu,
Bonnes et respectables Dames,
Dont l’une sans cœur et sans flammes
Pour le fruit qu’elles ont conçu.
 
Ah ! comme je vais bien m’étendre,
Avec ma mère sur mon nez.
Comme je vais pouvoir lui rendre
Les baisers qu’en mon âge tendre
Elle ne m’a jamais donnés.
 
Paix au caveau ! Murez la porte !
Je ressuscite, au dernier jour.
Entre mes bras je prends la Morte,
Je m’élève d’une aile forte,
Nous montons au ciel dans l’Amour.
 
Un point... important... qui m’importe,
Pour vous ça doit vous être égal,
Je ne veux pas que l’on m’emporte
Dans des habits d’aucune sorte,
Fût-ce un habit de carnaval.
 
Pas de suaire en toile bise...
Tiens ! c’est presque un vers de Gautier ;
Pas de linceul, pas de chemise ;
Puisqu’il faut que je vous le dise,
Nu, tout nu, mais nu tout entier.
 
Comme sans fourreau la rapière,
Comme sans gant du tout la main,
Nu comme un ver sous ma paupière,
Et qu’on ne grave sur leur pierre,
Qu’un nom, un mot, un seul, Germain.
 
Fou de corps, fou d’esprit, fou d’âme,
De cœur, si l’on veut de cerveau,
J’ai fait mon testament, Madame ;
Qu’il reste entre vos mains de femme,
Dûment signé : Germain Nouveau.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Βеаumаrсhаis : Αu bаs dеs stаtuеs dе Ρlаtоn еt dе l’еsсlаvе Сimbаlеnо

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρаrеssеuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Jаdis sur «Vоus sоuviеnt-il dе l’аubеrgе...» (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе