Germain Nouveau

Valentines, 1887


Le Mendiant


 
L’être que j’adore en ce monde,
Eût-il les pieds noirs et des poux,
C’est le mendiant, il m’inonde
Le cœur d’une extase profonde ;
Je lui baiserais les genoux.
 
D’abord il convient de vous dire
Que si je ne l’adorais pas,
Ça ferait peut-être sourire ;
On penserait : Hé ! le bon sire !
Il a le « trac » pour ses ducats.
 
Il a peur de faire l’aumône,
Ou qu’on le vole, il a raison
Dans la vie, ah ! tout n’est pas jaune,
Et mon ami le plus béjaune
Ne viendrait pas à la maison.
 
Ou, s’il venait, il voudrait faire,
Tout comme moi, les mêmes frais,
Nous compterions, quelle misère !
Et s’il me cassait, quoi ? son verre ?
Ah ! la tête que je ferais !
 
Je parlerais de ma famille
Tant, que c’en serait Han-Mer-Dent :
« J’ai ma femme, mon fils, ma fille ;
Oui, la petite est très gentille,
Mais ça coûte. — C’est évident ! »
 
Le mendiant, qu’est-ce qu’il coûte ?
Titus disait : un heureux jour.
Quand nous verrons plus d’une goutte,
Chacun trouvera sur sa route
Qu’avec cet homme, on fait l’amour.
 
Je l’aime, comme une parente,
Pauvre... mais ça... c’est un détail...,
D’une façon bien différente.
Si j’avais mille francs de rente.
Je lui donnerais... du travail.
 
Je lui dirais : Tu vas me faire
Un bonhomme sur ce papier.
— « Monsieur, je ne dessine guère, »
Alors... de me foutre en colère,
Trouves-tu cela trop... pompier ?
 
Il dessinerait son bonhomme
Bien ou mal, naturellement.
Je dirais : Combien ? — « Telle somme. »
Et je paierais ; c’est presque, en somme,
Ce que fait le Gouvernement.
 
Le mendiant, mais c’est mon frère !
Comment, mon frère ? Mais, c’est moi.
Je commence par me la faire,
La charité, la chose est claire.
Tu te la fais aussi, va, Toi.
 
Moi, souvent « je me le demande »
Et demande, quand ça me plaît.
Et bien ! pour ma langue gourmande,
Plus que la vôtre n’est normande,
Si saint Pierre ouvrait son volet
 
Seulement pour une seconde :
Si je suis là, si je le vois,
Bien que je doute qu’il réponde,
Je lui demande la plus ronde
Des lunes qui rient dans les bois.
 
Et si, — surprise ! et joie extrême ! —
J’entends : « Tiens ! enfant, la voici ! »
Comme avec tes baisers que j’aime,
Je me barbouille tout de crème,
Sans seulement dire : merci.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Νоаillеs : Lеs Ρlаintеs d’Αriаnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lе Сеrf mаlаdе (Lа Fоntаinе)

De Сосhоnfuсius sur Соntе simplе (Сосtеаu)

De Jаdis sur «Εllе étаit pâlе, еt pоurtаnt rоsе...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Μ’аs-tu éprоuvé tеl quе се Τrоуеn pаrјurе...» (Νuуsеmеnt)

De Сосhоnfuсius sur Sоir étеrnеl (Сrоs)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе