Germain Nouveau

Valentines, 1887


Le Refus


 
Je suis pédéraste dans l’âme,
Je le dis tout haut et debout.
Assis, je changerais de gamme,
Et, couché sur un lit, Madame,
Je ne le dirais plus du tout.
 
La pédérastie est un vice :
C’est l’avis de mon médecin.
Je le crois, il n’est pas novice
Quand il soutient que l’exercice
Le plus naturel, le plus sain,
 
Sain, comme la mer et son hâle,
L’honneur même de la maison,
Qui fait le regard le moins pâle,
Le plus magnifiquement mâle,
Sans aucune comparaison,
 
Le plus ravissant sur la terre,
C’est de froisser le traversin
D’une femme qu’on... désaltère,
Quand elle serait adultère,
Quand elle n’aurait qu’un seul sein.
 
C’est là le sentiment intime
De tous les peuples sous le ciel ;
Et je me fous, pour la maxime,
Que l’Exception règne ou rime
Même d’un air spirituel ;
 
De tous, oui, autant que nous sommes,
Aussi bien du Chinois charmant
Que du Français, peintre de pommes ;
Et c’est l’opinion des hommes
Qui furent des hommes, vraiment,
 
Plus forts que ceux dont leur église
Met les cercueils au Panthéon ;
Ce sont ceux-là qu’on poétise,
Par exemple... Abraham... Moïse,
Et, si tu veux... Napoléon.
 
C’est l’opinion du plus sage
Chez les Slaves au regard clair,
Chez les Germains au doux visage,
Chez les Latins au beau langage,
Et chez les Bretons au cœur fier.
 
C’est la tienne, Aimée, et la nôtre ;
C’est celle de tout bon cerveau,
Qui n’a contre elle qu’un... apôtre,
Un monsieur pourtant comme un autre,
Son nom ?... devra rimer en veau.
 
— Son nom, voyons ? — Comment, Madame
Son nom ? mais puisqu’il n’est pas pur,
Il souillerait, ce nom infâme,
Tes chastes oreilles de femme ;
Et puis, moi, je n’en suis pas sûr.
 
Si c’était une calomnie
Qu’une apparence aide à courir,
Je ferais une vilenie ;
Son nom ? Ah ! jamais de la vie !
J’aimerais cent fois mieux mourir !
 
La jolie école qu’il fonde,
Sans ce nom-là, pourra planer
Dans une obscurité profonde ;
La plus belle fille du monde
Comme l’on dit, ne peut donner...
 
D’ailleurs, Madame, cette école
Ne fait pas beaucoup d’adhérents :
Il n’ont pas de porte-parole ;
Et c’est comme une offre un peu molle
Qui rit à des indifférents.
 
Cependant, sa présence agace
Ceux qui la soupçonnent dans l’air ;
Car ce soupçon va, se déplace,
Et finalement vous enlace
Comme la vague dans la mer.
 
Ces messieurs lisent la gazette,
Dînent en ville assez bien mis ;
Quelquefois courtisent Lisette ;
J’approuve cela, mais, mazette !
Je n’en... gueule pas mes amis.
 
Oui, ce vilain soupçon nous gêne
Et pourrait submerger un jour,
Près de la niche, avec la chaîne,
L’Amitié, cette belle chienne,
Qui hurle à sa lune d’amour.
 
Pour moi, vous remarquerez comme
J’ai quelque grâce à protester :
Passant pour la moitié d’un homme,
N’aurais-je pas le droit, en somme,
De chercher à me compléter ?
 
Bien mieux, tiens ! je ne suis pas large,
Mais le plus raide des paris
Qu’on me le tienne, et je me charge
Sous les yeux du public, en marge,
Du plus vieux mouchard de Paris !
 
Or, je ne suis pas pédéraste ;
Que serait-ce si je l’étais !
Voyez, Madame, quel contraste !
Ah ! par la perruque d’Éraste !
Et maintenant... si je pétais !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Rêvе : «Jе nе puis m’еndоrmir ; је sоngе...» (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сосhоnfuсius sur Βоhémiеns еn vоуаgе (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе