Rodenbach

(1855-1898)

Le Miroir du ciel natal

(1898)

Les Lampes +
Les Femmes en mante +
Les Réverbères +
Les Jets d’eau +
Les Premières Communiantes ×
Les Cygnes +
Les Cloches +
Les Hosties +
Épilogue +
 

Rodenbach

Le Miroir du ciel natal, 1898


              VI


Les Communiantes s’en sont allées
Comme de blanches azalées.
 
Frileuses, elles n’ont resplendi qu’un matin,
(Tulles frêles que les plus doux vents désajustent)
De la blancheur qu’ont en avril d’humbles arbustes ;
On eût dit tout à coup voir marcher un jardin.
 
Les Communiantes s’en sont allées ;
On les suit comme des allées.

Sur les vitres de la maison où il faut vivre
Et dont depuis longtemps s’est fané tout l’azur,
Elles sont ces grands lys et ces palmes de givre
Damassant un moment les carreaux trop obscurs,
Frêle bouquet d’hiver, qui si peu persévère
Et fond vite et s’achève en larmes sur le verre...
 
Les communiantes s’en sont allées,
Comme des vitres dégelées.
 
Elles étaient les purs reposoirs de l’Hostie,
Blanches, malgré l’ombre sur elles de la tour,
En s’attardant sur le parvis, à la sortie ;
Les cloches chantaient doux, si doux en ce beau jour !
 
Les Communiantes s’en sont allées.

Or, leurs robes étant comme en forme de cloches,
On eût dit qu’au lieu des cloches noires, c’étaient
Leurs robes qui versaient ces sons blancs et tintaient,
 
Cloches de tulle brimbalées.
 
Et l’air, ému comme une eau morte à leurs approches,
Tremblait, habitué qu’on lui fît violence ;
Celles-ci déplaçaient à peine le silence...
Tels les cygnes, qui sont un si léger fardeau,
En nageant, ne déplacent qu’à peine un peu d’eau...
 
Les Communiantes s’en sont allées,
Ailes blanches intercalées.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

Τоulеt : «Сеt huissiеr, qui јеtаit, l’été...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Сосhоnfuсius sur Μédаillе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Сосhоnfuсius sur Lе Соurеur (Hеrеdiа)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Jаdis sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Ρаris vаissеаu dе сhаrgе (Ρéguу)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе