Villon

(1431 ?-ca. 1470)

Le Testament

(1461)

Εn l’аn trеntièmе dе mоn âgе...

Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis]

Βаllаdе [dеs sеignеurs du tеmps јаdis]

Βаllаdе [еn viеil lаngаgе frаnçаis]

Ρuisquе pаpеs, rоis, fils dе rоis...

[Lеs Rеgrеts dе lа bеllе Hëаumièrе]

Βаllаdе [dе lа bеllе Hëаumièrе аuх fillеs dе јоiе]

Сеttе lеçоn iсi lеur bаillе...

Dоublе bаllаdе : Ρоur се, аimеz tаnt quе vоudrеz...

Së сеllе quе јаdis sеrvоуе...

Αu nоm dе Diеu, соmmе ј’аi dit...

[Βаllаdе pоur priеr Νоtrе Dаmе]

Ιtеm, m’аmоur, mа сhèrе Rоsе...

[Βаllаdе à s’аmiе]

Ιtеm, à mаîtrе Ythiеr Μаrсhаnt...

Rоndеаu : Μоrt, ј’аppеllе dе tа riguеur...

Ιtеm, à mаîtrе Jеаn Соrnu...

Βаllаdе [еt оrаisоn]

Ιtеm, vеuil quе lе јеunе Μеrlе...

Βаllаdе [pоur Rоbеrt d’Εstоutеvillе]

Ιtеm, à sirе Jеаn Ρеrdriеr...

Βаllаdе : Εn réаlgаr, еn аrsеniс rосhеr...

Ιtеm, à mаistrе Αndrу Соurаut...

Βаllаdе [Lеs Соntrеdits dе Frаnс Gоntiеr]

Ιtеm, pоur се quе sаit lа Βiblе...

Βаllаdе [dеs Fеmmеs dе Ρаris]

Rеgаrdе-m’еn dеuх, trоis, аssisеs...

Βаllаdе [dе lа Grоssе Μаrgоt]

Ιtеm, а Μаriоn l’Ιdоlе...

[Βеllе lеçоn аuх еnfаnts pеrdus]

Βаllаdе [dе bоnnе dосtrinе]

À vоus pаrlе, соmpаins dе gаllеs...

Rоndеаu оu Βеrgеrоnnеttе

Ιtеm, dоnnе à mаistrе Lоmеr...

[Épitаphе]

Rоndеаu : Rеpоs étеrnеl dоnnе à сil...

Ιtеm, је vеuil qu’оn sоnnе à brаnlе...

[Βаllаdе dе mеrсi]

Αutrе bаllаdе [dе соnсlusiоn]

 

Villon

Le Testament, 1461



 
146
 
« À vous parle, compains de galles,
Mal des âmes et bien du corps,
Gardez-vous bien de ce mau hâle
Qui noircit les gens quand sont morts ;
Esquivez-le, c’est un mal mors ;
Passez-vous au mieux que pourrez ;
Et, pour Dieu, soyez tous records :
Une fois viendra que mourrez. »
 
147
 
Item, je donne aux Quinze-Vingts,
(Qu’autant vaudrait nommer Trois-Cents),
De Paris, non pas de Provins,
Car à eux tenu je me sens.
Ils auront, et je m’y consens,
Sans les étuis, mes grand lunettes,
Pour mettre à part, aux Innocents,
Les gens de bien des déshonnêtes.
 
148
 
Ici n’y a në ris në jeu !
Que leur vaut-il avoir chevances,
N’en grands lits de parement geu,
Engloutir vin en grosses panses,
Mener joië, fêtes et danses,
Et de ce prêt être à toute heure ?
Toutes faillent telles plaisances,
Et la coulpe si en demeure.
 
149
 
Quand je considère ces têtes
Entasséës en ces charniers,
Tous furent maîtres des requêtes,
Ou tous de la Chambre aux Deniers,
Ou tous furent porte-paniers ;
Autant puis l’un que l’autre dire,
Car d’évêques ou lanterniers
Je n’y connais rien à redire.
 
150
 
Et icelles qui s’inclinaient
Unes contre autres en leurs vies,
Desquelles les unes régnaient,
Des autres craintes et servies :
Là les vois toutes assouvies,
Ensemble en un tas pêle-mêle.
Seigneuriës leur sont ravies ;
Clerc në maître ne s’y appelle.
 
151
 
Or sont-ils morts, Dieu ait leurs âmes !
Quant est des corps, ils sont pourris.
Aiënt été seigneurs ou dames,
Souëf et tendrement nourris
De crême, fromentée ou riz,
Leurs os sont déclinés en poudre,
Auxquels ne chaut d’ébats në ris...
Plaise au doux Jésus les absoudre !
 
152
 
Aux trépassés je fais ce lais,
Et icelui je communique
À régents, cours, sièges, palais,
Haineurs d’avarice l’inique,
Lesquels pour la chose publique,
Se sèchent les os et les corps :
De Dieu et de saint Dominique
Soiënt absous quand seront morts !
 
154
 
Item, rien à Jacquet Cardon,
(Car je n’ai rien pour lui d’honnête,
Non pas que le jette à bandon),
Sinon cette bergeronnette ;
S’elle eût le chant Marïonnette
Fait pour Marïon la Peautarde,
Ou d’Ouvrez votre huis, Guillemette,
Elle allât bien à la moutarde :

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеllе quе Ρуrrhе еt lе Μаrs dе Libуе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «L’еspоir luit соmmе un brin dе pаillе dаns l’étаblе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе