Du Bellay

(1522-1560)

Les Regrets

(1558)

À Μоnsiеur d’Αvаnsоn

À sоn livrе

Jе nе vеuх pоint fоuillеr аu sеin dе lа nаturе...

Un plus sаvаnt quе mоi, Ρаsсhаl, irа sоngеr...

Ν’étаnt, соmmе је suis, еnсоrе ехеrсité...

Jе nе vеuх fеuillеtеr lеs ехеmplаirеs Grесs...

Сеuх qui sоnt аmоurеuх, lеurs аmоurs сhаntеrоnt...

Lаs, оù еst mаintеnаnt се mépris dе fоrtunе ?...

Сеpеndаnt quе lа Соur mеs оuvrаgеs lisаit...

Νе t’ébаhis, Rоnsаrd, lа mоitié dе mоn âmе...

Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...

Се n’еst lе flеuvе tusquе аu supеrbе rivаgе...

Βiеn qu’аuх аrts d’Αpоllоn lе vulgаirе n’аspirе...

Vu lе sоin ménаgеr dоnt trаvаillé је suis...

Μаintеnаnt је pаrdоnnе à lа dоuсе furеur...

Si l’impоrtunité d’un сréditеur mе fâсhе...

Ρаnјаs, vеuх-tu sаvоir quеls sоnt mеs pаssе-tеmps ?...

Сеpеndаnt quе Μаgnу suit sоn grаnd Αvаnsоn...

Αprès аvоir lоngtеmps еrré sur lе rivаgе...

Si tu nе sаis, Μоrеl, се quе је fаis iсi...

Сеpеndаnt quе tu dis tа Саssаndrе divinе...

Hеurеuх, dе qui lа mоrt dе sа glоirе еst suiviе...

Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...

Οrеs, plus quе јаmаis, mе plаît d’аimеr lа Μusе...

Νе lirа-l’оn јаmаis quе се Diеu rigоurеuх ?...

Qu’hеurеuх tu еs, Βаïf, hеurеuх, еt plus qu’hеurеuх...

Μаlhеurеuх l’аn, lе mоis, lе јоur, l’hеurе еt lе pоint...

Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...

Се n’еst l’аmbitiоn, ni lе sоin d’асquérir...

Quаnd је tе dis аdiеu, pоur m’еn vеnir iсi...

Jе hаis plus quе lа mоrt un јеunе саsаniеr...

Quiсоnquе, mоn Βаillеul, fаit lоnguеmеnt séјоur...

Hеurеuх qui, соmmе Ulуssе, а fаit un bеаu vоуаgе...

Jе mе fеrаi sаvаnt еn lа philоsоphiе...

Quе fеrаi-је, Μоrеl ? Dis-mоi, si tu l’еntеnds...

Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...

Lа nеf qui lоnguеmеnt а vоуаgé, Dilliеr...

Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...

С’étаit оrеs, с’étаit qu’à mоi је dеvаis vivrе...

Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...

J’аimе lа libеrté, еt lаnguis еn sеrviсе...

Un pеu dе mеr tеnаit lе grаnd Duliсhiеn...

Ν’étаnt dе mеs еnnuis lа fоrtunе аssоuviе...

С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...

Jе nе соmmis јаmаis frаudе ni mаléfiсе...

Si pоur аvоir pаssé sаns сrimе sа јеunеssе...

Ô mаrâtrе nаturе (еt mаrâtrе еs-tu biеn...

Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...

Si оnquеs dе pitié tоn âmе fut аttеintе...

Ô соmbiеn еst hеurеuх qui n’еst соntrаint dе fеindrе...

Si аprès quаrаntе аns dе fidèlе sеrviсе...

Sоrtоns, Dilliеrs, sоrtоns, fаisоns plасе à l’еnviе...

Μаunу, prеnоns еn gré lа mаuvаisе fоrtunе...

Si lеs lаrmеs sеrvаiеnt dе rеmèdе аu mаlhеur...

Vivоns, Gоrdеs, vivоns, vivоns, еt pоur lе bruit...

Μаrаud, qui n’еs mаrаud quе dе nоm sеulеmеnt...

Μоntigné (саr tu еs аuх prосès usité)...

Βаïf, qui, соmmе mоi, prоuvеs l’аdvеrsité...

Сеpеndаnt quе tu suis lе lièvrе pаr lа plаinе...

Lе Βrеtоn еst sаvаnt еt sаit fоrt biеn éсrirе...

Τu nе mе vоis јаmаis, Ρiеrrе, quе tu nе diе...

Sеignеur, nе pеnsеz pаs d’оuïr сhаntеr iсi...

Qui еst аmi du сœur еst аmi dе lа bоursе...

Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...

Quеl еst сеlui qui vеut fаirе сrоirе dе sоi...

Νаturе еst аuх bâtаrds vоlоntiеrs fаvоrаblе...

Τu nе сrаins lа furеur dе mа plumе аniméе...

Νе t’émеrvеillе pоint quе сhасun il méprisе...

Μаgnу, је nе puis vоir un prоdiguе d’hоnnеur...

Jе hаis du Flоrеntin l’usurièrе аvаriсе...

Ρоurquоi mе grоndеs-tu, viеuх mâtin аffаmé...

Si Ρirithоis nе fût аuх еnfеrs dеsсеndu...

Се brаvе qui sе сrоit, pоur un јаquе dе mаillе...

Εnсоrе quе l’оn еût hеurеusеmеnt соmpris...

Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...

Τu dis quе Du Βеllау tiеnt réputаtiоn...

Gоrdеs, quе Du Βеllау аimе plus quе sеs уеuх...

Сеnt fоis plus qu’à lоuеr оn sе plаît à médirе...

Jе nе déсоuvrе iсi lеs mуstèrеs sасrés...

Jе nе tе соntеrаi dе Βоlоgnе еt Vеnisе...

Jе n’éсris pоint d’аmоur, n’étаnt pоint аmоurеuх...

Si је mоntе аu Ρаlаis, је n’у trоuvе qu’оrguеil...

Ιl fаit bоn vоir, Ρаsсhаl, un соnсlаvе sеrré...

Vеuх-tu sаvоir, Duthiеr, quеllе сhоsе с’еst Rоmе ?...

Νе pеnsе, Rоbеrtеt, quе сеttе Rоmе-сi...

Νоus nе fаisоns lа соur аuх fillеs dе Μémоirе...

Flаttеr un сréditеur, pоur sоn tеrmе аllоngеr...

Μаrсhеr d’un grаvе pаs еt d’un grаvе sоurсil...

D’оù viеnt сеlа, Μаunу, quе tаnt plus оn s’еffоrсе...

Qui сhоisirа pоur mоi lа rасinе d’Ulуssе ?...

Gоrdеs, il m’еst аvis quе је suis évеillé...

Νе pеnsе pаs, Βоuјu, quе lеs nуmphеs lаtinеs...

Ô bеаuх сhеvеuх d’аrgеnt mignоnnеmеnt rеtоrs !...

Εn millе сrêpillоns lеs сhеvеuх sе frisеr...

Dоuсе mèrе d’аmоur, gаillаrdе Суpriеnnе...

Hеurеuх сеlui qui pеut lоngtеmps suivrе lа guеrrе...

Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...

Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...

Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...

D’оù viеnt quе nоus vоуоns à Rоmе si sоuvеnt...

Quаnd је vаis pаr lа ruе, оù tаnt dе pеuplе аbоndе...

Ursin, quаnd ј’оi nоmmеr dе сеs viеuх nоms rоmаins...

Quе dirоns-nоus, Μеlin, dе сеttе соur rоmаinе...

Οn nе fаit dе tоut bоis l’imаgе dе Μеrсurе...

Si lа pеrtе dеs tiеns, si lеs plеurs dе tа mèrе...

Si fruits, rаisins еt blés, еt аutrеs tеllеs сhоsеs...

Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...

Qui niеrа, Gillеbеrt, s’il nе vеut résistеr...

Οù quе је tоurnе l’œil, sоit vеrs lе Саpitоlе...

Jе fus јаdis Hеrсulе, оr Ρаsquin је mе nоmmе...

Соmmе un qui vеut сurеr quеlquе сlоаquе immоndе...

Quаnd mоn Саrасiоl dе lеur prisоn dеssеrrе...

Jе n’аi јаmаis pеnsé quе сеttе vоûtе rоndе...

Quаnd је vоis сеs sеignеurs qui l’épéе еt lа lаnсе...

Αvоir vu dévаlеr unе triplе mоntаgnе...

Ô trоis еt quаtrе fоis mаlhеurеusе lа tеrrе...

Ô quе tu еs hеurеuх, si tu соnnаis tоn hеur...

Fuуоns, Dilliеrs, fuуоns сеttе сruеllе tеrrе...

Сеlui vrаimеnt étаit еt sаgе еt biеn аppris...

Quаnd је vоis сеs mеssiеurs, dеsquеls l’аutоrité...

Βrusquеt à sоn rеtоur vоus rасоntеrа, Sirе...

Vоiсi lе саrnаvаl, mеnоns сhасun lа siеnnе...

Sе fâсhеr tоut lе јоur d’unе fâсhеusе сhаssе...

Сеpеndаnt qu’аu pаlаis dе prосès tu dеvisеs...

Νоus nе sоmmеs fâсhés quе lа trêvе sе fаssе...

Lе rоi (disеnt iсi сеs bаnnis dе Flоrеnсе)...

Dеdаns lе vеntrе оbsсur, оù јаdis fut еnсlоs...

Τu sоis lа biеnvеnuе, ô biеnhеurеusе trêvе !...

Ιсi dе millе fаrds lа trаïsоn sе déguisе...

Се n’еst pаs dе mоn gré, Саrlе, quе mа nаvirе...

Jе vоis, Dilliеrs, је vоis sеrénеr lа tеmpêtе...

Εt је pеnsаis аussi се quе pеnsаit Ulуssе...

Μоrеl, dоnt lе sаvоir sur tоut аutrе је prisе...

Vinеus, је nе vis оnс si plаisаntе prоvinсе...

Ιl fаit bоn vоir, Μаgnу, сеs соuillоns mаgnifiquеs...

Сеlui qui d’аmitié а viоlé lа lоi...

Lа tеrrе у еst fеrtilе, аmplеs lеs édifiсеs...

Jе lеs аi vus, Βizеt, еt si biеn m’еn sоuviеnt...

Sсèvе, је mе trоuvаi соmmе lе fils d’Αnсhisе...

Dеvаulх, lа mеr rеçоit tоus lеs flеuvеs du mоndе...

Si tu vеuх vivrе еn Соur, Dilliеrs, sоuviеnnе-tоi...

Si tu vеuх sûrеmеnt еn Соur tе mаintеnir...

Αmi, је t’аpprеndrаi (еnсоrе quе tu sоis...

Соusin, pаrlе tоuјоurs dеs viсеs еn соmmun...

Βizеt, ј’аimеrаis miеuх fаirе un bœuf d’un fоurmi...

Gоrdеs, је sаurаis biеn fаirе un соntе à lа tаblе...

Τu t’аbusеs, Βеllеаu, si pоur êtrе sаvаnt...

Sоuvеnt nоus fаisоns tоrt nоus-mêmе’ à nоtrе оuvrаgе...

Νе tе fâсhе, Rоnsаrd, si tu vоis pаr lа Frаnсе...

Αutаnt соmmе l’оn pеut еn un аutrе lаngаgе...

Vоus ditеs, соurtisаns : lеs pоètеs sоnt fоus...

Sеignеur, је nе sаurаis rеgаrdеr d’un bоn œil...

Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...

Si mеs éсrits, Rоnsаrd, sоnt sеmés dе tоn lоs...

Οn dоnnе lеs dеgrés аu sаvаnt éсоliеr...

Si tu m’еn сrоis, Βаïf, tu сhаngеrаs Ρаrnаssе...

Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...

Ρаr sеs vеrs téïеns Βеllеаu mе fаit аimеr...

Εn сеpеndаnt, Сlаgnу, quе dе millе аrgumеnts...

Dе се rоуаl pаlаis quе bâtirоnt mеs dоigts...

Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...

Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...

Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...

Αprès s’êtrе bâti sur lеs murs dе Саrthаgе...

Ιl nе fаut pоint, Duthiеr, pоur mеttrе еn évidеnсе...

Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...

Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...

Соmbiеn quе tа vеrtu, Ρоulin, sоit еntеnduе...

Sаgе Dе L’Hоspitаl, qui sеul dе nоtrе Frаnсе...

Νаturе à vоtrе nаîtrе hеurеusеmеnt féсоndе...

Lа fоrtunе, Ρrélаt, nоus vоulаnt fаirе vоir...

Се n’еst pаs sаns prоpоs qu’еn vоus lе сiеl а mis...

Μusе, qui аutrеfоis сhаntаs lа vеrtе Οlivе...

Dignе fils dе Hеnri, nоtrе Hеrсulе gаulоis...

Lа grесquе pоésiе оrguеillеusе sе vаntе...

Dаns l’еnfеr dе sоn соrps mоn еsprit аttасhé...

Νоn pоur се qu’un grаnd rоi аit été vоtrе pèrе...

Εsprit rоуаl, qui prеnds dе lumièrе étеrnеllе...

Si lа vеrtu, qui еst dе nаturе immоrtеllе...

Quаnd d’unе dоuсе аrdеur dоuсеmеnt аgité...

Vоуаnt l’аmbitiоn, l’еnviе еt l’аvаriсе...

Dе quеlquе аutrе suјеt quе ј’éсrivе, Jоdеllе...

Rоnsаrd, ј’аi vu l’оrguеil dеs соlоssеs аntiquеs...

Jе nе suis pаs dе сеuх qui rоbеnt lа lоuаngе...

Μоrеl, quаnd quеlquеfоis је pеrds lе tеmps à lirе...

Сеlui qui dе plus près аttеint lа déité...

Quаnd сеttе bеllе flеur prеmièrеmеnt је vi...

Lа јеunеssе, Du Vаl, јаdis mе fit éсrirе...

Βuсhаnаn, qui d’un vеrs аuх plus viеuх соmpаrаblе...

Ρаsсhаl, је nе vеuх pоint Jupitеr аssоmmеr...

Сеpеndаnt, Ρеllеtiеr, quе dеssus tоn Εuсlidе...

Dеssоus се grаnd Frаnçоis, dоnt lе bеl аstrе luit...

Sirе, сеlui qui еst а fоrmé tоutе еssеnсе...

 

Du Bellay

Les Regrets, 1558


À Monsieur d’Avanson

conseiller du roi en son privé conseil


Si je n’ai plus la faveur de la Muse,
Et si mes vers se trouvent imparfaits,
Le lieu, le temps, l’âge où je les ai faits,
Et mes ennuis leur serviront d’excuse.
 
J’étais à Rome au milieu de la guerre,
Sortant déjà de l’âge plus dispos,
À mes travaux cherchant quelque repos,
Non pour louange ou pour faveur acquerre.
 
Ainsi voit-on celui qui sur la plaine
Pique le bœuf ou travaille au rempart
Se réjouir, et d’un vers fait sans art
S’évertuer au travail de sa peine.
 
Celui aussi, qui dessus la galère
Fait écumer les flots à l’environ,
Ses tristes chants accorde à l’aviron,
Pour éprouver la rame plus légère.
 
On dit qu’Achille, en remâchant son ire,
De tels plaisirs soulait s’entretenir,
Pour adoucir le triste souvenir
De sa maîtresse, aux fredons de sa lyre.
 
Ainsi flattait le regret de la sienne
Perdue, hélas, pour la seconde fois,
Cil qui jadis aux rochers et aux bois
Faisait ouïr sa harpe thracienne.
 
La Muse ainsi me fait sur ce rivage,
Où je languis banni de ma maison,
Passer l’ennui de la triste saison,
Seule compagne à mon si long voyage.
 
La Muse seule au milieu des alarmes
Est assurée et ne pâlit de peur :
La Muse seule au milieu du labeur
Flatte la peine et dessèche les larmes.
 
D’elle je tiens le repos et la vie,
D’elle j’apprends à n’être ambitieux,
D’elle je tiens les saints présents des dieux
Et le mépris de fortune et d’envie.
 
Aussi sait-elle, ayant dès mon enfance
Toujours guidé le cours de mon plaisir,
Que le devoir, non l’avare désir,
Si longuement me tient loin de la France.
 
Je voudrais bien (car pour suivre la Muse
J’ai sur mon dos chargé la pauvreté)
Ne m’être au trac des neuf Sœurs arrêté,
Pour aller voir la source de Méduse.
 
Mais que ferai-je afin d’échapper d’elles ?
Leur chant flatteur a trompé mes esprits,
Et les appas auxquels elles m’ont pris
D’un doux lien ont englué mes ailes.
 
Non autrement que d’une douce force
D’Ulysse étaient les compagnons liés,
Et sans penser aux travaux oubliés
Aimaient le fruit qui leur servait d’amorce.
 
Celui qui a de l’amoureux breuvage
Goûté mal sain le poison doux-amer,
Connaît son mal, et contraint de l’aimer,
Suit le lien qui le tient en servage.
 
Pour ce me plaît la douce poésie
Et le doux trait par qui je fus blessé :
Dès le berceau la Muse m’a laissé
Cet aiguillon dedans la fantaisie.
 
Je suis content qu’on appelle folie
De nos esprits la sainte déité,
Mais ce n’est pas sans quelque utilité
Que telle erreur si doucement nous lie.
 
Elle éblouit les yeux de la pensée
Pour quelquefois ne voir notre malheur,
Et d’un doux charme enchante la douleur
Dont nuit et jour notre âme est offensée.
 
Ainsi encor la vineuse prêtresse,
Qui de ses cris Ide va remplissant,
Ne sent le coup du thyrse la blessant,
Et je ne sens le malheur qui me presse.
 
Quelqu’un dira : De quoi servent ces plaintes ?
Comme de l’arbre on voit naître le fruit,
Ainsi les fruits que la douleur produit
Sont les soupirs et les larmes non feintes.
 
De quelque mal un chacun se lamente,
Mais les moyens de plaindre sont divers :
J’ai, quant à moi, choisi celui des vers
Pour désaigrir l’ennui qui me tourmente.
 
Et c’est pourquoi d’une douce satire
Entremêlant les épines aux fleurs,
Pour ne fâcher le monde de mes pleurs,
J’apprête ici le plus souvent à rire.
 
Or si mes vers méritent qu’on les loue
Ou qu’on les blâme, à vous seul entre tous
Je m’en rapporte ici : car c’est à vous,
À vous, Seigneur, à qui seul je les voue :
 
Comme celui qui avec la sagesse
Avez conjoint le droit et l’équité,
Et qui portez de toute antiquité
Joint à vertu le titre de noblesse :
 
Ne dédaignant, comme était la coutume,
Le long habit, lequel vous honorez,
Comme celui qui sage n’ignorez
De combien sert le conseil et la plume.
 
Ce fut pourquoi ce sage et vaillant prince,
Vous honorant du nom d’ambassadeur,
Sur votre dos déchargea sa grandeur,
Pour la porter en étrange province :
 
Récompensant d’un état honorable
Votre service, et témoignant assez
Par le loyer de vos travaux passés
Combien lui est tel service agréable.
 
Qu’autant vous soit agréable mon livre,
Que de bon cœur je le vous offre ici :
Du médisant j’aurai peu de souci
Et serai sûr à tout jamais de vivre.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μоntrеuil : «J’аi pris vоtrе évеntаil...»

Сrоs : Ιnsоumissiоn

Μussеt : Αprès unе lесturе

Gоmbаud : Démаngеаisоn d’éсrirе

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Éсrit еn 1827

Rоdеnbасh : Rеndеz-vоus tristеs

Βаudеlаirе : Lе Viеuх Sаltimbаnquе

Luсiе Dеlаruе-Μаrdrus

Νоаillеs : «S’il tе plаît dе sаvоir јusqu’оù...»

Сrоs : Сuеillеttе

Βruаnt : À Μоntmеrtе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Flеur dеs fièvrеs (Hаnnоn)

De Сосhоnfuсius sur «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μuséе dе mаrinе (Соppéе)

De piсh24 sur Lе Ρrеmiеr Αmоur (Dеsbоrdеs-Vаlmоrе)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе