Jules Laforgue

(1860-1887)

Le Concile féérique

(1886)

Lе Соnсilе féériquе

 

Jules Laforgue

Le Concile féérique, 1886


Le Concile féérique


 
DRAMATIS PERSONÆ
 
                LE MONSIEUR.
                LA DAME.
                LE CHŒUR.
                UN ÉCHO.
 
                              (Nuit d’étoiles.)
 
 

LA DAME


 
Oh ! quelle nuit d’étoiles ! quelles saturnales !
              Oh ! mais des galas inconnus
                            Dans les annales
                                Sidérales !
 
 

LE CHŒUR.


 
            Bref, un ciel absolument nu.
 
 

LE MONSIEUR


 
            Ô Loi du rythme sans appel,
            Le moindre astre te certifie,
            Par son humble chorégraphie !
            Mais, nul Spectateur éternel.....
            Ah ! la terre humanitaire
            N’en est pas moins terre-à-terre !
                Au contraire.
 
 

LE CHŒUR


 
                La terre, elle est ronde
                Comme un pot-au-feu ;
                C’est un bien pauv’ monde
                Dans l’infini bleu.
 
 

LE MONSIEUR


 
Cinq sens seulement, cinq ressorts pour nos essors,
                            Ah ! ce n’est pas un sort !
Quand donc nos cœurs s’en iront-ils en huit-ressorts ?
                          Oh, le jour ! quelle turne...
                          J’en suis tout taciturne.
 
 

LA DAME


 
                          Oh ! ces nuits sur les toits !
            Je finirai bien par y prendre froid....
 
 

LE MONSIEUR


 
                    Tiens, la Terre,
                    Va te faire
                    Très lanlaire.
 
 

LE CHŒUR


 
                                        Hé ! pas choisi
                                        D’y naître, et hommes ;
                                        Mais nous y sommes,
                                        Tenons-nous-y !
Écoutez mes enfants ! — « Ah ! mourir ! mais me tordre,
« Dans l’orbe d’un exécutant de premier ordre ! »
Rêve la Terre, sous la vessie de saindoux
De la lune laissant fuir un air par trop doux
Vers les zéniths de brasiers de la voie lactée
(Autrement beaux, ce soir, que des lois constatées !)
Juillet a dégainé ! Touristes des beaux yeux,
Quels jubés de bonheur échafaudent ces cieux,
Semis de pollens d’étoiles, manne divine,
Qu’éparpille le Bon Pasteur à ses gallines...
 
 

LE MONSIEUR


 
Et puis le vent s’est tant surmené l’autre nuit...
 
 

LA DAME


 
Et demain est si loin.....
 
 

LE MONSIEUR


 
                                              Et ça souffre aujourd’hui.
Ah ! pourrir !
 
 

LE CHŒUR


 
                            Et la lune même (cette amie)
Salive et larmoie en purulente ophtalmie.
Et voici que des bleus sous-bois ont miaulé
Les mille nymphes ; et (qu’est-ce que vous voulez)
Aussitôt mille touristes des yeux las rôdent,
Tremblants mais le cœur harnaché d’âpres méthodes !
Et l’on va. Et les uns connaissent des sentiers,
Qu’embaument de trois mois des fleurs d’abricotiers ;
Et les autres, des parcs où la petite flûte
De l’oiseau bleu promet de si frêles rechutes ;
 
 

L’ÉCHO


 
Oh ! ces lunaires oiseaux bleus dont la chanson
Lunaire saura bien vous donner le frisson....
 
 

LE CHŒUR


 
Et d’autres, les terrasses pâles où le triste
Cor des paons réveillés fait que plus rien n’existe !
Et d’autres, les joncs des mares où le sanglot
Des rainettes vous tire maint sens mal éclos ;
Et d’autres, les prés brûlés où l’on rampe ; et d’autres
La Boue ! où, semble-t-il, tout, avec nous se vautre !
Les capitales échauffantes, même au frais
Des grands hôtels tendus de pâles cuirs gaufrés,
Faussent ; ah ! mais ailleurs, aux grandes routes,
Au coin d’un bois mal famé,
 
 

L’ÉCHO


 
                                                          Rien n’est aux écoutes...
 
 

LE CHŒUR


 
Et celles dont le cœur gante six et demi,
 
 

L’ÉCHO


 
Et celles dont l’âme est gris perle,
 
 

LE CHŒUR


 
                                                            En bons amis,
Et d’un port panaché d’édénique opulence,
Vous brûlent leurs vaisseaux mondains vers des Enfances !...
 
 

LE MONSIEUR


 
Oh ! t’enchanter un peu la muqueuse du cœur !
 
 

LA DAME


 
Ah ! vas-y ; je n’ai plus rien à perdre à cet’ heur’ ;
La Terre est en plein air, et ma vie est gâchée ;
Ne songe qu’à la Nuit, je ne suis point fâchée.
 
 

L’ÉCHO


 
Et la Vie et la Nuit font patte de velours.
 
 

LE CHŒUR


 
Se dépècent d’abord de grands quartiers d’amour ;
Et lors, les chars de foin plein de bluets dévalent
Par les vallons des moissons équinoxiales...
Ô lointains balafrés de bleuâtres éclairs
De chaleur ! puis ils regrimperont, tous leurs nerfs
Tressés, vers l’hostie de la lune syrupeuse...
 
 

L’ÉCHO


 
Hélas ! tout ça, c’est des histoires de muqueuses.
 
 

LE CHŒUR


 
Détraqué, dites-vous ? Ah ! par rapport à quoi ?
 
 

L’ÉCHO


 
D’accord ; mais le spleen vient, qui dit que l’on déchoit
Hors des fidélités noblement circonscrites.
 
 

LE CHŒUR


 
Mais le divin, chez nous, confond si bien les rites !
 
 

L’ÉCHO


 
Soit, mais mon spleen dit vrai. Ô langes des pudeurs
C’est bien dans vos blancs plis tels quels qu’est le bonheur !
 
 

LE CHŒUR


 
Mais, au nom de Tout ! on ne peut pas ! la Nature
Nous rue à dénouer, dès janvier, leurs ceintures !
 
 

L’ÉCHO


 
Bon ; si le spleen t’en dit, saccage universel !
 
 

LE CHŒUR


 
Vos êtres ont un sexe, et sont trop usuels,
Saccagez !
 
 

L’ÉCHO


 
                  Ah ! saignons, tandis qu’elles déballent
Leurs serres de beauté, pétale par pétale !...
 
 

LE CHŒUR


 
Les vignes de vos nerfs bourdonnent d’alcools noirs,
Enfants ! ensanglantez la terre, ce pressoir
Sans planteur de justice !
 
 

LE MONSIEUR ET LA DAME


 
                                            Ah ! tu m’aimes, je t’aime !
Que la mort ne nous ait qu’ivres-morts de nous-mêmes
 
                              Silence ; nuit d’étoiles. — L’aube.
 
 

LE MONSIEUR, déclamant


 
            La femme, mûre ou jeune fille,
            J’en ai frôlé toutes les sortes,
            Des faciles, des difficiles,
            C’est leur mot d’ordre que j’apporte !
            Des fleurs de chair, bien ou mal mises,
            Des airs fiers ou seuls, selon l’heure ;
            Nul cri sur elles n’a de prise ;
            Nous les aimons, Elle demeure.
            Rien ne les tient, rien ne les fâche ;
            Elles veulent qu’on les trouve belles,
            Qu’on le leur râle et leur rabâche,
            Et qu’on les use comme telles.
            Sans souci de serments, de bagues,
            Suçons le peu qu’elles nous donnent ;
            Notre respect peut être vague ;
            Les yeux sont hauts et monotones.
            Cueillons sans espoirs et sans drames ;
            La chair vieillit après les roses ;
            Ah ! parcourons le plus de gammes !
            Vrai, il n’y a pas autre chose.
 
 

LA DAME, déclamant à son tour


 
            Si mon air vous dit quelque chose,
            Vous auriez tort de vous gêner ;
            Je ne la fais pas à la pose,
            Je suis la Femme, on me connaît.
            Bandeaux plats ou crinière folle ?
            Dites ? quel front vous rendrait fous ?
            J’ai l’art de toutes les écoles,
            J’ai des âmes pour tous les goûts.
            Cueillez la fleur de mes visages,
            Sucez ma bouche et non ma voix,
            Et n’en cherchez pas davantage,
            Nul n’y vit clair, pas même moi.
            Nos armes ne sont pas égales,
            Pour que je vous tende la main :
            Vous n’êtes que de braves mâles,
            Je suis l’Éternel Féminin !...
            Mon but se perd dans les étoiles !....
            C’est moi qui suis la grande Isis !....
            Nul ne m’a retroussé mon voile !....
            Ne songez qu’à mes oasis.
            Si mon air vous dit quelque chose,
            Vous auriez tort de vous gêner ;
            Je ne la fais pas à la pose ;
            Je suis la Femme ! on me connaît.
 
 

LE CHŒUR


 
                                Touchant accord !
                                Joli motif
                                Décoratif,
                                Avant la mort !
                                Lui, nerveux,
                                Qui se penche
            Vers sa compagne aux larges hanches,
            Aux longs caressables cheveux.
Car, l’on a beau baver les plus fières salives,
Leurs yeux sont tout ! Ils rêvent d’aumônes furtives !
Ô chairs d’humains, ciboire de bonheur ! on peut
Blaguer, la paire est là, comme un et un font deux.
— Mais, ces yeux, plus on va, se fardent de mystère !
— Eh bien, travaillez à les ramener sur terre !
— Ah ! la chasteté n’est en fleur qu’en souvenir !
— Mais ceux qui l’on cueillie en renaissent martyrs !
Martyres mutuels ! de frère à sœur sans père !
Comment ne voit-on pas que c’est là notre Terre ?
Et qu’il n’y a que çà ! que le reste est impôts
Dont vous n’avez pas même à chercher l’à-propos !
Il faut répéter ces choses ! Il faut qu’on tette
Ces choses ! Jusqu’à ce que la Terre se mette,
Voyant enfin que tout vivote sans témoin,
À vivre aussi pour elle, et dans son petit coin !
 
 

LA DAME



            La pauvre Terre elle est si bonne !...

 

LE MONSIEUR



            Oh ! désormais, je m’y cramponne.

 

LA DAME



            De tous nos bonheurs d’autochtones !

 

LE MONSIEUR



            Tu te pâmes, moi je m’y vautre !

 

LE CHŒUR



            Consolez-vous les uns les autres.
 

Commentaire(s)
Déposé par Alfredo Rodríguez le 5 décembre 2012 à 10h40

C’est parfait. La première du théâtre d’avantgarde, avant Jarry.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Frаnсis Jаmmеs

Τоulеt : «Dеssоus lа соurtinе mоuilléе...»

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Μussеt : Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Rоllinаt : Βаllаdе du саdаvrе

Βеllеаu : Dеsсriptiоn dеs vеndаngеs

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Βruаnt : À lа Βаstillе

Lаfоrguе : Αvеrtissеmеnt

Fоurеst : Lа Νégrеssе Βlоndе

☆ ☆ ☆ ☆

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Βаudеlаirе : À unе Ρаssаntе

Βаtаillе : Lе Μоis mоuillé

Βаïf : «Si се n’еst pаs аmоur, quе sеnt dоnquеs mоn сœur ?...»

Βruаnt : Ρhilоsоphе

Siеfеrt : Ρеtit еnfаnt

Οsmоnt : Sоirs d’ехil

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Éblоuissеmеnt

*** : Τаisеz-vоus

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеllе Νоémiе, аpprосhе, еmbrаssе-mоi...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Сосhоnfuсius sur «Μаdаmе sе lеvаit un bеаu mаtin d’Été...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Un Fаntômе (Βаudеlаirе)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De piсh24 sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе