Alfred Garneau


Poète fol


 
C’est, par les airs, un entassement sombre
    De nuages. Horrible mont !
L’étang joncheux, miroir d’un val profond,
    S’est éteint dans un reflet d’ombre.
 
    Comme vite au jour pâle vont,
Là-haut, ces vols d’ailes noires sans nombre !
Un éclair heurte une nuée, et sombre !
    Et tout le ciel en eau se fond...
 
Mais le poète a doux martel en tête.
Ses yeux rêveurs ne voient pas la tempête
    Ruisseler aux sentiers couverts,
 
Ni les vents tordre en un chaos les branches.
Enveloppé de foudre aux flammes blanches,
    Il cisèle, impassible, un vers.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 2 mars 2014 à 11h12

Barde chimérique
_______________

Barde écrivant dans un coin sombre ;
Tant de lectures en amont !
Tant d’écrits de penseurs profonds,
Tant d’amours que dévore l’ombre.

Son crâne où des images vont
De-çà, de-là, formes sans nombre,
Vrais monstres au coeur des décombres,
Poissons des abysses sans fond !

Soudain, dans cette folle tête,
Prend fin la terrible tempête
Qui désolait cet univers ;

Ainsi qu’après une avalanche
Se montre en paix la neige blanche,
Ainsi se montre un joli vers.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par pich24 le 13 juin 2017 à 13h39

Poète, vole

Quand l’horizon est noir et que l’avenir s’ombre
De nuages épais qui couronnent le mont
Dit Parnasse, Apollon d’un air grave et profond
Se lève fièrement sur les fadeurs de l’ombre.

Il souffle sur la nue et les neuf Muses vont,
De par leur qualité, mais aussi par leur nombre,
Inspirer le poète atteint de coupe sombre
Dans son âme et ses mots d’homme touchant le fond.

Et l’inspiration qui s’ouvre dans sa tête
Se charge des embruns que lève la tempête,
Puis l’écrit, suspendu, repart à mots couverts.

Sur l’arbre du poème apparaissent des branches
Dont les feuilles alors couvrent les feuilles blanches
De l’aède surpris dans sa panne de vers.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

Τоulеt : «Сеt huissiеr, qui јеtаit, l’été...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Соurеur (Hеrеdiа)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Jаdis sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Ρаris vаissеаu dе сhаrgе (Ρéguу)

De Jаdis sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Сосhоnfuсius sur «Lа viе humblе аuх trаvаuх еnnuуеuх еt fасilеs...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αuх mоrts (Lесоntе dе Lislе)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе