Thibaut d’Amiens



 
J’ai un cœur trop laid
Qui souvent méfait
Et peu s’en émaie ;
Et le temps s’en va,
Et je n’ai rien fait
Où grand fiance aie.
Assez ai musé
Et mon temps usé,
Dont j’attends grief paie,
Si par sa bonté
La fleur de pur’té
Son fils ne m’apaie.
 
Mon cœur est trop vain
Et vil et vilain
Et gai et volage.
Il n’est mie sain
Ains est faux et feint
Plein de grands outrages.
Il est hors de sens,
De pauvre pourpens,
De mauvais usages.
Un chétif dolent,
Paresseux et lent
Obscur et ombrage.
 
Il est fol à droit
Qui assez accroît
Et rien ne veut rendre ;
Souvent me déçoit,
Tels présents reçoit
Qui le fait méprendre.
Bien sait en muser,
En rire, en jouer,
Sa cure dépendre,
Mais en bien pleurer
Ni en bien orer
Ne sait-il entendre.
 
Il veut peu veiller
Et peu travailler
Et doute poverte.
Il veut peu prier
Et veut grand loyer
Avoir sans desserte.
Il veut sans semer
Assez moissonner,
C’est folie aperte.
Nul ne peut trouver
Grand fruit sans œuvrer
En terre déserte.
 
Hé, Dieu, que ferai !
Comment finirai
Au jour de juïse ?
Comment conterai
Au juge verai
Au roi de justice ?
Nul conseil n’y vois
Si ne m’en pourvois
Devant celle assise :
Qu’adonc pri’ pour moi
La mère le roi
Par sa grand franchise.
 
Hélas, je comment
Par lequel hardement
Requerrai s’aïe,
Quant à escient
Et mauvaisement
L’ai tant mésservie ?
Je m’enhardirai
Et si lui dirai :
« Très douce Marie,
Je m’amenderai
Et vous servirai
Trèstoute ma vie. »
 
Ma vie, m’amour,
Ma joie, m’honneur,
Ma paix, ma lumière,
Qui de vrai secours
Faire aux pécheürs
Êtes coutumière,
Mon cœur mehaigné
Mets à votre pied,
Noble trésorière,
Faites le haitié,
Vous qui de pitié
Êtes bouteillère.
 
Pucelle royaux,
Reïne loyaux,
Mère débonnaire,
Précieux vaisseaux,
Esmerés cristaux
Pleins de saintuaire,
Temples aornés,
Très enluminés
De grand luminaire,
M’âme confortez,
Douce qui portez
Le doux laituaire.
 
Celle de pigment
Que fait doucement
Le cœur sobre vivre,
Clef de l’oignement
Qui la morte gent
Peut faire revivre,
Grande est votre odeur
Et votre douceur ;
Nul ne peut décrire
Comm’ la votre amour
Humble pécheür
Volontiers délivre.
 
Très nobles palmiers,
Très doux oliviers
Pleins de médecine,
Très gentils rosiers,
Et souefs églantiers
Qui n’a nulle épine.
Délicieux cyprès,
Que loin jette et près
Odeur si très fine,
Purgez m’âme adès
Et la tenez près
De votre doctrine.
 
Arbre de haut fruit
Qui à notre nuit
Apportâtes joie
Moult a cil déduit
Et seür conduit
Qui à vous s’apoie.
Très sainte clarté
Qui les égarés
Ramenez en voie
Ne me trépassez,
Voir’, j’aurais assez
Si je vous avais.
 
Étoile de mer,
À mon cœur amer
Ne soyez amère.
Seigneur l’entamer
À vous bien aimer
Belle douce mère.
Par Dieu car m’oyez
Et si ne soyez
Vers moi si amère :
Clarté m’envoyez
Et me ravïez
Très sage et très chère.
 


Commentaire (s)
Déposé par lolita2309 le 5 décembre 2012 à 18h55

magnifique poème dur à apprendre

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : Rоsсаnvеl

Lа Μоnnоуе : Lе Βоn Μénаgеr

Sаmаin : Lа Vасhе

Βruаnt : Lеs Lоupiоts

Соrbièrе : Çа ?

Rоllinаt : L’Ιdiоt

Rоllinаt : Lа Βаignеusе : «Αu fоnd d’unе bаignоirе еllе аdmirе sеs hаnсhеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Fréminе : «Νоus buviоns du Sаutеrnе еt nоus mаngiоns dеs huîtrеs...»

Τоulеt : «Ρuisquе tеs јоurs nе t’оnt lаissé...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hоudаr dе Lа Μоttе : Lеs Αmis trоp d’ассоrd

Gаlоу : Lа Sоurсе

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Vеrlаinе : «Lа “grаndе villе”. Un tаs сriаrd dе piеrrеs blаnсhеs...»

Vоltаirе : Lе Μоndаin

Jаmmеs : Τu sеrаis nuе sur lа bruуèrе

Rоllinаt : Lе Dоutе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сhеf, éсоlе dеs аrts, lе séјоur dе sсiеnсе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur Dоuсеur du sоuvеnir (Rоdеnbасh)

De Сосhоnfuсius sur «L’hоmmе qui gît еn се liеu...» (Μауnаrd)

De Jаdis sur «Αu Τеmplе quе bâtit lе Rоi pаisiblе еt sаgе...» (Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе)

De Сосhоnfuсius sur Εllе соupе lа têtе à Hоlоphеrnе (Lе Μоinе)

De Jаdis sur «Αуаnt lе dоs аu fеu...» (Lе Hоuх)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Τhundеrbird sur Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin (Fоrt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

De Ρéguуfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz