Apollinaire

Alcools, 1913


À la Santé


 
 
 

I


 
          Avant d’entrer dans ma cellule
          Il a fallu me mettre nu
          Et quelle voix sinistre ulule
          Guillaume qu’es-tu devenu

          Le Lazare entrant dans la tombe
          Au lieu d’en sortir comme il fit
          Adieu adieu chantante ronde
          Ô mes années ô jeunes filles
 
 
 

II


 
            Non je ne me sens plus là
                      Moi-même
            Je suis le quinze de la
                      Onzième
 
            Le soleil filtre à travers
                      Les vitres
            Ses rayons font sur mes vers
                      Les pitres
 
            Et dansent sur le papier
                      J’écoute
            Quelqu’un qui frappe du pied
                      La voûte
 
 
 

III


 
          Dans une fosse comme un ours
          Chaque matin je me promène
          Tournons tournons tournons toujours
          Le ciel est bleu comme une chaîne
          Dans une fosse comme un ours
          Chaque matin je me promène

          Dans la cellule d’à côté
          On y fait couler la fontaine
          Avec les clefs qu’il fait tinter
          Que le geôlier aille et revienne
          Dans la cellule d’à côté
          On y fait couler la fontaine
 
 
 

IV


 
Que je m’ennuie entre ces murs tout nus
              Et peints de couleurs pâles
Une mouche sur le papier à pas menus
              Parcourt mes lignes inégales
 
Que deviendrai-je ô Dieu qui connais ma douleur
              Toi qui me l’as donnée
Prends en pitié mes yeux sans larmes ma pâleur
              Le bruit de ma chaise enchaînée
 
Et tous ces pauvres cœurs battant dans la prison
              L’Amour qui m’accompagne
Prends en pitié surtout ma débile raison
              Et ce désespoir qui la gagne
 
 
 

V


 
          Que lentement passent les heures
          Comme passe un enterrement

          Tu pleureras l’heure où tu pleures
          Qui passera trop vitement
          Comme passent toutes les heures
 
 
 

VI


 
          J’écoute les bruits de la ville
          Et prisonnier sans horizon
          Je ne vois rien qu’un ciel hostile
          Et les murs nus de ma prison
 
          Le jour s’en va voici que brûle
          Une lampe dans la prison
          Nous sommes seuls dans ma cellule
          Belle clarté Chère raison
 

Septembre 1911.

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 8 juin 2013 à 10h15

Libellule et forficule
Ont été mis en cellule.

Ils ont dit: "Quoi, ces crapules
Ne voudraient pas qu’on circule?

Nous, on sort par la serrure".

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 8 juin 2013 à 11h02

Ici dans la prison
Le bourreau est très tendre
Il chante en se rasant
On est charmé de l’entendre

               Mais là-bas dans la vie
               Qu’y pouvais-je bien faire
               Je n’avais pas d’amie
               Je n’avais pas non plus de mère

Dans la prison ici
La vie n’est pas très dure
La buvette est ouvrie  
Jusqu’à la fermeture

               Mais dans la vie là-bas
               Qu’y buvais-je d’amer
               Des citrops d’agricot
               Les thés gris du Kummer

       Merci merci merci

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 16 juillet 2014 à 13h10

incontemplant malcontent l’anhorizon
le pauvre prisonnier de sa contemporie
gorille encastré dans une cage à canaris
ne voit rien que les murs nus de sa prison

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Lеs Μаlсhаnсеuх

Νоuvеаu : Humilité

Τаvаn : Lаssitudе

Τаvаn : Sоir d’été

Lа Villе dе Μirmоnt : Ρrоmеnаdе

Βruаnt : Lézаrd

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Hugо : Εt nох fасtа еst

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Lаfоrguе : Ρiеrrоts : «Εllе disаit...»

Βаudеlаirе : Déјà !

Νоuvеаu : Lа Ρоudrе

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Dеrèmе : «Νоus nоus tаisоns. Lе vеnt bаlаnсе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Vinсеnt sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur «Lа сrаintе dе lа mоrt inсеssаmmеnt mе trоublе...» (Соignаrd)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Sеinе еt à sеs rivаgеs (Vеrmеil)

De Сосhоnfuсius sur «Ô misérаblе viе ! iсi-bаs аgitéе...» (Lа Rоquе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

De Ρiеrrоt sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Βеnеdеtti еt Sаundеr sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

De Gаrсе’sоnnе sur «Νаturе еst аuх bâtаrds vоlоntiеrs fаvоrаblе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе