Apollinaire


À la Santé


 
 
 

I


 
          Avant d’entrer dans ma cellule
          Il a fallu me mettre nu
          Et quelle voix sinistre ulule
          Guillaume qu’es-tu devenu

          Le Lazare entrant dans la tombe
          Au lieu d’en sortir comme il fit
          Adieu adieu chantante ronde
          Ô mes années ô jeunes filles
 
 
 

II


 
            Non je ne me sens plus là
                      Moi-même
            Je suis le quinze de la
                      Onzième
 
            Le soleil filtre à travers
                      Les vitres
            Ses rayons font sur mes vers
                      Les pitres
 
            Et dansent sur le papier
                      J’écoute
            Quelqu’un qui frappe du pied
                      La voûte
 
 
 

III


 
          Dans une fosse comme un ours
          Chaque matin je me promène
          Tournons tournons tournons toujours
          Le ciel est bleu comme une chaîne
          Dans une fosse comme un ours
          Chaque matin je me promène

          Dans la cellule d’à côté
          On y fait couler la fontaine
          Avec les clefs qu’il fait tinter
          Que le geôlier aille et revienne
          Dans la cellule d’à côté
          On y fait couler la fontaine
 
 
 

IV


 
Que je m’ennuie entre ces murs tout nus
              Et peints de couleurs pâles
Une mouche sur le papier à pas menus
              Parcourt mes lignes inégales
 
Que deviendrai-je ô Dieu qui connais ma douleur
              Toi qui me l’as donnée
Prends en pitié mes yeux sans larmes ma pâleur
              Le bruit de ma chaise enchaînée
 
Et tous ces pauvres cœurs battant dans la prison
              L’Amour qui m’accompagne
Prends en pitié surtout ma débile raison
              Et ce désespoir qui la gagne
 
 
 

V


 
          Que lentement passent les heures
          Comme passe un enterrement

          Tu pleureras l’heure où tu pleures
          Qui passera trop vitement
          Comme passent toutes les heures
 
 
 

VI


 
          J’écoute les bruits de la ville
          Et prisonnier sans horizon
          Je ne vois rien qu’un ciel hostile
          Et les murs nus de ma prison
 
          Le jour s’en va voici que brûle
          Une lampe dans la prison
          Nous sommes seuls dans ma cellule
          Belle clarté Chère raison
 

Septembre 1911.

Alcools, 1913

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 8 juin 2013 à 10h15

Libellule et forficule
Ont été mis en cellule.

Ils ont dit: "Quoi, ces crapules
Ne voudraient pas qu’on circule?

Nous, on sort par la serrure".

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 8 juin 2013 à 11h02

Ici dans la prison
Le bourreau est très tendre
Il chante en se rasant
On est charmé de l’entendre

               Mais là-bas dans la vie
               Qu’y pouvais-je bien faire
               Je n’avais pas d’amie
               Je n’avais pas non plus de mère

Dans la prison ici
La vie n’est pas très dure
La buvette est ouvrie  
Jusqu’à la fermeture

               Mais dans la vie là-bas
               Qu’y buvais-je d’amer
               Des citrops d’agricot
               Les thés gris du Kummer

       Merci merci merci

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 16 juillet 2014 à 13h10

incontemplant malcontent l’anhorizon
le pauvre prisonnier de sa contemporie
gorille encastré dans une cage à canaris
ne voit rien que les murs nus de sa prison

[Lien vers ce commentaire]


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе