Apollinaire

Calligrammes, 1918


Du coton dans les oreilles


 
Tant d’explosifs sur le point VIF !...
 
              Ceux qui revenaient de la mort
              En attendaient une pareille
              Et tout ce qui venait du nord
              Allait obscurcir le soleil
 
                              Mais que voulez-vous
                                                            c’est son sort
                                            Allô la truie
 
              C’est quand sonnera le réveil
              ALLÔ LA TRUIE
              La sentinelle au long regard
              La sentinelle au long regard
              Et la cagnat s’appelait
 
LES CÉNOBITES / TRANQUILLES
 
La sentinelle au long regard la sentinelle au long regard
                                            Allô la truie
 
              Tant et tant de coquelicots
              D’où tant de sang a-t-il coulé
              Qu’est-ce qu’il se met dans le coco
              Bon sang de bois il s’est saoulé
 
              Et sans pinard et sans tacot
                                            Avec de l’eau
                                            Allô la truie
 
              Le silence des phonographes
              Mitrailleuses des cinémas
              Tout l’échelon là-bas piaffe
 
              Fleurs de feu des lueurs-frimas
              Puisque le canon avait soif
                                            Allô la truie
              Et les trajectoires cabrées
              Trébuchements des soleils-nains
              Sur tant de chansons déchirées
 
              Il a l’Étoile du Benin
              Mais du singe en boîte carrées
              Crois-tu qu’il y aura la guerre
                                            Allô la truie
                              Ah ! s’il vous plaît
                              Ami l’Anglais
                              Ah ! qu’il est laid
              Ton frère ton frère ton frère de lait
 
                              Et je mangeais du pain de Gêne
              En respirant leurs gaz lacrymogènes
                              Mets du coton dans tes oreilles
                                            D’siré
 
              Puis ce fut cette fleur sans nom
              À peine un souffle un souvenir
              Quand s’en allèrent les canons
              Au tour des roues heure à courir
              La baleine a d’autres fanons
              Éclatement qui nous fanons
 
              Mais mets du coton dans tes oreilles
              Évidemment les fanions
                              Des signaleurs
                                            Allô la truie
 
              Ici la musique militaire joue
                              Quelque chose
              Et chacun se souvient d’une joue
                              Rose
              Parce que même les airs entraînants
Ont quelque chose de déchirant quand on les entend à la guerre
 
 
Écoute s’il pleut écoute s’il pleut
 
puis écoutez tomber la pluie si tendre et si douce / ...
 
                  Les longs boyaux où tu chemines
                        Adieu les cagnats d’artilleurs
              Tu retrouveras
              La tranchée en première ligne
              Les éléphants des pare-éclats
              Une girouette maligne
              Et les regards des guetteurs las
              Qui veillent le silence insigne
                    Ne vois-tu rien venir
 
                              au
                              Pé
                              ris
                              co
                              pe
 
              La balle qui froisse le silence
              Les projectiles d’artillerie qui glissent
                      Comme un fleuve aérien
              Ne mettez plus de coton dans les oreilles
                      Ça n’en vaut plus la peine
              Mais appelez donc Napoléon sur la tour
                              Allô
 
              Le petit geste du fantassin qui se gratte au cou
                              où les totos le démangent
              La vague
                              Dans les caves
                        Dans les caves
 



Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...»

Dеrèmе : «Μоn Diеu, mаdаmе, il fаut nоus соnsоlеr...»

Fаbié : Sаvоir viеillir

Sоulаrу : L’Αnсоliе

Sаmаin : Sоir : «С’еst un sоir tеndrе соmmе un visаgе dе fеmmе...»

Rоdеnbасh : Sеs уеuх

Βаudеlаirе : Βrumеs еt Ρluiеs

Vаn Lеrbеrghе : «С’еst lе prеmiеr mаtin du mоndе...»

Сhаrlеs Vаn Lеrbеrghе

☆ ☆ ☆ ☆

Αubigné : Ρrièrе du sоir

Μоréаs : «Été, tоus lеs plаisirs...»

Viviеn : Lа Ρlеurеusе

Sоulаrу : Sоnnеt dе Déсеmbrе

Sсudérу : L’Hivеr

Dеrèmе : «J’аvаis tоuјоurs rêvé d’étеrnеllеs аmоurs...»

Rоdеnbасh : Lе Sоir dаns lеs vitrеs

Rоdеnbасh : «Lа lunе dаns lе сiеl nосturnе s’étаlаit...»

Fоurеst : Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit

Lаbé : «Ρоur lе rеtоur du Sоlеil hоnоrеr...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Vеrs dоrés (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Hаrdi, ј’еntrеprеndrаi dе tе rеndrе étеrnеllе...» (Αubigné)

De Lа fоuinе sur «J’аimе lа sоlitudе еt mе rеnds sоlitаirе...» (Νеrvèzе)

De ΙsisΜusе sur Соuplеs prédеstinés (Νоuvеаu)

De Lа fоuinе sur Ρâlе sоlеil d’hivеr (Lаfоrguе)

De piсh24 sur Μуrthо (Νеrvаl)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Unе flеur pаssаgèrе, unе vаinе pеinturе...» (Gоmbаud)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Sеnsаtiоn (Rimbаud)

De piсh24 sur Lе Gоût dеs lаrmеs (Rоllinаt)

De Gоrdеаuх sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Сhristiаn sur «Quiсоnquе, mоn Βаillеul, fаit lоnguеmеnt séјоur...» (Du Βеllау)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе