Apollinaire

Calligrammes, 1918


Du coton dans les oreilles


 
Tant d’explosifs sur le point VIF !...
 
              Ceux qui revenaient de la mort
              En attendaient une pareille
              Et tout ce qui venait du nord
              Allait obscurcir le soleil
 
                              Mais que voulez-vous
                                                            c’est son sort
                                            Allô la truie
 
              C’est quand sonnera le réveil
              ALLÔ LA TRUIE
              La sentinelle au long regard
              La sentinelle au long regard
              Et la cagnat s’appelait
 
LES CÉNOBITES / TRANQUILLES
 
La sentinelle au long regard la sentinelle au long regard
                                            Allô la truie
 
              Tant et tant de coquelicots
              D’où tant de sang a-t-il coulé
              Qu’est-ce qu’il se met dans le coco
              Bon sang de bois il s’est saoulé
 
              Et sans pinard et sans tacot
                                            Avec de l’eau
                                            Allô la truie
 
              Le silence des phonographes
              Mitrailleuses des cinémas
              Tout l’échelon là-bas piaffe
 
              Fleurs de feu des lueurs-frimas
              Puisque le canon avait soif
                                            Allô la truie
              Et les trajectoires cabrées
              Trébuchements des soleils-nains
              Sur tant de chansons déchirées
 
              Il a l’Étoile du Benin
              Mais du singe en boîte carrées
              Crois-tu qu’il y aura la guerre
                                            Allô la truie
                              Ah ! s’il vous plaît
                              Ami l’Anglais
                              Ah ! qu’il est laid
              Ton frère ton frère ton frère de lait
 
                              Et je mangeais du pain de Gêne
              En respirant leurs gaz lacrymogènes
                              Mets du coton dans tes oreilles
                                            D’siré
 
              Puis ce fut cette fleur sans nom
              À peine un souffle un souvenir
              Quand s’en allèrent les canons
              Au tour des roues heure à courir
              La baleine a d’autres fanons
              Éclatement qui nous fanons
 
              Mais mets du coton dans tes oreilles
              Évidemment les fanions
                              Des signaleurs
                                            Allô la truie
 
              Ici la musique militaire joue
                              Quelque chose
              Et chacun se souvient d’une joue
                              Rose
              Parce que même les airs entraînants
Ont quelque chose de déchirant quand on les entend à la guerre
 
 
Écoute s’il pleut écoute s’il pleut
 
puis écoutez tomber la pluie si tendre et si douce / ...
 
                  Les longs boyaux où tu chemines
                        Adieu les cagnats d’artilleurs
              Tu retrouveras
              La tranchée en première ligne
              Les éléphants des pare-éclats
              Une girouette maligne
              Et les regards des guetteurs las
              Qui veillent le silence insigne
                    Ne vois-tu rien venir
 
                              au
                              Pé
                              ris
                              co
                              pe
 
              La balle qui froisse le silence
              Les projectiles d’artillerie qui glissent
                      Comme un fleuve aérien
              Ne mettez plus de coton dans les oreilles
                      Ça n’en vaut plus la peine
              Mais appelez donc Napoléon sur la tour
                              Allô
 
              Le petit geste du fantassin qui se gratte au cou
                              où les totos le démangent
              La vague
                              Dans les caves
                        Dans les caves
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Klingsоr : Lе Νаin

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Jаdis sur Vœu (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе