Apollinaire


Les Doukhobors


 
Les Doukhobors, ô frères, mes frères lointains
Et la Mort qui n’existe pas est venue leur dire :
« Venez ! vous serez armés de sabres, de lances, de fusils,
Vous porterez des étendards, vous serez vêtus d’uniformes
                Et vous tuerez des hommes
                Si je vous le dis,
Car l’Empereur ne veut pas tuer d’hommes,
                Lui ! »
 
Les Doukhobors, ô frères, mes frères lointains.
Ayant de tuer la volonté précise et touchante, innocente,
La volonté plus forte encor de résister
Pâles géants, Noëls altruistes et impies
Partirent et puis un jour voyant près d’eux
Héroïque et inerte Matvei Lebédeff
Les chevaux sauvages hennissent dans les steppes
On crie au loin, du milieu des steppes où l’on est libre.
                Les Doukhobors
Aiguisèrent leurs épées claires
Faites pour fendre les chairs
                Et se teinter de sang
 
Ils ont creusé le sol
Et le pétrole a jailli
Sur le jet de la source bleuâtre
Source d’enfer empuantie,
Ils ont jeté les fusils, les épées, les lances
Les idoles étendards que l’on a peur de perdre et qui flambent très bien,
Les Doukhobors las des patries
On fait flamber les étendards.
La Mort qui n’existe pas sonna la charge
                Les cosaques chargèrent
Mais ils eurent peur d’en trop tuer
Et ce n’était pas fraternité
 
Les Doukhobors ô frères, mes frères lointains,
Menaçante la Mort qui n’existe pas leur dit :
                « Vous me niez !
Tout meurt et tout est malade autour de moi
                Vous me niez !
Je mourrai, (quand on meurt, je meurs)
                Sur votre liberté
Et sur votre mensonge car je suis éternelle
Et vous n’aurez jamais la liberté réale
(Entre temps vous serez mes égaux et libres rien qu’en moi)
                Que vous voulez mondiale. »
 
Les Doukhobors ; le soleil qui radiait
Dut paraître à leurs yeux extasiés
                Espérant des remous
                        Océaniques
Des nations, là-bas, du côté d’Occident ou d’Amérique
Le cou tranché d’une tête immense, intelligente
Dont le bourreau n’osait montrer
La face et les yeux larges pétrifiés
                À la foule ivre
Et quel sang, et quel sang t’éclabousse, ô monde
                Sous ce cou tranché !
 

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Ultimа vеrbа

Hоuvillе : Lа Sоlitudе dеs fеmmеs

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Βruаnt : À Grеnеllе

Du Βеllау : «Τеls quе l’оn vit јаdis lеs еnfаnts dе lа Τеrrе...»

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Соppéе : «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...»

Rоllinаt : Lа Ρrièrе du silеnсе

Ρеllеrin : L’Αutоbus ivrе

Vignу : Élоа, оu Lа Sœur dеs Αngеs

☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...»

Du Βеllау : «Τеls quе l’оn vit јаdis lеs еnfаnts dе lа Τеrrе...»

Саrсо : Lаissеz-mоi

Νоuvеаu : Сru

Τоulеt : «Lе sаblе оù nоs pаs оnt сrié...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Εrrеmеnts

Frаnс-Νоhаin : Αllеgrо dеs Соаltаrs

Hеrеdiа : L’Épéе

Vеrlаinе : Dédiсасе

Сhаtеаubriаnd : Lе Μоntаgnаrd ехilé

Cоmmеntaires récеnts

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Dе vоs уеuх tоut divins, dоnt un Diеu sе pаîtrаit...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Ρоur lе rеtоur du Sоlеil hоnоrеr...» (Lаbé)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Ρеr tе prаеsеntit аruspех (Αpоllinаirе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Сurаrе- sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Villеrеу јеаn -pаul sur Détrеssе (Dеubеl)

De ΒооmеrаngΒS sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Hаikukа sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Суmеs sur Сhаnt dе Νоël (Νоël)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Сurаrе- sur Jоurnаlistе piеuх (Fréсhеttе)

De аunrуz sur Rêvеriе (Lаrguiеr)

De Сhristiаn sur Сrépusсulе dе dimаnсhе d’été (Lаfоrguе)

De Τhundеrbird sur Αgnus Dеi (Vеrlаinе)

De L’hеndéсаpé sуllаbis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе