Apollinaire

Calligrammes, 1918


Les Soupirs du servant de Dakar


 
C’est dans la cagnat en rondins voilés d’osier
Auprès des canons gris tournés vers le nord
              Que je songe au village africain
Où l’on dansait où l’on chantait où l’on faisait l’amour
                      Et de longs discours
                          Nobles et joyeux
 
              Je revois mon père qui se battit
              Contre les Achantis
              Au service des Anglais
              Je revois ma sœur au rire en folie
              Aux seins durs comme des obus
              Et je revois
              Ma mère la sorcière qui seule du village
              Méprisait le sel
              Piler le millet dans un mortier
              Je me souviens du si délicat si inquiétant
              Fétiche dans l’arbre
              Et du double fétiche de la fécondité
              Plus tard une tête coupée
              Au bord d’un marécage
              Ô pâleur de mon ennemi
              C’était une tête d’argent
              Et dans le marais
              C’était la lune qui luisait
              C’était donc une tête d’argent
              Là-haut c’était la lune qui dansait
              C’était donc une tête d’argent
              Et moi dans l’antre j’étais invisible
C’était donc une tête de nègre dans la nuit profonde
              Similitudes Pâleurs
              Et ma sœur
              Suivit plus tard un tirailleur
                              Mort à Arras
 
              Si je voulais savoir mon âge
              Il faudrait le demander à l’évêque
              Si doux si doux avec ma mère
              De beurre de beurre avec ma sœur
              C’était dans une petite cabane
Moins sauvage que notre cagnat de canonniers-servants
              J’ai connu l’affût au bord des marécages
              Où la girafe boit les jambes écartées
J’ai connu l’horreur de l’ennemi qui dévaste
                                  Le Village
                              Viole les femmes
                              Emmène les filles
Et les garçons dont la croupe dure sursaute
J’ai porté l’administrateur des semaines
                              De village en village
                                En chantonnant
              Et je fus domestique à Paris
                              Je ne sais pas mon âge
                              Mais au recrutement
                              On m’a donné vingt ans
              Je suis soldat français on m’a blanchi du coup
              Secteur 59 je ne peux pas dire où
Pourquoi donc être blanc est-ce mieux qu’être noir
              Pourquoi ne pas danser et discourir
                              Manger et puis dormir
              Et nous tirons sur les ravitaillements boches
              Ou sur les fils de fer devant les bobosses
                  Sous la tempête métallique
              Je me souviens d’un lac affreux
              Et de couples enchaînés par un atroce amour
                              Une nuit folle
                      Une nuit de sorcellerie
                      Comme cette nuit-ci
              Où tant d’affreux regards
              Éclatent dans le ciel splendide
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Εh ! quе tе sеrs, аmоur, dе mе lаnсеr dеs trаits ?...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Αntоinеttе Dеshоulièrеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Sеrrеs еt lеs Βоis

Εustоrg dе Βеаuliеu

Du Βеllау

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : Dаmе à lа sеrvаntе

Rоllinаt : Lа Grаndе Саsсаdе

Rоllinаt : Vаpеurs dе mаrеs

Μоlièrе : Stаnсеs gаlаntеs : «Sоuffrеz qu’Αmоur...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

Du Βеllау : «Vоуаnt l’аmbitiоn, l’еnviе еt l’аvаriсе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Sоurсе (Gаlоу)

De Сосhоnfuсius sur Αutоmnе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur «Се n’еst pаs mоi qui sаit d’unе vоiх fеintе...» (Μаgnу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...» (Vеrmеil)

De Lа Fаisаnе sur Lа Соlоmbе pоignаrdéе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе