Apollinaire

Calligrammes, 1918


Les Soupirs du servant de Dakar


 
C’est dans la cagnat en rondins voilés d’osier
Auprès des canons gris tournés vers le nord
              Que je songe au village africain
Où l’on dansait où l’on chantait où l’on faisait l’amour
                      Et de longs discours
                          Nobles et joyeux
 
              Je revois mon père qui se battit
              Contre les Achantis
              Au service des Anglais
              Je revois ma sœur au rire en folie
              Aux seins durs comme des obus
              Et je revois
              Ma mère la sorcière qui seule du village
              Méprisait le sel
              Piler le millet dans un mortier
              Je me souviens du si délicat si inquiétant
              Fétiche dans l’arbre
              Et du double fétiche de la fécondité
              Plus tard une tête coupée
              Au bord d’un marécage
              Ô pâleur de mon ennemi
              C’était une tête d’argent
              Et dans le marais
              C’était la lune qui luisait
              C’était donc une tête d’argent
              Là-haut c’était la lune qui dansait
              C’était donc une tête d’argent
              Et moi dans l’antre j’étais invisible
C’était donc une tête de nègre dans la nuit profonde
              Similitudes Pâleurs
              Et ma sœur
              Suivit plus tard un tirailleur
                              Mort à Arras
 
              Si je voulais savoir mon âge
              Il faudrait le demander à l’évêque
              Si doux si doux avec ma mère
              De beurre de beurre avec ma sœur
              C’était dans une petite cabane
Moins sauvage que notre cagnat de canonniers-servants
              J’ai connu l’affût au bord des marécages
              Où la girafe boit les jambes écartées
J’ai connu l’horreur de l’ennemi qui dévaste
                                  Le Village
                              Viole les femmes
                              Emmène les filles
Et les garçons dont la croupe dure sursaute
J’ai porté l’administrateur des semaines
                              De village en village
                                En chantonnant
              Et je fus domestique à Paris
                              Je ne sais pas mon âge
                              Mais au recrutement
                              On m’a donné vingt ans
              Je suis soldat français on m’a blanchi du coup
              Secteur 59 je ne peux pas dire où
Pourquoi donc être blanc est-ce mieux qu’être noir
              Pourquoi ne pas danser et discourir
                              Manger et puis dormir
              Et nous tirons sur les ravitaillements boches
              Ou sur les fils de fer devant les bobosses
                  Sous la tempête métallique
              Je me souviens d’un lac affreux
              Et de couples enchaînés par un atroce amour
                              Une nuit folle
                      Une nuit de sorcellerie
                      Comme cette nuit-ci
              Où tant d’affreux regards
              Éclatent dans le ciel splendide
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Sоnnеur (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ... (Dеlillе)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Dаns un pеsаnt rеpоs d’аprès-midi vеrmеil...» (Vеrhаеrеn)

De Сосhоnfuсius sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Νоblеs еt vаlеts (Νеrvаl)

De Jаdis sur «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...» (Соppéе)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе