Apollinaire

Poèmes à Lou



Mon cœur j’ai regardé longtemps ce soir
              Devant l’écluse
L’étoile ô Lou qui fait mon désespoir
              Mais qui m’amuse
 
Ô ma tristesse et mon ardeur Lou mon amour
              Les jours s’écoulent
Les nuits s’en vont comme s’en va le jour
              Les nuits déroulent
 
Le chapelet sacrilège des obus boches
              C’est le printemps
Et les oiseaux partout donnent leurs bamboches
              On est content
 
On est content au bord de la rivière
              Dans la forêt
On est content La mort règne sur terre
              Mais l’on est prêt
 
On est prêt à mourir pour que tu vives
              Dans le bonheur
Les obus ont brûlé les fleurs lascives
              Et cette fleur
 
Qui poussait dans mon cœur et que l’on nomme
              Le souvenir
Il reste bien de la fleur son fantôme
              C’est le désir
 
Il ne vient que la nuit quand je sommeille
              Vienne le jour
Et la forêt d’or s’ensoleille
              Comme l’Amour
 
Les nuages s’en vont courir les mondes
              Quand irons-nous
Courir aussi tous deux les grèves blondes
              Puis à genoux
 
Prier devant la vaste mer qui tremble
              Quand l’oranger
Mûrit le fruit doré qui te ressemble
              Et sans bouger
 
Écouter dans la nuit l’onde cruelle
              Chanter la mort
Des matelots noyés en ribambelle
              Ô Lou tout dort
 
J’écris tout seul à la lueur tremblante
              D’un feu de bois
De temps en temps un obus se lamente
              Et quelquefois
 
C’est le galop d’un cavalier qui passe
              Sur le chemin
Parfois le cri sinistre de l’agace
              Monte Ma main
 
Dans la nuit trace avec peine ces lignes
              Adieu mon cœur
Je trace aussi mystiquement les signes
              Du Grand Bonheur
 
Ô mon amour mystique ô Lou la vie
              Nous donnera
La delectation inassouvie
              On connaitra
 
Un amour qui sera l’amour unique
              Adieu mon cœur
Je vois briller cette étoile mystique
              Dont la couleur
 
Est de tes yeux la couleur ambigüe
              J’ai ton regard
Et j’en ressens une blessure aigüe
              Adieu c’est tard
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Cоmmеntaires récеnts

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «L’еаu hоulеusе du pоrt еst sаns mirаgе аuсun...» (Rоdеnbасh)

De Jаdis sur «Jе nе sаis pоurquоi...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Ρеtit аir, ΙΙ : «Ιndоmptаblеmеnt а dû...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt dе l’Αiglе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Lа nеf qui lоnguеmеnt а vоуаgé, Dilliеr...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе