Apollinaire

Poèmes à Lou



Mon cœur j’ai regardé longtemps ce soir
              Devant l’écluse
L’étoile ô Lou qui fait mon désespoir
              Mais qui m’amuse
 
Ô ma tristesse et mon ardeur Lou mon amour
              Les jours s’écoulent
Les nuits s’en vont comme s’en va le jour
              Les nuits déroulent
 
Le chapelet sacrilège des obus boches
              C’est le printemps
Et les oiseaux partout donnent leurs bamboches
              On est content
 
On est content au bord de la rivière
              Dans la forêt
On est content La mort règne sur terre
              Mais l’on est prêt
 
On est prêt à mourir pour que tu vives
              Dans le bonheur
Les obus ont brûlé les fleurs lascives
              Et cette fleur
 
Qui poussait dans mon cœur et que l’on nomme
              Le souvenir
Il reste bien de la fleur son fantôme
              C’est le désir
 
Il ne vient que la nuit quand je sommeille
              Vienne le jour
Et la forêt d’or s’ensoleille
              Comme l’Amour
 
Les nuages s’en vont courir les mondes
              Quand irons-nous
Courir aussi tous deux les grèves blondes
              Puis à genoux
 
Prier devant la vaste mer qui tremble
              Quand l’oranger
Mûrit le fruit doré qui te ressemble
              Et sans bouger
 
Écouter dans la nuit l’onde cruelle
              Chanter la mort
Des matelots noyés en ribambelle
              Ô Lou tout dort
 
J’écris tout seul à la lueur tremblante
              D’un feu de bois
De temps en temps un obus se lamente
              Et quelquefois
 
C’est le galop d’un cavalier qui passe
              Sur le chemin
Parfois le cri sinistre de l’agace
              Monte Ma main
 
Dans la nuit trace avec peine ces lignes
              Adieu mon cœur
Je trace aussi mystiquement les signes
              Du Grand Bonheur
 
Ô mon amour mystique ô Lou la vie
              Nous donnera
La delectation inassouvie
              On connaitra
 
Un amour qui sera l’amour unique
              Adieu mon cœur
Je vois briller cette étoile mystique
              Dont la couleur
 
Est de tes yeux la couleur ambigüe
              J’ai ton regard
Et j’en ressens une blessure aigüe
              Adieu c’est tard
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sсèvе : «Sеul аvес mоi, еllе аvес sа pаrtiе...»

Αuvrау : Соntrе unе dаmе trоp mаigrе

Αuvrау : Lеs Ρаlаdins аvеnturiеrs

Αuvrау : «Αu mоis qu’аmоur еst lе plus еn viguеur...»

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Riсtus : Lеs Μоntе-еn-l’аir

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Lа Gеsséе : «Lа Μоuсhе pеintе еst mаrquе d’impudеnсе...»

Vаlléе dеs Βаrrеаuх : «Соurtisаns, qui trаînеz vоs јоurs déshоnоrés...»

Du Βеllау : «Si l’аvеuglе furеur, qui саusе lеs bаtаillеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Ρаuvrе gаrçоn

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Riсhеpin : Lа Μignоtе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Μоntrеuil : Épigrаmmе : «Сlоris à vingt аns étаit bеllе...»

Νоuvеаu : Lа Rеnсоntrе

Αubigné : «Lеs lуs mе sеmblеnt nоirs...»

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Sеignеur, nе pеnsеz pаs d’оuïr сhаntеr iсi...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus аvеz su l’еspоir еt pаrtаgé lа rаgе...» (Siеfеrt)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...» (Vеrmеil)

De Lа Fаisаnе sur Lа Соlоmbе pоignаrdéе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Εsprit dе сеllе sur «Νе rеprеnеz, Dаmеs, si ј’аi аimé...» (Lаbé)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Τhundеrbird sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе