Apollinaire

Poèmes à Lou



Mon cœur j’ai regardé longtemps ce soir
              Devant l’écluse
L’étoile ô Lou qui fait mon désespoir
              Mais qui m’amuse
 
Ô ma tristesse et mon ardeur Lou mon amour
              Les jours s’écoulent
Les nuits s’en vont comme s’en va le jour
              Les nuits déroulent
 
Le chapelet sacrilège des obus boches
              C’est le printemps
Et les oiseaux partout donnent leurs bamboches
              On est content
 
On est content au bord de la rivière
              Dans la forêt
On est content La mort règne sur terre
              Mais l’on est prêt
 
On est prêt à mourir pour que tu vives
              Dans le bonheur
Les obus ont brûlé les fleurs lascives
              Et cette fleur
 
Qui poussait dans mon cœur et que l’on nomme
              Le souvenir
Il reste bien de la fleur son fantôme
              C’est le désir
 
Il ne vient que la nuit quand je sommeille
              Vienne le jour
Et la forêt d’or s’ensoleille
              Comme l’Amour
 
Les nuages s’en vont courir les mondes
              Quand irons-nous
Courir aussi tous deux les grèves blondes
              Puis à genoux
 
Prier devant la vaste mer qui tremble
              Quand l’oranger
Mûrit le fruit doré qui te ressemble
              Et sans bouger
 
Écouter dans la nuit l’onde cruelle
              Chanter la mort
Des matelots noyés en ribambelle
              Ô Lou tout dort
 
J’écris tout seul à la lueur tremblante
              D’un feu de bois
De temps en temps un obus se lamente
              Et quelquefois
 
C’est le galop d’un cavalier qui passe
              Sur le chemin
Parfois le cri sinistre de l’agace
              Monte Ma main
 
Dans la nuit trace avec peine ces lignes
              Adieu mon cœur
Je trace aussi mystiquement les signes
              Du Grand Bonheur
 
Ô mon amour mystique ô Lou la vie
              Nous donnera
La delectation inassouvie
              On connaitra
 
Un amour qui sera l’amour unique
              Adieu mon cœur
Je vois briller cette étoile mystique
              Dont la couleur
 
Est de tes yeux la couleur ambigüe
              J’ai ton regard
Et j’en ressens une blessure aigüe
              Adieu c’est tard
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dubus : Ρаntоum : «À l’аbri dеs ridеаuх...»

Μilоsz : Τоus lеs Μоrts sоnt ivrеs...

Swаrth : Lеs Αrtistеs

Rоllinаt : Lа Jumеnt Zizi

Αrvеrs : «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...»

Dоnnау : Lаmеntо du trоmpé

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρеllеrin : Lа grоssе dаmе сhаntе...

Βаudеlаirе : Lе Соuсhеr du Sоlеil rоmаntiquе

☆ ☆ ☆ ☆

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Rоllinаt : L’Étоilе du fоu

Lа Villе dе Μirmоnt : «Νоvеmbrеs pluviеuх, tristеs аu bоrd dеs flеuvеs...»

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Vаuсаirе : «Hоrs lа dоulеur, l’аmоur nе dоnnе pаs grаnd-сhоsе...»

Swаrth : Αu lесtеur

Suаrès : Μеssаgе dе Ρâris

Lа Βоétiе : «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...»

Rоllinаt : Lе Τunnеl

Ρiсаrd : Lе Τrоublе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Qu’hеurеuх tu еs, Βаïf, hеurеuх, еt plus qu’hеurеuх...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Viсtоriеusеmеnt fui lе suiсidе bеаu...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «J’аvаis lоngtеmps еrré pаr lеs sоmbrеs désеrts...» (Hаbеrt)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе