Apollinaire

Poèmes à Lou



Mon cœur j’ai regardé longtemps ce soir
              Devant l’écluse
L’étoile ô Lou qui fait mon désespoir
              Mais qui m’amuse
 
Ô ma tristesse et mon ardeur Lou mon amour
              Les jours s’écoulent
Les nuits s’en vont comme s’en va le jour
              Les nuits déroulent
 
Le chapelet sacrilège des obus boches
              C’est le printemps
Et les oiseaux partout donnent leurs bamboches
              On est content
 
On est content au bord de la rivière
              Dans la forêt
On est content La mort règne sur terre
              Mais l’on est prêt
 
On est prêt à mourir pour que tu vives
              Dans le bonheur
Les obus ont brûlé les fleurs lascives
              Et cette fleur
 
Qui poussait dans mon cœur et que l’on nomme
              Le souvenir
Il reste bien de la fleur son fantôme
              C’est le désir
 
Il ne vient que la nuit quand je sommeille
              Vienne le jour
Et la forêt d’or s’ensoleille
              Comme l’Amour
 
Les nuages s’en vont courir les mondes
              Quand irons-nous
Courir aussi tous deux les grèves blondes
              Puis à genoux
 
Prier devant la vaste mer qui tremble
              Quand l’oranger
Mûrit le fruit doré qui te ressemble
              Et sans bouger
 
Écouter dans la nuit l’onde cruelle
              Chanter la mort
Des matelots noyés en ribambelle
              Ô Lou tout dort
 
J’écris tout seul à la lueur tremblante
              D’un feu de bois
De temps en temps un obus se lamente
              Et quelquefois
 
C’est le galop d’un cavalier qui passe
              Sur le chemin
Parfois le cri sinistre de l’agace
              Monte Ma main
 
Dans la nuit trace avec peine ces lignes
              Adieu mon cœur
Je trace aussi mystiquement les signes
              Du Grand Bonheur
 
Ô mon amour mystique ô Lou la vie
              Nous donnera
La delectation inassouvie
              On connaitra
 
Un amour qui sera l’amour unique
              Adieu mon cœur
Je vois briller cette étoile mystique
              Dont la couleur
 
Est de tes yeux la couleur ambigüe
              J’ai ton regard
Et j’en ressens une blessure aigüe
              Adieu c’est tard
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Frаnсis Jаmmеs

Τоulеt : «Dеssоus lа соurtinе mоuilléе...»

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Μussеt : Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Rоllinаt : Βаllаdе du саdаvrе

Βеllеаu : Dеsсriptiоn dеs vеndаngеs

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Βruаnt : À lа Βаstillе

Lаfоrguе : Αvеrtissеmеnt

Fоurеst : Lа Νégrеssе Βlоndе

☆ ☆ ☆ ☆

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Βаudеlаirе : À unе Ρаssаntе

Βаtаillе : Lе Μоis mоuillé

Βаïf : «Si се n’еst pаs аmоur, quе sеnt dоnquеs mоn сœur ?...»

Βruаnt : Ρhilоsоphе

Siеfеrt : Ρеtit еnfаnt

Οsmоnt : Sоirs d’ехil

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Éblоuissеmеnt

*** : Τаisеz-vоus

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Αllеz, mеs vеrs, еnfаnts d’un dеuil tаnt еnnuуеuх...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur «Αu mоis qu’аmоur еst lе plus еn viguеur...» (Αuvrау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сhrist аuх Οliviеrs (Νеrvаl)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De piсh24 sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе