Antoine-Vincent Arnault


Le Chien et le Chat


 
          Pataud jouait avec Raton,
Mais sans gronder, sans mordre, en camarade, en frère.
Les chiens sont bonnes gens ; mais les chats, nous dit-on,
          Sont justement tout le contraire.
          Aussi, bien qu’il jurât toujours
          Avoir fait patte de velours,
Raton, et ce n’est pas une histoire apocryphe,
Dans la peau d’un ami, comme fait maint plaisant,
          Enfonçait, tout en s’amusant,
          Tantôt la dent, tantôt la griffe.
          Pareil jeu dut cesser bientôt.
          — Eh quoi, Pataud, tu fais la mine !
          Ne sais-tu pas qu’il est d’un sot
          De se fâcher quand on badine ?
          Ne suis-je pas ton bon ami ?
— Prends un nom qui convienne à ton humeur maligne ;
          Raton, ne sois rien à demi :
          J’aime mieux un franc ennemi
          Qu’un bon ami qui m’égratigne.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cougare- le 3 février 2019 à 14h28

— D’où tient-il ce renom d’aède libertaire ?
— S’il lui vient tant d’aisance à rimer c’est, dit-on,
Qu’il médite à loisir Confucius & Platon
Et ferait la part belle au grand vers solitaire.

Le barde aime la gnôle, et chopine sans soif ;
C’est ainsi que singeant notre brave Coppée :
Il transpose en idée une onomatopée,
Ponctuant le mot franc, d’1 miaou, d’1 waf-waf !

— Est-ce 1 chat de sinople augmenté d’hippogriffe ?
— Peut-être 1 chien ! disons... une bête à concours !
Labradorque hennissant quelque absurde discours :
« Un cochon à la fin d’1 sonnet se rebiffe ! » ___

___ 03/02/2019

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Plagiaire le 3 février 2019 à 21h13

Destin

____Tu le sais si bien que tu t’en interdis l’accès____Sixte.  

Tu connais ces moments d’angoisse ou bien de paix
Qui emmurent le tout tapissés de mystère
Du silence le point. Pesant et délétère
La genèse du sort - Sortilège suspect -

Tu les ressens d’autant dans 1 profond respect
Condamné au bonheur d’être le solitaire
Qui n’a jamais brandi sa rage prolétaire
Du cloaque où tu vis sans même protester

Pourquoi laisser au temps le temps de la défaite  
N’attendre de la mort que la douceur parfaite ?
Qui s’esquive esquisse à ton instinct sans voix

Mes larmes pour une arme à la garde alternée
Improbable destin d’une erreur décharnée
Voilà pourquoi je fuis - Et puis pourquoi je bois -

Chant XXIII- On écrit toujours pour quelqu’un -
Pour Sixte - Pour le non retour des humains -  

17/06/2016

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Lеvеу : Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа

Соuté : Lеs Соnsсrits

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Οsсаr V. dе L. Μilоsz

Hugо : «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...»

Ρоpеlin : Lа Νеigе

Μауnаrd : «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...»

Μауnаrd : «Βеllе, qui sаns fоutеur fоutеz...»

Μауnаrd : Épitаphе : «Сi-gît Ρаul qui bаissаit lеs уеuх...»

☆ ☆ ☆ ☆

Stаël : Épitrе sur Νаplеs

Ρirоn : Οdе à Ρriаpе

Rеgnаrd : Épîtrе à Μ. ...

Βruаnt : Sоulоlоquе

Μасеdоnski : Lе Сlоîtrе

Μасеdоnski : Sоnnеt lоintаin

Μаrоt : «J’аi unе lеttrе еntrе tоutеs élitе...»

Μауnаrd : «L’hоmmе qui gît еn се liеu...»

Riсhеpin : Dаb

Βаnvillе : Μаriа Gаrсiа

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Βаin dеs Νуmphеs (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur L’Αnсêtrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdiеn sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

De Lа-Μusérаntе sur «L’hоmmе qui gît еn се liеu...» (Μауnаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Се quе tа plumе prоduit...» (Μауnаrd)

De Jеhаn Ρаuvrеpin sur Sоnnеt ivrе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Сhristiаn sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Ιvrеssе sur «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...» (Соppéе)

De Fаisаnе sur Lе Rêvе du pоètе (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Τhundеrbird sur Éсrit аvес du sаng (Sеgаlеn)

De Μаirе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоirе dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Соugаrе- sur Lе Сhiеn еt lе Сhаt (Αrnаult)

De wеbmаstеr sur «Lе mоndе plus trоmpеur quе lеs flоts dе Νеptunе...» (Ρеllissоn-Fоntаniеr)

De Сосhоnfitсhuss sur Αir : «Τоut l’univеrs оbéit à l’Αmоur...» (Lа Fоntаinе)

De Viсtоr Сlоuеlbес sur Lа Соnsсiеnсе (Hugо)

De Gаrdеur d’аlbаtrоs sur Frаnçоis Соppéе

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz