Antoine-Vincent Arnault


Le Chien et le Chat


 
          Pataud jouait avec Raton,
Mais sans gronder, sans mordre, en camarade, en frère.
Les chiens sont bonnes gens ; mais les chats, nous dit-on,
          Sont justement tout le contraire.
          Aussi, bien qu’il jurât toujours
          Avoir fait patte de velours,
Raton, et ce n’est pas une histoire apocryphe,
Dans la peau d’un ami, comme fait maint plaisant,
          Enfonçait, tout en s’amusant,
          Tantôt la dent, tantôt la griffe.
          Pareil jeu dut cesser bientôt.
          — Eh quoi, Pataud, tu fais la mine !
          Ne sais-tu pas qu’il est d’un sot
          De se fâcher quand on badine ?
          Ne suis-je pas ton bon ami ?
— Prends un nom qui convienne à ton humeur maligne ;
          Raton, ne sois rien à demi :
          J’aime mieux un franc ennemi
          Qu’un bon ami qui m’égratigne.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cougare- le 3 février 2019 à 14h28

— D’où tient-il ce renom d’aède libertaire ?
— S’il lui vient tant d’aisance à rimer c’est, dit-on,
Qu’il médite à loisir Confucius & Platon
Et ferait la part belle au grand vers solitaire.

Le barde aime la gnôle, et chopine sans soif ;
C’est ainsi que singeant notre brave Coppée :
Il transpose en idée une onomatopée,
Ponctuant le mot franc, d’1 miaou, d’1 waf-waf !

— Est-ce 1 chat de sinople augmenté d’hippogriffe ?
— Peut-être 1 chien ! disons... une bête à concours !
Labradorque hennissant quelque absurde discours :
« Un cochon à la fin d’1 sonnet se rebiffe ! » ___

___ 03/02/2019

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Plagiaire le 3 février 2019 à 21h13

Destin

____Tu le sais si bien que tu t’en interdis l’accès____Sixte.  

Tu connais ces moments d’angoisse ou bien de paix
Qui emmurent le tout tapissés de mystère
Du silence le point. Pesant et délétère
La genèse du sort - Sortilège suspect -

Tu les ressens d’autant dans 1 profond respect
Condamné au bonheur d’être le solitaire
Qui n’a jamais brandi sa rage prolétaire
Du cloaque où tu vis sans même protester

Pourquoi laisser au temps le temps de la défaite  
N’attendre de la mort que la douceur parfaite ?
Qui s’esquive esquisse à ton instinct sans voix

Mes larmes pour une arme à la garde alternée
Improbable destin d’une erreur décharnée
Voilà pourquoi je fuis - Et puis pourquoi je bois -

Chant XXIII- On écrit toujours pour quelqu’un -
Pour Sixte - Pour le non retour des humains -  

17/06/2016

[Lien vers ce commentaire]


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz