Antoine-Vincent Arnault


Le Chien et le Chat


 
          Pataud jouait avec Raton,
Mais sans gronder, sans mordre, en camarade, en frère.
Les chiens sont bonnes gens ; mais les chats, nous dit-on,
          Sont justement tout le contraire.
          Aussi, bien qu’il jurât toujours
          Avoir fait patte de velours,
Raton, et ce n’est pas une histoire apocryphe,
Dans la peau d’un ami, comme fait maint plaisant,
          Enfonçait, tout en s’amusant,
          Tantôt la dent, tantôt la griffe.
          Pareil jeu dut cesser bientôt.
          — Eh quoi, Pataud, tu fais la mine !
          Ne sais-tu pas qu’il est d’un sot
          De se fâcher quand on badine ?
          Ne suis-je pas ton bon ami ?
— Prends un nom qui convienne à ton humeur maligne ;
          Raton, ne sois rien à demi :
          J’aime mieux un franc ennemi
          Qu’un bon ami qui m’égratigne.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cougare- le 3 février 2019 à 14h28

— D’où tient-il ce renom d’aède libertaire ?
— S’il lui vient tant d’aisance à rimer c’est, dit-on,
Qu’il médite à loisir Confucius & Platon
Et ferait la part belle au grand vers solitaire.

Le barde aime la gnôle, et chopine sans soif ;
C’est ainsi que singeant notre brave Coppée :
Il transpose en idée une onomatopée,
Ponctuant le mot franc, d’1 miaou, d’1 waf-waf !

— Est-ce 1 chat de sinople augmenté d’hippogriffe ?
— Peut-être 1 chien ! disons... une bête à concours !
Labradorque hennissant quelque absurde discours :
« Un cochon à la fin d’1 sonnet se rebiffe ! » ___

___ 03/02/2019

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Plagiaire le 3 février 2019 à 21h13

Destin

____Tu le sais si bien que tu t’en interdis l’accès____Sixte.  

Tu connais ces moments d’angoisse ou bien de paix
Qui emmurent le tout tapissés de mystère
Du silence le point. Pesant et délétère
La genèse du sort - Sortilège suspect -

Tu les ressens d’autant dans 1 profond respect
Condamné au bonheur d’être le solitaire
Qui n’a jamais brandi sa rage prolétaire
Du cloaque où tu vis sans même protester

Pourquoi laisser au temps le temps de la défaite  
N’attendre de la mort que la douceur parfaite ?
Qui s’esquive esquisse à ton instinct sans voix

Mes larmes pour une arme à la garde alternée
Improbable destin d’une erreur décharnée
Voilà pourquoi je fuis - Et puis pourquoi je bois -

Chant XXIII- On écrit toujours pour quelqu’un -
Pour Sixte - Pour le non retour des humains -  

17/06/2016

[Lien vers ce commentaire]


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur un hôtе dоutеuх (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Βlаsоn сélеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz