Félix Arvers



Mon âme a son secret, ma vie a son mystère :
Un amour éternel en un moment conçu.
Le mal est sans espoir, aussi j’ai dû le taire,
Et celle qui l’a fait n’en a jamais rien su.
 
Hélas ! j’aurai passé près d’elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire,
Et j’aurai jusqu’au bout fait mon temps sur la terre,
N’osant rien demander et n’ayant rien reçu.
 
Pour elle, quoique Dieu l’ait faite douce et tendre,
Elle ira son chemin, distraite, et sans entendre
Ce murmure d’amour élevé sur ses pas ;
 
À l’austère devoir pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d’elle :
« Quelle est donc cette femme ? » et ne comprendra pas.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 27 décembre 2013 à 16h55

La poésie ne craint l’ombre ni le mystère ;
Car tout ce qu’elle exprime est clairement conçu.
En dévoilant son âme elle arrive à se taire,
Elle ne cache rien, nous l’avons toujours su.

Poète, si tu crains de vivre inaperçu,
Si les imprécations d’un moine solitaire
Te semblent obscurcir le jour sur cette terre,
Ne t’inquiète donc point, ton texte est bien reçu.

Celle qui est pour toi la plus mignonne et tendre
Toujours éprouve un peu de plaisir à t’entendre
Et à fouler le sol où s’égarent tes pas ;

Toi, sur elle posant ton doux regard fidèle,
Tu ne cesseras point de marcher auprès d’elle ;
Que dirons-nous de plus ? Ton coeur ne s’en plaint pas.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 12 avril 2014 à 12h56

Le vrai poème est le mystère
qu’aucun aède ne conçut,
que tous se sont tués à taire
même, et qu’aucun licteur n’a su.

C’est l’émotion presque aperçue,
le recommandé solitaire
mandé par Dieu au prolétaire
et dont il signe le reçu.

Le vrai poème n’est pas tendre,
plutôt difficile à entendre,
et s’il chante il chante trop bas.

La mémoire est filtre infidèle,
le vrai poème se rit d’elle.
Quoi donc encor tu comprends pas ?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jean Goudezki le 2 janvier 2017 à 10h05

Voir aussi

http://www.paradis-des-albatros.fr/?poeme=goudezki/sonnet-d-art-vert

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Roland Bacri le 15 mars 2019 à 18h36

Le garçonnet d’Arvers
----------

Mon homme a son secret, ma vie a son mister,
Un amour bienséant en un instant conçu.
Le mâle est sans espoir, aussi z’ai dû lui taire
Le goût qu’à son endroit... ze suis déçu déçu !

Hélas !  z’aurai passé cent fois inaperçu,
Cil battant et le vent en poupe pour Cythère.
Et z’aurai zusqu’au bout hésité sur la Terre
À lui offrir mon siège ou à m’asseoir dessus.

Pour lui, quoique le ciel l’ait fait blond, l’ait fait tendre,
Il ira son train-train, distrait, et sans attendre,
À l’autel de Vénus brûlera ses appas.

Et puis, c’est inouï, porté sur la femelle,
Dira, lisant ces vers que pour lui j’entremêle :
« Quel est donc cet infâme ? » et ne comprendra pas.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τristаn L’Hеrmitе : Lе Ρrоmеnоir dеs dеuх аmаnts

Hеrеdiа

Νоdiеr : Lа Jеunе Fillе

Αubigné : «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...»

Αubigné : «Се dоuх hivеr...»

Jаmmеs : Lоrsquе је sеrаi mоrt

Βirаguе : «Ô сœur tristе еt pеnsif, qui еn si dur mаrtуrе...»

Νеlligаn : Lеs Αngéliquеs

Νеrvаl : Αvril

Rоdеnbасh : Соllègе аnсiеn

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Βаtаillе : Lеs Villаgеs

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Αpоllinаirе : «Μоn сhеr Ρаblо lа guеrrе durе...»

Dumеstrе : Lеs Ιnquiеts

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Νuуsеmеnt : «Соmbiеn, соmbiеn dе fоis, аu sоir sоus lа nuit brunе...»

Rоllinаt : Lа Βuvеusе d’аbsinthе

Riсtus : Νосturnе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Viеrgе dаmnéе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur À Sаint-Сlоud (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur «Ô fаiblе еsprit, сhаrgé dе tаnt dе pеinеs...» (Du Βеllау)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Сhristiаn sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Gеоrgеs sur Αdiеuх (Αpоllinаirе)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz