Aubigné



Au temps que la feuille blême
Pourrit languissante à bas,
J’allais égarant mes pas
Pensif, honteux de moi-même,
Pressant du poids de mon chef
Mon menton sur ma poitrine,
Comme abattu de ruine
Ou d’un horrible méchef.
 
Après, je haussais ma vue,
Voyant, ce qui me déplaît,
Gémir la triste forêt
Qui languissait toute nue,
Veuve de tant de beautés
Que les venteuses tempêtes
Brisèrent depuis les fêtes
Jusqu’aux pieds acraventés.
 
Où sont ces chênes superbes,
Ces grands cèdres haut montés
Qui pourrissent leurs beautés
Parmi les petites herbes ?
Où est ce riche ornement,
Où sont ces épais ombrages
Qui n’ont su porter les rages
D’un automne seulement ?
 
Ce n’est pas la rude écorce
Qui tient les troncs verdissants :
Les meilleurs, non plus puissants,
Ont plus de vie et de force,
Témoin le chaste laurier
Qui seul en ce temps verdoie
Et n’a pas été la proie
D’un hiver fâcheux et fier.
 
Quand aussi je considère
Un jardin veuf de ses fleurs,
Où sont ses belles couleurs
Qui y florissaient naguère,
Où si bien étaient choisis
Les bouquets de fleurs mi écloses,
Où sont ses vermeilles roses
Et ses œillets cramoisis ?
 
J’ai bien vu qu’aux fleurs nouvelles,
Quant la rose ouvre son sein,
Le barbot le plus vilain
Ne ronge que les plus belles :
N’ai-je pas vu les teins verts,
La fleur de meilleure élite,
Le lys et la marguerite,
Se ronger de mille vers ?
 
Mais du myrte vert la feuille
Vit toujours et ne lui chaut
De vent, de froid, ni de chaud,
De ver barbot, ni abeille
Toujours on le peut cueillir
Au printemps de sa jeunesse,
Ou quand l’hiver qui le laisse
Fait les autres envieillir.
 
Entre un million de perles
Dont les carcans sont bornés
Et dont les chefs sont ornés
De nos nymphes les plus belles,
Une seule j’ai trouvé
Qui n’a tache, në jaunisse,
Në obscurité, në vice,
Ni un gendarme engravé.
 
J’ai vu parmi notre France
Mille fontaines d’argent,
Où les nymphes vont nageant
Et y font leur demeurance ;
Mille chatouilleux zéphyrs
De mille plis les font rire :
Là on trompe son martyre
D’un million de plaisirs.
 
Mais un aspit y barbouille,
Ou le boire y est fiévreux,
Ou le crapaud venimeux
Y vit avec la grenouille.
Ô mal assise beauté !
Beauté comme mise en vente,
Quand chacun qui se présente
Y peut être contenté !
 
J’ai vu la claire fontaine
Où ces vices ne sont pas,
Et qui en riant en bas
Les clairs diamants fontaine :
Le moucheron seulement
Jamais n’a pu boire en elle,
Aussi sa gloire immortelle
Fleurit immortellement.
 
J’ai vu tant de fortes villes
Dont les clochers orgueilleux
Percent la nue et les cieux
De pyramides subtiles,
La terreur de l’univers,
Braves de gendarmerie,
Superbes d’artillerie,
Furieuses en boulevers :
 
Mais deux ou trois fois la foudre
Du canon des ennemis
A ses forteresses mis
Les pieds contremont en poudre :
Trois fois le soldat vengeant
L’ire des Dieux allumée,
Horrible en sang, en fumée,
La foula, la saccageant.
 
Là n’a fleuri la justice,
Là le meurtre ensanglanté
Et la rouge cruauté
Ont eu le nom de justice,
Là on a brisé les droits,
Et la rage envenimée
De la populace armée
A mis sous les pieds les lois.
 
Mais toi, cité bien heureuse
Dont le palais favori
A la justice chéri,
Tu règne victorieuse :
Par toi ceux-là sont domptés
Qui en l’impudique guerre
Ont tant prosterné à terre
De renoms et de beautés.
 
Tu vaincs la gloire de gloire,
Les plus grandes de pouvoir,
Les plus doctes de savoir,
Et les vainqueurs de victoire,
Les plus belles de beauté,
La liberté par la crainte,
L’amour par l’amitié sainte,
Par ton nom l’éternité.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 15 juillet 2016 à 16h53

Trollville
----------

Ici vivent des trolls blêmes ;
Leur moral est toujours bas.
Ils s’en vont à petits pas,
Comme pour se fuir eux-mêmes.

C’est de mépris pour leur chef
Que s’anime leur poitrine,
C’est en amateurs de ruines
Qu’ils consument leurs jours brefs.

Dès qu’ils sont hors de ma vue,
Le jour, à nouveau, me plaît,
Et la ville,et la forêt,
Et les sylphes, dans les nues.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Τristаn L’Hеrmitе : Lе Ρrоmеnоir dеs dеuх аmаnts

Hеrеdiа

Νоdiеr : Lа Jеunе Fillе

Αubigné : «Се dоuх hivеr...»

Αubigné : «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...»

Jаmmеs : Lоrsquе је sеrаi mоrt

Βirаguе : «Ô сœur tristе еt pеnsif, qui еn si dur mаrtуrе...»

Νеlligаn : Lеs Αngéliquеs

Νеrvаl : Αvril

Rоdеnbасh : Соllègе аnсiеn

Οrléаns : «Соmmе ј’оis quе сhасun dеvisе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αubigné : «Lеs lуs mе sеmblеnt nоirs...»

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Βаtаillе : Lеs Villаgеs

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Αpоllinаirе : «Μоn сhеr Ρаblо lа guеrrе durе...»

Dumеstrе : Lеs Ιnquiеts

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Νuуsеmеnt : «Соmbiеn, соmbiеn dе fоis, аu sоir sоus lа nuit brunе...»

Rоllinаt : Lа Βuvеusе d’аbsinthе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Jоliеs fеmmеs (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Αmоur mе tuе, еt si је nе vеuх dirе...» (Rоnsаrd)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Quе viеnt-еllе mе dirе, аuх plus tеndrеs instаnts...» (Sаintе-Βеuvе)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Сhristiаn sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе