Aubigné

Le Printemps


VI


Hardi, j’entreprendrai de te rendre éternelle,
Targuant de mes écrits ton nom contre la mort,
Mais en t’éternisant, je ne travaille fort :
Ta perfection n’est en aucun point mortelle.
 
Rien n’est mortel en toi, ta chasteté est telle
Que le temps envieux ne lui peut faire tort.
Tes dons, trésors du Ciel, ton nom, exempts du port
Et du fleuve d’oubli, ont la vie immortelle.
 
Même ce livre heureux vivra infiniment,
Pource que l’infini sera son argument.
Or je rends grâce aux dieux de ce que j’ai servie
 
Toute perfection de grâce et de beautés :
Mais je me plain à eux que ta sévérité
Comme sont les vertus, aussi est infinie.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 8 décembre 2017 à 11h41

Ambichèvre de sable
----------------------

Elle sait ruminer la sagesse éternelle,
Trouvant de beaux endroits dans le Livre des Morts ;
C’est un libre animal, qui ne travaille fort,
Préfrérant mille fois goûter l’herbe nouvelle.

Rien n’est tragique en elle, et son humeur est telle
Que le temps malveillant ne lui peut faire tort.
C’est la soeur du chevreuil et c’est l’amie du porc,
Qui bénissent son nom de louange immortelle.

Elle n’a point souci de vivre infiniment,
Sachant que l’infini n’est pas un argument ;
D’un bouc plein de noblesse, elle  aime être servie,

D’un chevalier servant qui goûte sa beauté :
Pour un tel compagnon, nulle sévérité,
Mais le rire en commun, la tendresse infinie.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 22 juin 2018 à 12h22

Sagesse de la baleine
----------------------------

La baleine détient la sagesse éternelle ;
Elle pourrait juger les vivants et les morts ;
Cet animal est bon, cet animal est fort,
Dont le bonheur s’éveille à chaque aube nouvelle.

Elle rit quelquefois, si son humeur est telle ;
Le requin malfaisant ne lui peut faire tort.
Je l’évoque souvent dans mes mots de vieux porc
Qui disent au grand jour sa louange immortelle.

Elle n’en a souci, s’en moque infiniment,
Qui pense qu’un beau vers n’est pas un argument.
De bonne nourriture, elle  aime être servie ;

Et d’un mâle gentil qui goûte sa beauté,
Sans qu’il n’y ait entre eux nulle sévérité,
Mais le plaisir commun, la douceur infinie.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : Εspоir timidе

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Соppéе : «Lе sоir, аu соin du fеu, ј’аi pеnsé biеn dеs fоis...»

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Αrvеrs : Sоnnеt à mоn аmi R...

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Cоmmеntaires récеnts

De СΟUGΑRΕ- sur Frаnçоis Соppéе

De Сосhоnfuсius sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur À unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βеllе еn dеuil (Τristаn L'Hеrmitе)

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе