Aubigné

Le Printemps


XIX


 
Je sens bannir ma peur et le mal que j’endure,
Couché au doux abri d’un myrte et d’un cyprès,
Qui de leurs verts rameaux s’accolant près à près
Encourtinent la fleur qui mon chevet azure !
 
Oyant virer au fil d’un musicien murmure
Milles nymphes d’argent, qui de leurs flots secrets
Bebrouillent en riant les perles dans les prés,
Et font les diamants rouler à l’aventure.
 
Ce bosquet de verbrun qui cette onde obscurcit,
D’échos harmonieux et de chants retentit.
Ô séjour aimable ! ô repos précieux !
 
Ô giron, doux support au chef qui se tourmente !
Ô mes yeux bien heureux éclairés de ses yeux !
Heureux qui meurt ici et mourant ne lamente !
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 2 novembre 2013 à 10h46


Tu l’as dit, Agrippa, la vie n’est pas si dure.
N’avons-nous pas sur nous les ombres des cyprès
Que nous aimons, bien qu’ils côtoient la mort de près ;
L’existence est bien douce en ces coins de verdure.

Si de plus, en ton coeur, la poésie murmure,
Si l’amour (au grand jour ou dans un lieu secret)
Te fait mettre en chanson quelques fabuleux traits,
Nul ne peut désirer plus charmante aventure.

Si ta rime jamais d’un deuil ne s’obscurcit,
Si ton esprit toujours scintille et retentit,
Je rendrai mon hommage à ton don précieux.

Je sais que ton corps a traversé des tourmentes,
Que l’Histoire a produit des drames sous tes yeux ;
Mais ta muse te garde, une si belle amante !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 14 avril 2017 à 14h13

Or, sable, sinople
----------------------

La mouche se posa sur la muraille dure
Au lieu de se cacher dans l’ombre d’un cyprès ;
L’insecte en profita pour admirer de près
L’image tracée là, comme une enluminure.

Si ton oreille fine entendait son murmure,
Tu surprendrais alors le compliment secret
Adressé à l’auteur de ces fabuleux traits,
Peintre dont le pinceau sur les murs s’aventure.

Or, nous ne craignons point le ciel s’obscurcisse;
Ni qu’un bourdonnement trop fort ne retentisse:
Invisible sera cette intruse en ces lieux.

Le peintre, cependant, sur un point se tourmente:
Faut-il portraiturer la bestiole obsédante ?
Peintre, oublie-la plutôt, le mur sans elle est mieux.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Τu sоis lа biеnvеnuе, ô biеnhеurеusе trêvе !...»

Hеrvillу : Ρuérilités

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : Lе Τаbас

Μеndès : Lе Rоssignоl

Αntоinе dе Νеrvèzе

Νеrvаl

Viеlé-Griffin : «Dоrmir еt rirе d’аisе...»

Hugо : Lе Μеndiаnt

Lаhоr : Οurаgаn nосturnе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Νi lа dоuсе pitié, ni lе plеur lаmеntаblе...»

Νеlligаn : Lа Ρаssаntе

Vаlérу : «Lа lunе minсе vеrsе unе luеur sасréе...»

Hugо : Viеillе сhаnsоn du јеunе tеmps

Lе Ρеtit : Αu Lесtеur сuriеuх

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Αllеz еn pаiх

Сrоs : Siх tеrсеts

Hugо : Βêtisе dе lа guеrrе

Hugо : Lе Sасrе dе lа Fеmmе

Сrоs : Βеrсеusе : «Ιl у а unе hеurе bêtе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Rеflеts (Μаеtеrlinсk)

De Сосhоnfuсius sur Сésаr (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...» (Lе Μоuël)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе