Aubigné



 
Suzanne m’écoutait soupirer pour Diane
Et troubla de sanglots ma paisible minuit,
Mes soupirs s’augmentaient, et faisaient un tel bruit
Que fait parmi les pins la rude tramontane.
 
Mais quoi ! Diane est morte, et comment, dit Suzanne,
Peut-elle du tombeau plus que moi dans ton lit,
Peut bien son œil éteint plus que le mien qui luit ?
Aimer encor les morts n’est-ce chose profane ?
 
Tires-tu de l’Enfer quelque chose de Saint ?
Peut son astre éclairer alors qu’il est éteint
Et faire du repos guerre à ta fantaisie ?
 
— Oui, Suzanne, la nuit de Diane est un jour :
Pourquoi ne peut sa mort me donner de l’amour
Puisque morte elle peut te donner jalousie ?
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 18 juillet 2018 à 14h22

Rêverie de Piaf-Tonnerre
---------------------------

Piaf-Tonnerre a rêvé d’une belle sultane
Qui dans sa chambre vint boire jusqu’à minuit ;
De tels rêves ne font jamais beaucoup de bruit,
N’ayant point la vigueur des rudes tramontanes.

Était-ce Madeleine, Hermeline ou Suzanne ?
Aussi, vers quel obscur destin a-t-elle fui?
Où est son beau regard qui de malice luit ?
Seigneur, pardonnez-moi ces questions bien profanes.

Sans elle, est-il moins beau, mon âme, le matin ?
Est-ce un soleil de nuit, dis-moi, qui s’est éteint ?
Regrettes-tu son rire ou bien sa fantaisie ?

Je ne regrette rien, je profite du jour :
Il est doux de souffrir, si ça vient de l’amour,
De plus, un vieil amant oublie sa jalousie.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 6 mars 2020 à 13h54


Le vent tourbillonnant glapit un air tzigane
Sur la lande déserte et lugubre à minuit ;
Au linteau tout noirci, demi-brisé, de l’huis,
On distingue à grand mal deux tibias et un crâne.

C’est là que chaque soir, le maigre saint Antoine,
Un bougeoir à la main, prie à genoux et lit
La Parole divine à la flamme qui luit,
Seul et déguenillé au fond de sa cabane.

Au-dehors, sans répit, un effroyable essaim
De démons hurlent des blasphèmes indistincts
Et dansent la biguine, en pleine frénésie.

Le Malin en personne y vient battre tambour ;
Le Saint, épouvanté, appelle à son secours
Tous les martyrs connus d’Europe et de l’Asie.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе