Aubigné

Le Printemps


XC


Un clairvoyant faucon en volant par rivière
Planait dedans le ciel, à se fondre apprêté
Sur son gibier blotti. Mais voyant à côté
Une corneille, il quitte une pointe première.
 
Ainsi de ses attraits une maîtresse fière
S’élevant jusqu’au ciel m’abat sous sa beauté,
Mais son vouloir volage est soudain transporté
En l’amour d’un corbeau pour me laisser arrière.
 
Ha ! beaux yeux obscurcis qui avez pris le pire,
Plus propres à blesser que discrets à élire,
Je vous crain abattu, ainsi que fait l’oiseau
 
Qui n’attend que la mort de la serre ennemie
Fors que le changement lui redonne la vie,
Et c’est le changement qui me traîne au tombeau.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 17 juillet 2014 à 10h33

Dupanloup voit une ondine
---------------------------------

Le père Dupanloup, non loin d’une rivière,
Faisait une excursion, profitant de l’été.
Une femme apparut : ça le fit sursauter.
Or, c’était une ondine, et pour lui, la première.

Elle se tenait là, ni modeste ni fière,
Ne dissimulant point son étrange beauté.
L’évêque se sentit de désir transporté :
On lisait dans ses yeux sa muette prière.

Belle, venez vers moi, vous pourriez trouver pire,
Si vous me recevez, si vous daignez m’élire,
Jamais n’aurez tenu un si charmant oiseau.

Monseigneur, ce n’est point que me manque l’envie,
Ou que du haut clergé je me montre ennemie ;
Mais j’aime un petit troll, qui est vraiment plus beau.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 20 octobre 2016 à 18h23

Colonnes gréco-bouddhiques
-----------------------------------

Entre le monde et rien circule une rivière
Dont noires sont les eaux, l’hiver comme l’été,
Abritant des requins, que l’on voit sursauter.
On dit que du cosmos elle fut la première.

Elle roule sans fin, ni modeste ni fière :
Garde-toi d’admirer son étrange beauté,
Dans l’inframonde obscur tu serais transporté,
Dont tu serais captif, en dépit des prières.

Elle peut dévorer les soldats de l’Empire,
Sans les rendre jamais aux mères qui soupirent,
Pas plus que les serpents ne rendent les oiseaux.

Les druides de jadis, (parfois, je les envie),
Savaient bien conjurer cette folle ennemie,
Mais ne le peuvent plus, du fond de leur tombeau.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 20 décembre 2019 à 11h49

Faucon d’azur
-----------

C’est le faucon d’azur, seigneur de la rivière,
Qui attend patiemment que revienne l’été ;
Quand les lapins le voient, ça les fait sursauter,
Ils plongent dans leur trou, la tête la première.

Son coeur est implacable et son allure est fière,
C’est un charmant rapace, un oiseau de beauté ;
Mais quand un lapereau est par lui transporté,
C’est le moment pour lui de dire des prières.

Il a parfois servi les chasseurs de l’Empire,
Une princesse au loin pour ses beaux yeux soupire;
Mais le gendre du roi ne peut être un oiseau.

Beau seigneur emplumé, plus d’un marquis t’envie,
La nature jamais ne te fut ennemie ;
Une plume ornera ton auguste tombeau.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur un hôtе dоutеuх (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Βlаsоn сélеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе